Eleanor Roosevelt

il y a
1 min
9
lectures
1

Tout ce qu'il y a d'important à savoir c'est que j'aime l'Auvergne, le Tripou et les cookies  [+]

Ma mère m'a toujours parlé d'Eleanor Roosevelt comme d'une dame heureuse. Eleanor Roosevelt posait en tailleurs Chanel, la déclaration des droits empoignée des deux mains, en version espagnole, le 10 décembre 1948. Elle arborait un sourire émerveillé. On ne la reverrait pas aussi heureuse avant des semaines. A presque 70 ans, elle était en froid avec son mari depuis le matin même. Mais ce jour était si important, comment pouvait-elle penser à des querelles de ménage ? Bien sûr que non, elle garderait la tête haute au nom des droits universels de la femme et de l'homme, et représenterait aux yeux du monde cette incarnation des deux genres et la proclamation de leurs droits.

A l'autre bout de l'Atlantique, Tessa d'Agostino, un peu moins brune et moins souriante en ce jour de preparation des fêtes de Noël.
Elle est née le même jour que la déclaration des droits. Elle a travaillé pendant 3 ans au Bon Marché à Paris en tant que vendeuse de produits de beauté de luxe spécialisés sur les senteurs du Japon.
Aujourd'hui elle est fatiguée d'avoir ces touristes qui lui parlent si mal, mais aussi des locaux. Qui la prenaient pour une boniche.
Elle a suspendu ses études d'histoire de l'art après sa licence pour faire ce petit job. Elle a des boucles blondes à la limite d'être frisée mais elle n'aime pas qu'on utilise ce mot. Pourtant elle a le charme d'Edit piaf, avec sa coupe à la garçonne et son espièglerie, et la beauté de Catherine Deneuve. Je l'ai revue l'autre jour et elle me dit qu'elle exerce le métier de ses rêves, qu'elle a enfin trouvé une place dans une grande maison d'art et qu'elle ne sera bientôt plus stagiaire. Ses parents qui ont trop d'enfants, ne l'ont pas aidée. Ils se repartis a la campagne, pour occuper leur temps à se fiche un peu d'elle.

Le 10 décembre 1993 est née une jolie fille qui n'en finit pas s'étonner et de rebondir, se faire face aux échecs avec courage et de se retrousser les manches.

45 ans après le déclaration universelle, elle perpétue le courage d'Eleanor, elle se retrousse les manches et se dit que qui sait, un jour peut-être, fetera-t-on les soixante ans de la déclaration universelle des femmes ?
1

Un petit mot pour l'auteur ? 3 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Intéressant !
Image de Cunlhat Town
Cunlhat Town · il y a
Merci RAC (Rien à raconter ?) !
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Si si, faîtes un tour sur mon profil, vous découvrirez plein d'histoires !