Donnez, Dieu vous le rendra

il y a
3 min
926
lectures
103
Qualifié

J'ai 400 caractères pour dire l'essentiel. C'est déjà mieux que sur twitter où je n'ai que 140 caractères pour essayer d'avoir une pensée pertinente. Bon, en même temps 400 caractères pou  [+]

Image de Eté 2016
— Elle avait une chance sur un million. C’est vraiment très rare. Pour vous donner une idée vous avez une chance sur vingt millions de gagner au loto. C’est plus parlant là, non ?
— Et combien de chance de te prendre une claque dans la gueule si tu continues à me parler avec ce ton condescendant ?

Je n’aime pas les médecins.

Je ne les aimais déjà pas quand je flânais en fac de lettres alors qu’eux s’enfermaient une année entière pour passer leur foutu concours. Il était déjà question de probabilités. Six pour cent des inscrits en première année étaient promus, les quatre-vingt-quatre autres pour cent abandonnaient ou tentaient à nouveau leur chance. Les moins mauvais finissaient médecins du travail ou kinésithérapeutes, les filles se rabattaient sur un concours plus « accessible », devenaient infirmières et passaient le reste de leur vie professionnelle à espérer épouser l’un des médecins qui les baisaient entre deux interventions chirurgicales.

— Mon cœur ? Ça va ?

L’heureuse gagnante à l’euro million de la vie venait de me prendre la main et me regardait avec inquiétude.
— Il n’aime pas les hôpitaux vous savez, précisa-t-elle au docteur je te prends de haut.

Non c’est vrai, je n’aime pas les hôpitaux. En même temps il faut tout de même être bien barré pour aimer un lieu pareil.

L’hôpital, j’évite. J’y suis déjà passé trois fois contraint et forcé pour des opérations dites bénignes, voir banales. Dans un monde où il est bénin voir banal de se se faire injecter un puissant anesthésique, ouvrir le ventre avec un scalpel, suturer la paroi abdominale et couper un bout d’intestin, il ne faut pas s’étonner que des enfants de dix-sept ans avec l’accent du sud ouest égorgent des infidèles sur internet.

— Monsieur, ça va ? Des questions ? (air navré du médecin)
— Chéri, hou hou, encore dans la lune ? (air amoureux de ma fiancée)

Je réponds à l’air navré d’un regard mauvais et à l’air amoureux d’une douce pression sur la main.

— Si je comprends bien, pour résumer, vous me dîtes que mon amie à une chance miraculeuse d’être appelée et que le don de moelle et sans douleur et sans risque. C’est bien ça ?
— Pas tout à fait, mais pour faire simple oui, si vous le souhaitez.

J’encaisse le « pour faire simple » mais non, il y a erreur, moi je ne souhaite rien. Ce qu’il me faut ce sont des réponses précises et non sorties de la médecine pour les nuls. Pas la peine non plus de répéter avec un sourire hypocrite ce que j’ai déjà lu cent fois sur la brochure « un don de moelle, engagez-vous pour la vie. »

Moi ce que je voudrais c’est que tu n’essaies pas de me vendre un acte chirurgical comme un connard en costume me vendrait une voiture grâce à la prime à la casse. Ce que je voudrais c’est me retrouver devant le docteur House qui aurait la décence de me parler franchement :

« Voilà désolé, votre amie à un génome compatible avec un leucémique en phase terminale. Pas de chance ça n’arrive qu’une fois sur un million. L’opération consiste à prélever des cellules souches de sa moelle osseuse afin de les greffer au patient receveur. Pour ça il a deux protocoles. Soit on pratique une anesthésie générale avec une chance sur cent-cinquante-mille de faire un choc anaphylactique et de mourir, ce qui, au vu de la réussite de votre amie question probabilité, n’est pas négligeable, avec ensuite un prélèvement des cellules de la moelle en perforant l’os avec une perceuse, ce qui engendra des douleurs dîtes « supportables », soit on lui injecte durant cinq jours des facteurs de croissance qui lui provoqueront des maux de têtes intenses et de graves douleurs osseuses, pour lui planter ensuite une aiguille dans chaque bras et faire passer son sang dans une centrifugeuse pendant trois heures.

La seconde méthode est la plus contraignante, mais au moins on évite l’anesthésie générale. Evidemment il reste le problème des facteurs de croissance. Aujourd’hui on ne relève pas d’effets secondaires mais on manque de recul, alors pendant cinq ans on lui fera des prises de sang régulières pour vérifier qu’elle ne développe pas un cancer.

Le tout pour sauver un inconnu. Enfin sauver, essayer de sauver, car lorsque la greffe ne provient pas d’un membre de la famille, la réussite et donc la survie du patient tourne autour de cinquante pour cent. »

***

Un mois après, dans une chambre qui sent la Biseptine, reliée à une bruyante machine, un sourire ravie aux lèvres, mon amie donne.

Soit.

Pour soulager l’humanité elle aurait pu donner cinquante balles aux roms qui squattent en bas de chez nous ou être bénévole aux restos du cœur. C’est vrai quoi, arrêtez tous de me regarder comme ça. Je ne vois pas ce qu’il y a d’héroïque à mettre sa vie en péril pour sauver celle d’un inconnu alors que dans le même temps on porte des baskets qui pour leur fabrication ont dû causer la mort d’enfants de Bangladesh et qu’on pisse dans de l’eau potable alors que quarante pour cent de la population mondiale n’a rien à boire.

— Monsieur, tenez, c’est un cadeau pour le don de votre amie et là un formulaire si vous voulez vous aussi devenir donneur.

Fidèle à mes principes, je me moquerais bien du sablier en verre que vient de me remettre l’infirmière en lui expliquant en langage imagé ce qu’elle peut faire de son formulaire, mais la fille est jolie, son sourire est prometteur et l’ouverture de sa blouse me ferait presque croire au mythe des infirmières. Un peu trop apparemment. Devinant une approche bien lourde, Manon, c’est écrit sur sa blouse, ne s’attarde pas. Elle fuit même la chambre oubliant derrière elle le dossier médical de la greffe. En première page la fiche détaillée de mon amie, en seconde celle du receveur qui vient de perdre son anonymat. Son nom est écrit en italique.

Huit mois plus tard il sera écrit en première page des principaux journaux du pays et défilera en boucle sur toutes les chaines infos. L’anonyme sauvé par ma fiancée devenant en une virée dans un supermarché, armé de deux Kalachnikov, le terroriste de masse le plus meurtrier du vingt-et-unième siècle.

« Don de moelle, engagez vous pour la vie. »

103

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Solution naturelle

Julien

Je ne fais plus rien depuis des jours. « Des mois » aurait été plus approprié mais « des jours » me laisse un semblant de dignité. Je me couche et me lève de plus en plus... [+]