3
min

EDEN - Episode Pilot : SIRENE

Image de Vin Yl

Vin Yl

207 lectures

14

Une maison banale, des gobelets plus ou moins remplis, une épaisse nappe de fumée dans chaque pièces, une ligne de musique entremêlée aux voix bruyantes de quelques connaissances plus ivres les unes que les autres, voilà comment je peux résumer cette soirée dite "tranquille" par Amanda.

Il faut que je sorte. Je n'ai pas la tête à boire à l'œil, m'afficher comptant jusqu'à dix sur un réseau social et draguer la première fille que j'aperçois sans savoir son prénom. Il faut juste que je sorte. Remplacer l'air intoxiqué par le tabac et autres produits par de l'air frais et pur, m'éloigner de ces conversations où il se dit tout et surtout rien, sans oublier de voler une cigarette posée là, sur la petite table en face du canapé en cuir usé où je suis assis. Le filtre sur mes lèvres, je m'extraie rapidement du salon en me frayant un chemin entre un couple un peu trop expressif, une fille en pleurs que je manque de bousculer et deux gars qui se bagarrent sans savoir pourquoi, filmés en live par leurs meilleurs potes. J'aperçois à peine la porte d'entrée que mon téléphone se met à vibrer dans ma poche de jean arrière.
Joel. Il m'a grillé, c'est certain. Mais qu'est-ce que j'en ai à foutre...

Aaron t'es où là ? Je suis dans ta chambre et me faire pas croire que t'y es aussi.
Je suis à une soirée, ça fait un mois que je suis pas sorti *et j'aurai mieux fait de continuer* et une amie m'a invité pour que je prenne un peu l'air *chose qui depuis le début de la soirée ne m'est pas arrivée*.

Et pour me prévenir tu comptais m'inviter aussi ? Il est deux heures du mat' Aaron, rentre avant que je vienne te chercher.

Ecoute Joel, tu ferais mieux de continuer à bosser sur l'enquête plutôt que de me dire quoi faire, j'ai 17 ans alors je pense que le moment est venu de me lâcher un peu *voire carrément* tu penses pas ? Je te laisse y réfléchir bonne nuit...

Sans déconner. Il rentre d'une journée de travail et tout ce qu'il trouve à faire, c'est de venir dans ma chambre au beau milieu de la nuit pour savoir si je dors, comme si j'avais encore trois ans. La soirée, l'appel de Joel, obligé de voler une clope, tout est réuni pour aggraver ma colère ce soir... excepté le fait de sortir de ce putain de vacarme ! Il me faut moins d'une minute pour sortir du troupeau.

La nuit étoilée éclaire le quartier, même si le décalage lumineux avec l'intérieur ne me permet pas de voir où je mets les pieds instantanément. Une brise agréable vient mettre en pagaille ma coupe de cheveux, plutôt courte ces derniers temps. Après quelques secondes, je distingue les marches en bois du parvis sur lesquelles je m'assoies. Ça grince mais ça tient. Mes oreilles sifflent, en témoigne le bruit incessant que le bétail de la soirée fait, et qui mérite amplement la médaille d'or dans la catégorie "penser que je suis seul au monde".
Au moment où l'envie me vient d'allumer ma cigarette, la porte d'entrée s'ouvre doucement, phénomène étrange alors que chacun des mecs saouls bougne cette pauvre porte dès qu'ils veulent sortir pisser sur la boîte aux lettres en étant pliés de rire. Je me retourne, étonné, et tente de deviner qui est la seule personne sobre ici avec moi.
C'est Amanda. Ses magnifiques et long cheveux bruns la trahissent avant même d'avoir bien vu son visage... qui n'a d'égal que ses cheveux justement.

Qu'est-ce que tu fais ici Aaron ? Tu te sens pas bien ?

Si ça va *pas fort* ne t'inquiète pas, j'avais vraiment trop chaud à l'intérieur.

Pareil pour moi j'en pouvais plus. Elle vient s'asseoir à côté de moi. Je vois dans ses yeux qu'elle va me parler de quelque chose qui la dérange un peu.
Tu sais après ce qu'il s'est passé pour toi, ce que tu dois traverser encore en ce moment je... si t'as besoin de parler ou de quoique ce soit... je suis là. L'air embarrassé, elle passe sa main dans ses cheveux.

C'est bien la première personne dont je ressens l'honnêteté et non la pitié sur ce sujet. Ça fait du bien de savoir que j'ai de vrais amis et pas juste des distributeurs de "on va la retrouver" ou pire encore, "sincèrement désolé" comme si elle était déjà morte. On en sait rien putain. Les gens ne se rendent pas compte du mal qu'ils font avec une simple phrase destinée à montrer un peu de compassion et de politesse.
Merci pour cette soirée Amanda, c'est sympa d'avoir pensé moi, un mois sans quasiment sortir... je commençais à devenir fou *je l'aurais été en restant dix minutes de plus dans son salon*... un vrai tolard dans sa cellule ! Arrive le fameux faux-rire que tu fais lorsque la personne en face de toi et plus séduisante que ta blague. J'ai bidé. Elle esquisse un sourire. Quoique... En fait ça va.
Son sourire s'estompe lorsqu'une sirène de police retentit dans la rue, à quelques mètres. Les gars à côté de la boîte aux lettres n'ont jamais couru aussi vite la braguette ouverte. Deux voitures arborant le sigle "CBPD" pour Coos Bay Police Department se garent devant la maison d'Amanda.
Quatre têtes sortent tour à tour des autos.

La fête est finie les gosses !

Cette voix... C'est bien Joel. Il reconnaît mon visage dans la pénombre.

Tu l'auras voulu ce coup-ci ta punition petit merdeux !

Je n'ai même pas le temps de me lever pour lui faire face qu'il m'attrape par le col du blouson et me traîne jusqu'au capot de son cher véhicule d'intervention.

Tu fais quoi Joel sérieux ? J'suis pas bourré, j'ai pas fumé, tu veux quoi de plus ?

Du respect fiston.

Je suis pas ton fils enfoiré.

Je tente de me débattre mais sa clé de bras a pris le dessus. Pendant qu'il me met les menottes, je vois la détresse d'Amanda du coin de l'œil lorsque les flics rentrent dans la maison. Nos regards se croisent. La musique s'arrête. Le calme reprend son droit pendant que je monte dans la voiture.

Le dernier son de la soirée est une sirène de police.
14

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Neurones en éventail
Neurones en éventail · il y a
bravo pour ce début ! hâte de voir la suite, vraiment !
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
une écriture enragée et poignante et captivante, en attente de l'épisode 2
·
Image de Laure Ardn
Laure Ardn · il y a
C'est très prenant, j'ai hâte de découvrir le prochain !
·
Image de Vin Yl
Vin Yl · il y a
J'espère que tu trouveras les prochains épisodes davantage entraînants ! Merci et rendez-vous le 8 Août à 17h pour l'ep 2 !
·
Image de Keny Vaillant
Keny Vaillant · il y a
Super début, vite le second épisode!
·
Image de Vin Yl
Vin Yl · il y a
Mardi 8 Août à 17h !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Rien ne mord. Des heures que nous sommes ici et rien ne mord. Le temps est pourtant clément, d'un bleu infini qui s'étend sous nos yeux, sur l'océan comme dans le ciel. Ce miroir idyllique est ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Un jeune acacia trône au centre de son jardin. André l'adore. Le contempler peut constituer pour lui une activité à part entière. Il lui parle, le touche, s'en occupe. Il le considère comme ...