2
min

Don't stop the party from traveling

4 lectures

1

Le carnet de route est en désordre, oui, parce que c’est le sous produit de la session de surf. Il s’agit d’un parcours étonnamment banal, voir chiant. Ce sera l’issue de ce qui arrive lorsque l’on étale des souvenirs à ces amis, compréhensifs et abandonnés dans l’imagination personnelle. Mais c’est vrai que traverser la France de part en part, l’espace d’une journée, quelques heures, recèle quelque chose de magique. En détail et par le menu, la banquette arrière de ma berline adoucira ces quelques mots d’une sieste impromptue. Départ vers 12h40, un stop vers 16h30 après Montluçon, toute les deux heures, la pause s’impose. J’enjolive à tord, face à la caserne de Gendarmerie. Puis, arrêt à Bellac. Grosse surprise, la nuit vient de tomber, une déviation me conduisit jusqu’à cette petite boulangerie, lovée d’un quartier de bourg agraire ultra français, banale et routinier. Franchissant son seuil, j’aperçois la boulangère en retenant la porte vitrée, presque euphorique d’être sur la direction Bordelaise de l’océan, je clame :
- Bonsoir, j’arrive juste !
- Oui, c’est la fin de journée, par contre, on a plus de pain.
La boulangère saluait des derniers client d’une journée banale, lorsque mon pas, arrondi par le volant, m’étourdissait quelque peu devant ses panières emplies de miettes.
- euh, je regarde ce qu’il vous reste...
La vitrine est presque vide. Je vois des croissants, et logiquement la frangipane doit être encore moelleuse, je lui dis :
- Un croissant aux amendes, s’il vous plaît.
- Voilà. Deux euros.
Je lui paye le croissant, et remarque le tee-shirt du gamin fatigué, réfugié dans les jupons de sa boulangère de maman, protégé devant l’inconnu que je représente à ces yeux. Il doit avoir cinq ans. Son torse, vêtu d’un T-shirt en coton arbore un « easy-on » de la plus belle école. La dernière fois que j’ai accentué cette expression typique des films d’action américains en version originale, j’étais sous un surplomb, tendance plafond d’escalade, en free-climb, sur une barre rocheuse cachée au creux d’un mont forestier Jurassien calcique. Le gamin assène son marketing viral, je suis encerclé, pris au piège. Et l’océan qui me tend les bras... C’est quelque chose qui m’a toujours évoqué l’automobile club de France, le grand tourisme, les bagnoles et leurs garages, l’épopée de l’automobile du siècle précédent. Alors ayant quitté le commerce à pain frais, après un café ou un chocolat à la brasserie du patlin qui cuisine des plats du jours à 12 euros pour les ouvriers du canton, (seulement le midi), j’ai dû reprendre la route, vu que Bellac n’offre strictement rien au plus puriste des Jet-setteurs. Un désert absolu, sauf peut être pour un ascète de l’héroïne en cure de réhab, autrement dit quelqu’un d’aussi rare qu’un séminariste Chartreux. Un peu perdu entre Angoulème et La Souterraine, virage à quarante-cinq degré, le château de La Rochefoucault illuminé, des travellers en trio au hasard du village céréalier, accompagné d’un clébard mastoc, n’ont qu’un graton de porac pour la nuit. Ils me taxent des feuilles, j’ai une bonne tête. Pour moi et ma berline, sur la route, l’aspiration derrière les remorques blanches, adoucies par mes phares semis éteint veilleuse en position, offre un coefficient de pénétration dans l’air économique. Après quinze borne, nous sommes soulagés, le chauffeur et moi. Juste le pare-chocs dans le cul du camion pour économiser un peu. Amusant, original, mais trop dangereux ; non respect des distances de sécurité. Bordeaux est en vue ? J’hésite, c’est peut être la plaine de l’Ain ? J’aurai dû écouter mon GPS, du Funk, c’est vraiment la bonne route à suivre.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Vincent skunk boucard
Vincent skunk boucard · il y a
Merci pour ton avis, c'est rare et important d'obtenir des retours pour un auteur encore non publié… La littérature est un travail solitaire…
·
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
Bien écrit, plaisant :)
Et je te souhaite la bienvenue sur Short Edition ! :D

·