1
min
Image de Orane Gnt

Orane Gnt

10 lectures

0

Un plafond. Voilà sur quoi mes yeux s’arrêtent encore ce soir. Le sommeil me fuit de nouveau il me semble. Parfois c’est un objectif que je n’arrive pas à atteindre, je me sens comme un chasseur qui ne parvient plus à se nourrir. Alors en attendant que j’arrive à l’attraper, je regarde autour de moi, dans mon esprit. Je m’évade de ma vie d’insomniaque le temps d’une ballade entre les arbres de mon imagination. De mes pieds nus dans l’herbe humide jusqu’à mes mèches de cheveux balayé par une légère brise, je me sens plus libre. Devant mes yeux, le blanc monotone a laissé place à des couleurs chatoyantes soulignées par des rayons de soleil. Je souris, je ris puis je commence à courir dans ce monde nouveau qu’au fond je connaissais déjà. Des larmes coulent sur mes joues guidées par le vent qui caresse plus fort mon visage. Je continue ma course avec une impression d’invincibilité enivrante qui me laisse pousser des ailes et me laisse croire à des utopies que même les plus grands auteurs n’auraient pu imaginer. Alors je m’envole, mes pieds se mouvant toujours dans le vide et mes doigts qui déjà peuvent effleurer les feuilles des arbres qui me semblaient pourtant si haut. Plus je m’élance vers le ciel d’un bleu pur plus le soleil vient réchauffer ma peau et mon âme. Parfait, si parfait. Trop parfait.
J’ouvre les yeux. Finalement Morphée m’avait trouvé.
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Lundi 7 h. Je descends au garage prendre ma voiture pour aller au travail. Impossible de mettre la main sur la clé du véhicule, je remonte la chercher. Mercredi 14 h. J’arrête de fouiller. ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Depuis samedi soir, je ne dors plus. Je cherche à comprendre. Je sais que je n’y arriverai pas. On ne peut pas comprendre ça. Trois jours qu’il est là-bas. Seul. Sous un drap vert pastel ...