3
min

Derrière la porte

Image de Suzy-lou

Suzy-lou

105 lectures

70

Elsa tient la main de Jules, son compagnon, quand l’agent immobilier, après avoir déverrouillé la porte d’entrée, se met de côté pour laisser passer élégamment le couple.
Il leur annonce :
- Voici le bien dont je vous ai parlé! Ne soyez pas étonnés, les vendeurs y laissent quelque mobilier. Ce sont les neveux de la propriétaire, une vieille dame qui vient de décéder et dont ils héritent. Ils ne l’ont que très peu connue. Vous ne serez pas déçus et je crois que cette maison de village correspond tout à fait à votre future résidence familiale : 5 chambres de 25 m2 chacune, un séjour coquet en rez-de-terrasse, une immense cuisine pour de grandes tablées, des ouvertures côté rue et côté place,...
Elsa le laisse parler. Elle n’a nullement envie de faire savoir au vendeur qu’elle connaît cette maison et que ce village est celui de son enfance. Elle lâche la main de son mari pour s’avancer dans la cuisine soudain baignée de lumière dès que l’agent immobilier fait claquer les volets pleins le long de la façade.
Elsa fait un bond de quarante ans en arrière en s’approchant de la fenêtre.
Un saut dans le temps quand les enfants ne sortaient pas de table sans l’assentiment de leurs parents.
Quand le lait fumant dans le bol du matin, chocolaté au Banania, sorti du pis de la vache quelques heures plus tôt avait été bouilli puis écrémé à l’écumoire.
Quand les mois d’été voyaient le retour des enfants de Paris venus partager leurs vacances avec leurs cousins de campagne pour de grandes virées en bicyclette, des promenades en forêt.
C’était l’époque où les petits « restaient à leur place » et n’osaient chercher à percer les secrets des grandes personnes.
Elsa attrape une des chaises à l’assise en paille et s’installe dans le renfoncement de la fenêtre de la cuisine donnant sur la rue.
Elle se revoit petite fille sautant à cloche pied en descendant cette rue. Le peu de circulation automobile autorise la fillette à improviser une marelle tout au long de son chemin. La petite Elsa en équilibre sur une jambe s’ingénie à pousser du pied le précieux petit palet qu’elle a sorti de sa poche.
Arrivée au milieu de la rue, devant la fenêtre de Madelon, Elsa récupère son joli caillou.
Madelon l’attend. Elle a ouvert sa fenêtre en ce jour de printemps et travaille à son ouvrage baigné de lumière naturelle. Elle tire l’aiguille pour exécuter une broderie.
Elsa s’arrête au bord de la fenêtre pour la saluer poliment.
Madelon lui sourit et se lève pour revenir avec une assiette remplie de meringues.
« Tiens, je les ai faites ce matin ; prends, prends... »
Elsa croque avec délice cette texture qui se craquèle au contact de son palais.
Merci Madelon ! Nulle autre conversation entre elles. Madelon ne l’invite jamais à rentrer chez elle. Elsa jette un œil furtif à l’intérieur de la cuisine, derrière la gentille dame. Au fond, elle aperçoit une porte. Elsa imagine qu’elle donne sur l’arrière-cuisine.
En campagne, c’est le lieu où tout se fait, où la gastronomie s’orchestre, laissant à la cuisine la table à dresser pour rassasier les convives. C’est dans cet endroit confidentiel, la souillarde, que l’on épluche les légumes, là où s’entrepose le garde-manger grillagé sauvant les fromages et les pâtisseries des mouches. C’est ici que l’on fait mijoter, confire un ragoût, là où l’on pétrit la pate, la roule, l’étale pour l’enfourner avec sa garniture pour la promesse d’un gâteau bien levé, succulent.
Curieuse et gourmande, Elsa donne libre court à son imagination. Sur un réchaud, une bassine en cuivre bouillonne d’un savant dosage entre sucre et fruits. Des pots de confitures s’alignent sur des étagères, montrant leurs étiquettes, « gelée de coings », « orange amère », « fruits rouges ». A côté, des boites métalliques recèlent biscuits et meringues, pain d’épices et chouquettes. Et les bonbons ? Ah, les bonbons ! Nul doute que ceux que Madelon lui offre de temps en temps, sortent de bocaux de verres, encore plus beaux que ceux de l’épicière du village. Elsa se plaît à croire que les tortillons de sucre candi rouges et blancs avoisinent les berlingots nacrés, les pastilles multicolores, les crottes en chocolat et le noir de jais des rouleaux de réglisse.
On dit que Madelon n’a pas eu d’enfant. Que des neveux. Elsa les jalouse un peu. Ils ont bien de la chance d’avoir une « Tatie gâteaux ». Pourtant, ils ne semblent pas trop en profiter car Elsa ne se souvient pas de n’en avoir jamais vu aucun !
Jules pose la main sur l’épaule d’Elsa qui sursaute en sortant de ses réflexions.
« Tu viens, on continue la visite ? »
L’agent immobilier demande par avance d’excuser le désordre de la petite pièce de l’autre côté de la porte, au fond de la cuisine. Cet endroit servait de réserve.
« Mais oui ! Je le sais bien ! » se réjouit intérieurement Elsa.
Et la porte s’ouvre. Dans le petit local, s’entasse une quantité impressionnante de couronnes mortuaires en perles, d’un autre temps, bien avant que ce soit l’usage courant des couronnes de fleurs factices ou naturelles. Des bocaux de verroteries et des rouleaux de fils métalliques s’alignent sur les étagères.
Madelon, l’épouse du tailleur de pierre et de monuments funéraires, vendait ces couronnes qu’elle confectionnait de ses mains avec son habilité de brodeuse. Elle enfilait savamment les perles de verre pour en faire les minuscules guirlandes qu’elle tressait.
Au décès de son mari et arrivée à la retraite, elle n’avait jamais pensé à se débarrasser de ce stock d’objets surannés et qui sentait la mort. A quoi bon, puisqu’aucun enfant ne venait et ne viendrait s’égayer dans cette maison !
Malgré tout, Elsa n’est pas affligée par cette découverte. Elle est même amusée de la surprise qui se lit sur le visage de son mari. Elle laisse les deux hommes poursuivre la visite et reste dans la petite pièce. Elle vient d’apercevoir sur la dernière étagère une boîte à sucre rouillée. A l’intérieur, une poche de bonbons intacte mais dont le caramel a coulé et serti le papier. Elsa sourit.

PRIX

Image de 5ème édition

Thèmes

Image de Très très courts
70

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Didier Poussin
Didier Poussin · il y a
Souvenirs de jeunesse
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
j'adore le côté sensoriel de votre texte qui engage notre corps tout entier
·
Image de Suzy-lou
Suzy-lou · il y a
merci ! Je vous invite à découvrir mon etc Imaginarius "c'est cadeau !", c'est d'actualité.
·
Image de Mama Durodie de Charrin
Mama Durodie de Charrin · il y a
Tout doux, nostalgique. On s en met plein les yeux et les papilles ! Mes voix bien sûr !
Et je vous emmène en métro quand la visite sera terminée :)
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/bonne-nouvelle-2

·
Image de Suzy-lou
Suzy-lou · il y a
Merci ! j'ai grimpé dans la rame qui m'a emmenée dans le dédale métropolitain.
·
Image de Arlo
Arlo · il y a
Excellent récit fort bien réussi et très agréable à la lecture. Vous avez les votes d'Arlo qui vous invite à découvrir son dernier poème "j'avais l'soleil au fond des yeux" de la matinale en cavale. Bonne chance à vous. http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/javais-lsoleil-au-fond-des-yeux
·
Image de Suzy-lou
Suzy-lou · il y a
merci !
·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Pousser la porte des souvenirs !
·
Image de Suzy-lou
Suzy-lou · il y a
et surtout ne pas la refermer ! Merci.
·
Image de Farida Johnson
Farida Johnson · il y a
Une jolie histoire gourmande.
·
Image de Suzy-lou
Suzy-lou · il y a
on ne se refait pas ! Merci d'être venue.
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Quel joli retour aux sources ! Bravo, Suzy-lou, pour ce texte bien écrit qui nous prend par la main jusqu'au bout ! +5
·
Image de Suzy-lou
Suzy-lou · il y a
contente que vous ayez aimé ... Merci !
·
Image de Merlin28
Merlin28 · il y a
Elsa a trouvé son chez soi....
·
Image de Suzy-lou
Suzy-lou · il y a
Retour aux sources de l'enfance, c'est vrai. Merci infiniment.
·
Image de Lolanou
Lolanou · il y a
Vos souvenirs m'ont fait du bien...
·
Image de Suzy-lou
Suzy-lou · il y a
J'en suis ravie. Merci
·
Image de Françoise Deniaud-Lelièvre
Françoise Deniaud-Lelièvre · il y a
Jolie plume, la bascule dans le passé nous révèle de précieux souvenirs, et les images surgissent aussitôt. Bravo Suzy-Lou !
·
Image de Suzy-lou
Suzy-lou · il y a
contente que nous ayons pu partager. Merci à vous.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur