1
min

du cote de chez la dame got

Image de Abou Ahmed

Abou Ahmed

4 lectures

1

il logea le palier grisâtre, monta les escaliers poussiéreux, il traversa la cours ouvra la grande porte sur la rue, emplie de vue, les titis, les bossus de notre dame de Paris, les lépreux d'Albert Camus, les misérables de Hugo, la gitane de Mont Parnasse, pleins de négritudes et d'arabesques
Paris n'est plus à son éclat, les cris des chômeurs, des sans abri et sans emplois
à l'age d'or en s'ennui, on chante plus dans les places, on ne danse sur la cadence, les bottes noires piétinent les pavées et se dressent pour parer les molotoves et esquiver les jets de rires et fou rires, depuis que l'Auvergnat à quitté ses vaches et oublier la bête de Gévauda, ce monstre qui ravageait les champs et terrorisait les brebis pour le Roi, Paris à attrapé froid, les jaunes la réchauffe, merci mes braves petits gens d'avoir enfin su prendre le taureau par les cornes, il ouvra la porte du petit café du coin, Sa chauffe, un petit bol
1

Vous aimerez aussi !

Du même auteur