4
min

Doudou Licorne

Image de Cédric Lemaire

Cédric Lemaire

69 lectures

78

Depuis qu’un coup de sabre avait abattu son cheval, Håkan courait sans se retourner au cœur de la forêt boréale. Dans sa fuite, le guerrier serrait sa petite Lucia tout contre sa poitrine. Après qu’il eut franchi un tronc d’arbre couché en travers, sa fille s’arqua et cria de terreur, des sanglots dans la voix :
— Papa ! Papa ! Doudou Licorne, il est tombé !
Gêné par sa cuirasse, l’homme s’était mal rétabli et le doudou avait échappé des mains de sa fille. Pas question d’abandonner ce petit compagnon, bien trop important pour Lucia.
Il pivota et, d’un bond, fut sur la peluche élimée. À peine l’avait-il ramassée que l’obstacle qu’ils venaient de franchir explosa, des éclats de bois projetés tout autour : un krakopatte en furie déboulait droit sur eux. Plus le temps de fuir, le guerrier devait affronter le monstre. Son doudou entre les dents, la fillette grimpa s’abriter dans les hautes branches d’un majestueux conifère.
Håkan jaugea l’imposant bestiau. Cinq têtes de plus qu’un humain et une carapace qui le protégeait à l’abdomen et aux flancs. Des écailles épaisses recouvraient six bras armés de massues ou de sabres. Sa tête, un renflement tassé dans le prolongement des épaules, était traversée d’une fente oculaire aux arcades proéminentes. Cette forteresse de chair et de sang gagnait en blindage ce qu’elle perdait en agilité, et le guerrier comptait bien en profiter.
D’une détente, il se précipita sur le monstre et lui trancha l’articulation exposée d’un poignet. Le krakopatte mit un genou à terre, se tordant de douleur. Profitant de son élan, l’homme esquiva les moulinets désordonnés des bras valides, prit appui sur la cuisse de son ennemi et plongea sa lame dans la meurtrière oculaire.
Le géant s’effondra en barrissant. Son cri d’agonie attira ses congénères. Déjà, on entendait leurs pas lourds broyer fougères et bois morts. Fuir, vite ! Là-bas, des nappes de brume rampaient au fond d’une cuvette. Ils pourraient y disparaître. Lucia se jeta dans les bras de son père et chuchota :
— Tu sais, j’ai presque pas eu peur ; je savais que tu gagnerais.
Lui n’en n’avait pas été si sûr. Il dévala la pente, deux krakopattes sur les talons. Ils étaient bien trop près pour compter les semer dans la brume toute proche. Comment s’en débarrasser ?
— Papa ! Baisse-toi !
Une massue frôla son crâne au moment où ils pénétraient dans le brouillard. Des grognements colériques retentirent. Les brutes ne parvenaient pas à les suivre : elles retiraient vivement leurs pattes dès que les nuées blanchâtres les léchaient. Le souffle court, Håkan posa sa fille et balaya la sueur de son front d’un revers de manche. Nul besoin de se fondre dans la brume. Étrangement, ces colosses en avaient une peur bleue.
Tiens ! La brume s’était épaissie, dissimulant les monstres et étouffant leurs cris. À présent, un froid polaire s’abattait sur les fuyards. La glace et le givre faisaient crisser les aiguilles de conifères entre leurs mâchoires. Au début de l’automne ? Par le diable, que cela signifiait-il ? Håkan ajusta le foulard autour du cou de la petite.
Des murmures les encerclèrent et la brume s’anima. Lucia serrait très fort la main de son papa. Des formes humaines, tourmentées, émergeaient pour se fondre à nouveau dans le brouillard, laissant derrière elles une traînée de hurlements à peine distincts ponctués de rires grinçants. Le guerrier s’était arc-bouté et pivotait lentement sur lui-même, les sens en alerte. Il détestait les manifestations surnaturelles. Ses armes et ses poings n’avaient aucune prise contre leurs attaques sournoises.
Des mains vaporeuses surgirent, et leurs doigts crochus se jetèrent sur eux. Des étincelles bleutées jaillirent lorsqu’elles touchèrent sa fille. Dieu merci ! La magie qui l’habitait faisait rempart ! Pas pour lui. Sunniva aurait été avec eux, elle aurait su tisser un écran protecteur pour les couvrir tous les trois. Seulement, il était arrivé trop tard. Averti qu’une rafle allait avoir lieu dans son village, il avait chevauché à bride abattue. Lorsqu’il avait atteint sa chaumière, les krakopattes avaient déjà enlevé sa femme, et Lucia s’était enfuie à travers champs. Il l’avait rattrapée avant eux et depuis, ils fuyaient. Sans Sunniva. La culpabilité lui serra la gorge. Bon sang ! Ce n’était pas le moment !
Un glapissement victorieux le mit sur ses gardes. Des doigts éthérés, osseux, pénétrèrent dans son crâne. Sa tête irradia de douleur. Cette magie noire trifouillait son esprit, à la recherche des souvenirs qui évoquaient sa bien-aimée. Sa chevelure dorée qui dansait alors qu’elle se tournait vers lui, ses yeux pétillants, son rire cristallin... Happés ! À la place, désespérance, deuil. Pour chaque souvenir d’elle volé, la sensation de perdre un être cher, très cher, pour qui il offrirait volontiers sa vie... Mais qui... ?
La main allait quitter son crâne, emportant... une source essentielle de son bonheur, l’une de ses raisons de vivre. Hors de question ! Surprise par cette sèche rebuffade, la main s’échappa en couinant, renonçant aux souvenirs de Sunniva. Il était parvenu in extremis à chasser cette torpeur qui l’avait engourdi. Il ne devait surtout pas penser à ceux qui lui étaient chers : ces monstruosités l’avaient attaqué après qu’il leur avait révélé son profond attachement à la mère de Lucia... Lucia !
La fillette voltigeait d’un pied sur l’autre, fendant l’air du mouvement gracieux de ses bras. On eût dit une plume virevoltant avec légèreté sur un bout de parchemin. En fait, c’était exactement cela. Lucia traçait d’instinct des runes magiques, dessinant des arabesques lumineuses dans le sillage du museau de doudou Licorne. Sa fille chérie portait en elle les talents endormis des reines magiciennes d’autrefois, dont elle descendait par sa mère. Ils s’étaient réveillés. Une bouffée de fierté et un souffle d’espoir envahirent le papa. Des cris de victoire suivirent. Non, ne me volez pas les souvenirs de ma fille !
A l’instant où une nuée de mains brumeuses se jetait sur lui, de brillants filaments dorés fusèrent de chaque parcelle de son corps et, aspirés par la corne de la peluche, se réfugièrent dans doudou Licorne. Maintenant que l’âme du guerrier avait quitté sa chair, toute la brume pénétrait par sa bouche sombre, distendue dans un cri silencieux. La petite fille serra très fort son doudou contre elle, les yeux humides :
— Tu es à l’abri, mon papa chéri.
Elle poussa un cri. La brume avait dépouillé les conifères, et on voyait loin, à présent. Une multitude de krakopattes les encerclait. Ces êtres frustres, insensibles aux enchantements, capturaient toutes les magiciennes de la région pour le compte d’un redoutable seigneur-marchand du pays. Il les enfermait dans les limbes de Mortesâmes, un lieu entre la vie et la mort, et puisait dans leur flux magique pour nourrir ses usines d’articles enchantés. Les krakopattes ne partiraient pas sans elle, Lucia le savait.
— Papa, retourne te fâcher très fort contre la brume.
La fillette expulsa l’âme de son père qui, animée d’une fureur guerrière, reprit possession de son enveloppe corporelle avec brutalité. L’onde de choc, amplifiée par la poussée magique de Lucia, éjecta la brume en vagues dévastatrices. Une détonation assourdissante l’accompagna. Fauchés mortellement, les krakopattes s’écroulèrent. Ravi de retrouver son intégrité, le guerrier faisait bouger muscles et articulations avec délectation. Il regarda sa fille, admiratif :
— Je ne savais pas que tu pouvais faire tout ça !
— Moi non plus.
Elle était encore trop secouée pour apprécier ses prouesses. Il la taquina :
— Dis, et si on lavait doudou Licorne ? Il sent la bave séchée, pouah !
— Ah non alors ! C’est même pas vrai, d’abord. Il sent trop bon !
— Tu préfères qu’on aille libérer maman ?
Ses qualités de redoutable guerrier et de fin stratège, le talent précoce de sa fille, voilà une alchimie qui ferait des ravages. Elle bondit d’enthousiasme :
— Oui !
Les yeux soudain embués de sommeil, la petite tendit les bras :
— Papa, câlin !

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
78

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...

·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Un très bon texte. Mes votes.
·
Image de Dessine moi un mouton
Dessine moi un mouton · il y a
Les parent sont prêt à tout pour sauver leur enfant!!!
Je suis aussi dans la compétition!

·
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
Un récit très bien mené. Beaucoup de suspense et de magie. Bravo!
·
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Joli écrit , vous avez mes voix et mes sincères encouragements !
Si mon royaume embrumé vous intéresse pour continuer votre voyage, c'est par ici... (au cas où vous ne l'auriez pas lu)
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-royaume-dans-la-brume

·
Image de Cédric Lemaire
Cédric Lemaire · il y a
Merci
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
J'aime beaucoup votre texte.
·
Image de Cédric Lemaire
Cédric Lemaire · il y a
Merci, c'est très gentil.
·
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Commentant un commentaire, j'en ai presque oublié ce que je voulais dire à propos de votre texte. C'est un récit où votre imagination fait florès. L'écriture est de qualité ainsi que la structure narrative, solide et bien menée. La chute, si elle est "classique", ne perd pas pour autant son efficacité. Un bon ttc pour lequel je vote.
·
Image de Cédric Lemaire
Cédric Lemaire · il y a
Merci beaucoup !
·
Image de Aghribs
Aghribs · il y a
Bravo Cedric, toujours débordant d’imagination
·
Image de Cédric Lemaire
Cédric Lemaire · il y a
Azul Aghribs, Sahet !
·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Récit d'aventures palpitant "vécu" par les deux héros ou raconté par le papa avant le câlin du soir ?
·
Image de Cédric Lemaire
Cédric Lemaire · il y a
Une aventure saupoudrée de petits fragments de vécu !
·
Image de Rorodator
Rorodator · il y a
Je t'avais bien reconnu derrière ce vilain krakopatte !
·