1
min

Détention provisoire

Image de MlF

MlF

4 lectures

0

Seul, entre quatre murs. Un lavabo blanc. Un lit métallique.
Il regarde le plafonnier, la fenêtre close. Le plafonnier à nouveau.
Combien, comme lui, ont rêvé sur ce matelas d’infortune ? Des rêves d’ailleurs.
Après la sentence.
Etaient-ils coupables ces condamnés à vivre des heures monotones, des jours insipides, à subir la lenteur du temps qui passe ?
Souffrance et solitude. Leurs plus fidèles compagnons.
Il les imagine...
Il attend sa libération.
Il n’a pas eu le choix.
La vie se déroule maintenant sans lui, sans même qu’il n’en soit le spectateur. Elle lui échappe.
Il compte les jours, espère une permission.
Il s’abandonne, se laisse aller, s’évade.
Des sons familiers. Des bruits de couloir. Des voix étouffées.
Il invente la vie des autres. Dehors. Derrière ces portes. Il vit par procuration.
L’imaginaire est son dernier espoir d’affranchissement.
Il pense parfois à s’enfuir.
Il étouffe dans cette vie où il n’a plus aucun pouvoir.
Blouse, sur-blouse, masque chirurgical, l’infirmière apparait dans le sas de la chambre stérile.
« Demain, on vous libère ! »

0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,