1
min

Deux océans

Image de Amaryllis

Amaryllis

3 lectures

1

Je fixe le soleil. Il m’enflamme la rétine mais je continue.
Mes pieds sont recouverts par le sable déporté, il y a plusieurs heures que je n’ai pas bougé. Ma gorge est sèche. Tout me paraît si illusoire. Ma vie s’est fracassée sur les rochers, et ses miettes sont si tranchantes que le ressac ne parvient à les polir.
J’ai brûlé, et rien ne pousse sur les cendres.

Le ciel est d’un gris pâle aveuglant. Le sable noir s’étend à perte de vue, cendre d’un soleil disparu. Les grains emportés par le vent dansent une valse hypnotisante, et filent vers les nuages. Les dunes ondulent sous la chaleur, tel un océan obscur et menaçant. Le paysage est un vieux film. Muet et en noir et blanc.

La mer a sombré dans le désespoir. Elle se contorsionne et se déchire, pour venir s’abandonner sur le rivage, à l’agonie. Elle rampe pour échapper à son bourreau, ce fil invisible qui la ramène toujours en arrière, mais celui-ci, inlassable, continue de la torturer. Lorsqu’il vient la chercher, elle ne résiste pas. Elle a abandonné depuis longtemps. Une douce mélopée s’élève, lancinante :
La plainte silencieuse de l’océan.

Bienvenue dans mon âme calcinée.
Deux océans. Un de noirceur et un autre de tourments.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,