Derrière la porte

il y a
3 min
799
lectures
114
Finaliste
Public
Image de 2016

Thème

Image de Très Très court
J'ai fermé la porte . Simplement, comme on dirait à la semaine prochaine, sans y penser . J'ai refermé la porte de cet immeuble de deux étages sur dix années
d' objectifs, de statistiques, de petites joies malignes en fins de semaine chiffonnées, dix années de délit et de faux semblants . C'est drôle la manière dont les choses se font et se défont . Sans y penser .
Puis enfin réveillée comme d'un trop long sommeil , je me suis engagée sur le chemin menant au bois de châtaigniers : celui que je connais en lisière de forêt bordé d'arbres pleins de santé . J'avais besoin de sentir leur force tranquille . J'avais besoin de les entendre craquer sous le poids de leurs fruits piquants.
Les bogues roulent sous mes pieds. Elles crachent des billes luisantes . Mouillées de rosée .

« Petite, souviens toi avant tout... la liberté ! »

Cette phrase de grand mère revient en écho me chatouiller l'oreille alors que je foule le sol avec maladresse et glisse. Je suis Alice au Pays des merveilles. Allez un petit effort , Alice !
Quand je lui disais que je ne me marierai pas - ou « si peut être avec le fils du vent », Mamie riait de toutes ses dents avec une joie que je ne lui connaissais pas . Grand mère avait tout quitté. Une maison, un mari. Son pays . Elle avait fermé entre elle et eux plusieurs centaines de milliers de portes pour retrouver son rire d'ogresse . « Souviens toi...La liberté »
C'est ton rire que je poursuis aujourd'hui Grand Mère . J'ai cette impression que tes convictions ne m'ont aidé à fermer des portes que pour mieux entendre ton rire débordant, ton rire de hors la loi . De forban . Et aujourd'hui encore, ton souvenir m'a surprise me forçant à faire un pas de côté pour continuer ma route. Et me voilà ici, dans l'obscurité des sous bois où je sens très près - chose qui m'était encore il y a quelques heures complètement étranger - l'odeur des bêtes. A chaque pas, je perçois le bruissement de vies aux aguets, de battements d'ailes et de courses folles au creux des chemins, toute une vie palpitante, insoupçonnable . Un lièvre s'est échappé. Je l'avais vu mais cela n'empêche pas mon cœur de battre plus fort sous le coup de la surprise . Est ce que j'ai eu peur ? Personne ne répond.

Depuis longtemps d'ailleurs, personne ne répond plus . Hier, en fin d'après midi, j'ai remis un dossier qui pour la dixième fois m'a été refusé. J'ai envoyé des messages pour lesquels je n'ai reçu aucune réponse, j'ai dû lancé des « au revoir » dans un vide sidéral . Tu vois Lièvre des Terres Froides j'ai beau chercher  : personne ne répond. Mais c'est fini . Je veux entendre « l'amour infini me monter dans l'âme » « bien loin par les chemins comme un bohémien... » Poursuivons petit lièvre . Il y a plus loin un lac envahi de roseaux et il sera mon but ultime, car je n'ai la force d'aucun autre chemin . Le poing serré au fond des poches , je marche maintenant contre la rudesse des saisons -rageuse. Contre ton silence. Près du lac, tout me ramène à toi, Grand mère et je cherche tes mains à tâtons dans la forêt, tes baisers. J'étais tellement bien avec mon chagrin, gros chat ronronnant entre tes mains.

Le temps de faire le tour de mon souvenir et je me retrouve derrière le lac. Là, il y a un buisson. Je le connais bien car on s'arrête toujours avec ma fille pour le regarder grandir. Le cynorhodon s'y plaît et à chaque passage nous nous arrêtons pour prendre de ses nouvelles . Cette année, il se porte bien. Si j'avais eu un sac, j'aurais pu en cueillir quelques têtes et on aurait ensemble fait la recette de la confiture d'automne . Mais je n'ai pas pris de sac . Je n'ai rien pris . J'ai pris la poudre d'escampette comme on prend la fuite. Je n'ai pas de sac. Rien pour alourdir. Je marche. Mais où ? Mes pas, où m'emmenez vous ?

« Souviens toi Petite avant tout....La liberté. »

Je ne sais plus où je suis. Une légère fatigue me grise et me fait ployer comme un roseau. J'ai l'impression d'être proche d'une sapinière où l'on devine des ombres, et des contours inquiétants. On dirait que s'y cache là un animal extraordinaire : un animal que l'on imagine sans yeux ni tête, un animal qui serait fait de souffle et de lumière. Étrangement, chaque pas m'est devenu difficile. Ce domaine n'est pas mon domaine. Il appartient au doute, à la peur. Je longe les grands arbres verts en retenant mon souffle et court court de toutes mes forces jusqu'à la clairière inondée de lumière. «  IL y a tant de questions auxquelles tu ne trouveras pas de réponse» me murmure une voix. L'eau miroitante me renvoie à ma propre image. « Tu voudras tant de choses qui ne seront pas...» ajoute t elle. « Souviens toi ... avant tout la liberté »

Je me suis agenouillée près de l'eau laissant une main traîner dans l'onde et mon regard plonger dans l'eau, dans l'eau de rêves et de songes éclatants. Dans l'eau de vies rêvées, dans l'ivresse de naître.
De n'être que ce que je suis .

Une enfant. Libre de choisir son chemin.
114
114

Un petit mot pour l'auteur ? 60 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fantomette
Fantomette · il y a
Belle écriture, mon vote; Si cela vous dit, je suis en finale avec "Soleil de la saint Valentin" peut être à bientôt
Image de Lammari Hafida
Lammari Hafida · il y a
Une jolie plume pour découvrir un sublime paysage , j'ai bien aimé Je vous invite à découvrir mon univers et au plaisir de vous lire encore
Image de Pascal L.
Pascal L. · il y a
joli texte vous avez mon vote..le mien est en finale..http://short-edition.com/oeuvre/poetik/un-poete-aventureux
Image de Yaya
Yaya · il y a
Être en libère. ..
Vous pouvez aller faire un tour du côté des nouvelles
http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/nom-d-un-chien-2

Image de Catherine D
Catherine D · il y a
Merci d avoir pris le temps de me lire entre les lignes .
Image de Nadège Bonny
Nadège Bonny · il y a
un joli moment de lecture. Un petit dévoilement de l'âme, peut-être ....
C'est beau !!

Image de Br'rn
Br'rn · il y a
Ode à la liberté !
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Un angle de narration très original à travers l'histoire personnelle d'une femme qui trouve une résonance dans les beautés de la montagne qui l'entoure. J'ai lu avec grand plaisir en souhaitant connaître la fin et la fin est une renaissance pour ce personnage.
Pour info seulement car le concours se termine, j'avais écrit "Fauteuil d'orchestre" où je parle de samoyèdes et de musique et "Sous leur pinceau l'isère "sur les peintres de la région.
Je vous propose de me lire (pas par esprit de competition puisque c'est terminé)
Bonne chance avec votre beau texte.

Image de Catherine D
Catherine D · il y a
J irai volontiers me promener du côté de chez Fred . Ayant découvert ce site avec le concours j ai pu lire des auteurs , découvrir des univers différents et constater avec joie que les gens aiment écrire .. donc oui j irai vous lire . Et merci pour votre retour . Amicalement
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Un texte plein de sensibilité au coeur d'un paysage qui s'éclaire à la fin alors que le doute domine et ce rappel de liberté. J'aime beaucoup également les jeux de mots à la fin du texte. Bravo Catherine !
Image de Catherine D
Catherine D · il y a
Merci pour votre lecture attentive et sensible aux nuances . Cette précision dans l'interprétation me touche et me renvoie à l'intention première de l'écriture . Faire ressentir et faire écho . Emouvoir . Mettre en mouvement ... si vous avez ressenti tout ça c'est gagné !!
Image de Céline Dormoy
Céline Dormoy · il y a
Une promenade au creux du coeur, et ce refrain en écho
Image de Catherine D
Catherine D · il y a
Merci Céline . Belle expression que le creux du cœur . Là où tout fait résonance . C 'est exactement ça .