Doucement,regarde

il y a
3 min
568
lectures
436
Finaliste
Public

Je suis toujours dans ma campagne, une retraitée qui cultive son jardin. Dans mes écrits je mets la même passion que quand je sème, je repique, je soigne mes légumes, servis l'un et l'autre  [+]

Image de 2020
Image de Très très court
Doucement, regarde...

Il aura fallu que « l’on » nous enferme, pour voir après coup, ce que jamais nous aurions pensé voir...
Durant cette période de confinement, les sens et l’immobilité ont pris le pas sur notre habituelle agitation... Nous avons entendu les silences et le chant des oiseaux, nous avons vu reverdir, refleurir des lieux où la nature végétait ! Nous l’avons entendu respirer ! Au travers de nos baies vitrées, nous avons vu les animaux des forêts s’aventurer dans ces espaces qui auparavant étaient les leurs... Et des rêves ont jailli de la solitude...
Ce confinement a donné à beaucoup de personnes matière à réflexion, et le désir de «sauter le pas », de se retrouver ailleurs...Là ou il y aurait des montagnes, de grands espaces, de l’eau, de la verdure et de la terre. Imagine tout ce l’on  peut faire, rien qu’avec de la terre... Les Alpes pourquoi pas ? Le sud-est de la France, l’Isère ? C’est justement de là que j’écris ces mots. Ah la belle vie !
Ici, tu trouveras les grands espaces, le bon air, le calme, la beauté, la volupté et la liberté... Allez, je te donne tout cela. Ici, tu seras dépaysé, tu oublieras les aléas de la vie et son cortège de bonnes ou de moins bonnes surprises à gérer. Ici, tu sentiras s’opérer en toi un changement tout en en douceur, cette douceur si nécessaire aux soins de l’âme et du corps. Ici le « lâcher prise » va s’infiltrer dans ta tête, dans tes pores tout en évacuant le stress et les tensions. Ici, tu prendras conscience que tout est lié, le sort des hommes, de la nature et des animaux. Ici, tu comprendras, comme je l’ai compris, que le temps passé est perdu à jamais, et que dans nos vies trépidantes, nous sommes souvent passés à côté des choses essentielles. La vie est si courte...Tiens, comme me le rappelait l’un de mes voisins, metteur en scène et jardinier, nos vieux disent que, quand il y a encore de la neige sur la Cuche, il ne faut pas se presser au jardin...Savoir attendre au lieu de ronger son frein, voilà une belle leçon de sagesse !
Ici, côté balades, nous avons de tout et pour tous les goûts, les sportifs, les randonneurs aguerris ou pas... Nous avons aussi des refuges pour nous arrêter et reprendre des forces.
Côté gastronomie, je sens que je vais faire saliver dans les chaumières avec nos menus : Oreilles d’âne de Vizille, tourtons du Trièves, ravioles, gratin dauphinois, tartes aux airelles et à la courge, gratin d’écrevisses de Laffrey, et si l’on est vraiment très affamé, marmite de Lesdiguières...
Côté culture et histoire, la mine-image te fera découvrir l’épopée des mineurs de fond pour en extraire l’anthracite... Comment s’y rendre ? Il suffit d’emprunter la route Napoléon. Sa statue équestre se trouve au bord du lac. Tu as peut-être entendu parler d’un spectacle «  Un héritage légué à la France » joué dans notre région et qui montrait   les réalisations de notre grand homme concernant l’organisation de l’administration, de la finance, de l’éducation, des droits du travail... Bref, ce que Robespierre n’a jamais pu accomplir pour la République.
Et puis, si tu poursuis ton voyage, tu longeras les voies vertes de la Romanche, et tu découvriras plusieurs passerelles himalayennes qui relient d’un bord à l’autre le barrage de Monteynard. C’est là qu’un bateau, la Mira, t’attend pour découvrir ses pourtours, c’est époustouflant !

Autant que je m’en souvienne, quand je descendais sur Grenoble pour y travailler, chaque fois que je prenais la route du retour je ressentais un bienfaisant relâchement physique et psychologique. Attachement viscéral à son « pays », bonheur de le retrouver, c’est inné, ça ne se commande pas !
Il m’arrive parfois de retourner aussi à Uriage. C’était et c’est rupin, mais cela respire toujours la tranquillité et le bien-être avec son grand parc aux arbres centenaires, situé tout juste à deux pas de Grenoble. Une station thermale, c’était là mon dernier travail et j’aimais m’occuper des curistes. LF m’avait dédié un poème ;

A Caroline, avec toute ma reconnaissance.

Qui n’a pas connu Uriage
Son centre Thermal, son pré
Doit entreprendre le voyage
Qui mène à la félicité.

Sur les autels d’Esculape
Quatre fois accidentée
J’ai offert force breuvages
Libations et ambroisie
Suppliant d’être guérie
Jusqu’au jour où belle Hygie,
D’Uriage grande déesse,
Par les mains de sa prêtresse
Merveilleuse Caroline
(Dit Gina pour les intimes)
M’enduisit de boue divine.

Qui n’a jamais savouré,
Enduit de la tête aux pieds
Le bonheur d’être irradié
Tous ses maux anesthésiés
Par cataplasme de boue,
N’a jamais vraiment goûté
Aux délices de Capoue.

Et puis, n’oublions pas les fameuses stations de sports d’hiver, ni les « fadas » du vélo et du tour de France avec sa montée de l’Alpe d’Huez. Il y a tellement à découvrir, à s’évader, à rêver, à se dépayser dans notre région... Tu y rencontreras aussi des personnes charmantes, souriantes, accueillantes... Oui, je sais, on dit que les Grenoblois sont des «des gens un peu froids », mais je t’assure, ça ne colle pas...
Doucement, laisse-toi bercer par notre belle nature, qui résiste à cette société qui s’accapare de tout sans réel besoin. Laisse-toi émerveiller par la féerie des espaces sauvages, des sommets qui se reflètent dans les lacs, des torrents, des cascades, des rivières, des forêts aux essences multiples, de la faune et de la flore incroyable que nous protégeons contre vents et marées, contre les braconniers et pollueurs de toutes sortes. Découvre nos villages perchés où l’on vit une vie au plus près de la terre...
Redécouvrir, revisiter et de nouveau s’émerveiller... C’est le premier pas vers le respect.
Doucement, regarde et prends ton temps, car il passe si vite...
436

Un petit mot pour l'auteur ? 5 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Flore Anna
Flore Anna · il y a
Serait-ce Saint Barth, ce petit village d'Isère et Gina...ou une ressemblance. J'avais aimé ce texte...je crois le reconnaître. Une région que je connais un peu...Curiste, il y a des années à Uriage...J'y ai passé 3 semaines, dans la simplicité d'un meublé et j'ai fait de belles balades, seule, dans la région....Un joli moment et de belles images en souvenirs. Bon dimanche.
Image de Cali Mero
Cali Mero · il y a
Flore Anna, c'est bien ce petit village en Isère, et c'est bien moi Gina. Peut être étions nous au même moment dans cette station thermale d'Uriage où le cadre est magnifique. Et si mes mots vous ont rappelés ces moments privilégiés que vous avez vécu "chez nous" alors que parler d'ici c'est ce que je sais faire le mieux, même se c'est imparfait! Retranscrire non seulement l'émoi dans la contemplation, mais la description d'une nature si belle et les faire partager....Je suis fière et un grand merci.
Image de Flore Anna
Flore Anna · il y a
Merci à vous. Belle journée.
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Je viens de découvrir ce texte qui fait du bien au coeur, le point positif du confinement c'est que nous sommes revenus à nos vraies valeurs. Hélas, souvent nous les oublions trop vite au profit de l'industrialisation. Gardons notre âme d'enfant
Image de Cali Mero
Cali Mero · il y a
Merci Ombrage Lafanelle comme vous avez raison. pendant ce confinement nous avons eu le temps de réfléchir au vrai sens que l'on donne à sa propre vie, et que de "passer" son temps à courir c'est s'apercevoir un peu trop tard que les choses essentielles ont été oubliées dans la précipitation.... Ralentir et prendre du temps pour soi.