3
min
Image de Nicolas Elie

Nicolas Elie

591 lectures

164

Qualifié

Putain, je l’savais... Je l’avais vu. Pas comme dans les rêves, tu sais, plutôt comme dans les cauchemars. Ceux qui laissent une trace sur ta gueule quand t’en sors et que tu vas te regarder dans le miroir. Celui des matins où t’as pas envie d’te voir. Même si des fois, moi, j’ai du mal à me voir dans les miroirs. Ceux qui les posent pensent jamais à tout.
Des fois, à Noël, il cogne moins fort. Je sais pas pourquoi. Peut-être que ses potes ils lui parlent des repas de famille, de la belle-mère qui a préparé les desserts, tout ça. Tu sais, comme dans les reportages qu’ils te montrent à la télé. Ces familles où tout le monde rigole, où tout le monde s’aime. À la télé, c’est comme dans la vie, ils disent.
Hier, on est sorti avec la vieille. Elle voulait voir du monde, elle a dit. On en a vu, du monde. Les magasins étaient remplis de ceux qui vont fêter ça. Fêter quoi ? La naissance du crapaud qu’a fini cloué sur des madriers ? Celui qu’est mort pour les péchés de quelqu’un ? Pas les miens, comme elle dit la chanteuse. Pas les miens. Moi, j’ai pas encore péché.
Pas encore.
On a vu le Père Noël aussi. Enfin... On a vu un type qui transpirait sous une barbe synthétique. Elle a voulu qu’il fasse une photo avec moi. Un souvenir, elle a dit. Moi, j’ai bien voulu. Pour une fois, j’ai pas dit non. Ça risquait d’être la dernière. Après, je serai trop vieux.
Ou plus là.
Je l’savais.

On va rentrer par le chemin des écoliers, elle a dit. Le chemin des écoliers, c’est celui qui rallonge de trois bornes et qui nous fait passer par son ancien quartier. Trois bornes, c’est long. Surtout quand t’as mal aux bras au bout du premier kilomètre, comme moi. Comme ça, elle verrait des gens qu’elle a connus avant, elle a dit. Avant lui. Avant de devenir le sac de frappe de celui qui lui sert de mari. Il me sert de père aussi, je crois. Mais des fois je suis pas sûr.
Des fois j’espère que c’est pas lui. J’espère qu’elle a vécu une histoire d’amour avant ses poings. Une vraie. Avec des baisers, des caresses, et tout ce qu’ils disent dans les livres. Et puis c’est Noël, merde...
Elle a dit bonjour à tout le monde. Ils étaient tous contents de la voir. C’est parce qu’elle est gentille. Vraiment. Elle est pas gentille qu’à ces moments où il faut l’être. Elle est gentille tout le temps. C’est pour ça que je l’aime bien. Pas parce que c’est ma mère. Une mère, ça veut rien dire. J’en connais qui ressemblent à tout sauf à ça. Elle, elle est tout le temps entre lui et moi. Juste au milieu. Quand il veut me cogner, elle gueule, alors il la cogne elle. Ça, c’est gentil non ? Qu’est-ce que t’en penses ?
Je l’savais. Tout ce sang sur ma gueule du miroir, c’est pas le mien. Y en a trop.
Quand on s’est pointé à l’appart, il était là. Tu vas pas me croire, mais il était déguisé en Père Noël, comme le soûlot du magasin. On aurait dit son frère jumeau. Il souriait. Sauf que lui, quand il sourit, ça cache quelque chose. Ben, là, ça cachait rien justement. Ses dents jaunies par le tabac et le pastis qui dépassaient de la barbe. Elle a eu peur, et quand elle a peur, elle crie. Alors elle a crié.
Je l’savais.
T’as vu ma gueule ? Tout à l’heure, dans le miroir, j’ai cru que j’avais croisé un autobus et que j’avais voulu l’arrêter avec mon nez.
Quand elle crie, il se fout en rogne. Quand il se fout en rogne, il cogne sur tout ce qui bouge. Il cogne même sur ce qui bouge pas. Moi, je bouge pas vraiment. Un peu la tête et les bras, mais c’est tout. Alors c’est sûr que pour lui, c’est plus facile. Pas besoin de me courir après. Donc, comme d’hab, j’ai pas bougé. Je peux pas trop. Mais elle, elle peut. Fallait pas qu’il me touche, elle a dit. Parce que c’est Noël. À Noël, on cogne pas les gosses, elle a dit. Pour une fois, elle a dit aussi. Il a cogné quand même. Alors j’ai foncé. De toute la force des roues de mon fauteuil, j’ai foncé. Alors je l’ai bousculé. Et alors il est tombé, raide et droit dans la fenêtre qui donne sur le balcon. Du verre partout. Des entailles sur tout le corps qui laissaient voir le dessous de sa peau, sous le costume rouge et blanc. Alors je me suis laissé tomber de mon fauteuil, direct sur lui. Et alors j’ai tapé. De toutes mes forces, avec mes poings et les bouts de fenêtre que j’ai ramassés. Ça giclait sur moi. Au bout d’un moment, elle m’a pris le bras. Tu devrais arrêter, elle a dit.
Il te tapera plus, elle a dit encore.
Plus jamais.

PRIX

Image de Été 2018
164

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
j'aime bien les effets d'écholalie et la musicalité du récit et la touche poétique!
·
Image de Nicolas Elie
Nicolas Elie · il y a
Merci, c'est très gentil.
·
Image de SakimaRomane
SakimaRomane · il y a
Y a toujours un point de non retour...Poignant :)
·
Image de Nicolas Elie
Nicolas Elie · il y a
Merci...
·
Image de Moniroje
Moniroje · il y a
la vache!! ce direct ! pris en pleine gueule!!!
·
Image de Nicolas Elie
Nicolas Elie · il y a
Merci !
·
Image de Florent Valley
Florent Valley · il y a
Bravo, double bravo pour vos deux textes en compétition. Peut-être une petite préférence pour "le salon...". Quoique...
·
Image de Nicolas Elie
Nicolas Elie · il y a
Merci.
·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Le sens de la tragédie pour une histoire réaliste, un texte fort qui ne laisse pas indifférent.
·
Image de Nicolas Elie
Nicolas Elie · il y a
Merci beaucoup
·
Image de Klelia
Klelia · il y a
Tout a une fin... heureusement !
·
Image de Nicolas Elie
Nicolas Elie · il y a
Merci
·
Image de Didier Lemoine
Didier Lemoine · il y a
Très dur, mais malheureusement d'un réalisme criant et "cognant" !!! Mes votes pour ce récit un peu troublant.
·
Image de Nicolas Elie
Nicolas Elie · il y a
Merci beaucoup
·
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Extrêmement réaliste au vocabulaire imagé. J'aime. Mes votes avec plaisir. *En route exilés* en finale du prix lunaire espère votre visite.
·
Image de Nicolas Elie
Nicolas Elie · il y a
Merci
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Brrr j'en sors troublée par ce récit à la fois bien écrit , dur et collant si souvent à la dure réalité de certaines familles.
J'adore aussi le ton familier du narrateur - c'est souvent ma façon d'écrire quand je me lance dans la prose.
Côté poésie, ça reste familier aussi je pense : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-blues-de-lelephant
même si les règles strictes du sonnet classique restreignent parfois l'expression finale.

·
Image de Nicolas Elie
Nicolas Elie · il y a
Merci
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une histoire bien écrite, touchante, poignante ! Mes votes ! Une invitation
à découvrir “Vêtu de son châle” qui est en Finale pour le Prix Tankas Printemps
2018 ! Merci d’avance et bon dimanche !

·
Image de Nicolas Elie
Nicolas Elie · il y a
Merci
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

Trois fois qu’il passe, et trois fois, c’est beaucoup. Même pour un salon du livre. En général, les gens ils s’arrêtent pas. Un regard, un sourire de temps en temps, mais rien d’autre ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

17 juinEdgar avait toujours cru qu’il passerait sa vie aux côtés d’Hélène. Lorsqu’il fermait les yeux, il revoyait son sourire rayonnant et ses longs cheveux d’ébène, ...