Dernier rendez-vous au consulat

il y a
2 min
142
lectures
88

Bristol Bazar & La Compagnie des ethnographes http://blandine.b1.free.f  [+]

Image de 2019

Thème

Image de Très très courts
L’article m’avait valu, comme à chaque fois, un soutien suffisant pour remettre la peur à plus tard. Quand on éclaire les coins les plus sombres des dictatures, quand on met des mots sur leurs silences, quand on ouvre les portes qu’elles referment sur leurs coupables secrets, les menaces n’étonnent plus, on s’habitue au voile de réprobation qui crée autour de vous, jour après jour, presque imperceptiblement, une zone inhabitable.

Je ne vais pas prétendre que les lourds et noirs regards n’ont fait que m’encourager dans la voie de la vérité. Il m’a fallu du temps pour que le doute cesse d’entacher mon travail, me rende sourd à la petite voix empoisonneuse qui me commandait de me tenir tranquille, comme si quelque chose en moi pouvait encore tomber d’accord avec les fatalistes.

Et si tout cela était inutile ? Et si les extrémistes avaient, avec leurs machines de guerre et leur terreur, le dernier mot ?

Continuer, se boucher les oreilles quand les amis vous disent qu’il faut songer à soi et savoir vivre un peu comme tout le monde, aussi.

Informer. Parler, écrire, témoigner. Un métier dangereux ? Oui. Aussi dangereux que celui d’un soldat qui part à la guerre. Pour combattre le plus longtemps possible, il faut apprendre à calculer les risques, savoir devenir invisible, ressurgir au bon moment.
Des journaux m’ont offert leurs colonnes. Je sais me faire entendre à présent. Ce savoir acquis au fil de l'expérience ne fait qu’accroître leur désir de meurtre mais le monde écoute et regarde. Ma visibilité me protège.
Maintenant, ils ne peuvent plus me réduire au silence.

Ce jour-là, sur le chemin du consulat, mon cœur est léger. Je pense à celle qui m’attend comme moi je l’attends. Nous avons rendez-vous. Le jour de notre mariage est fixé.
Je pense encore à elle quand j’entends quelqu’un refermer la porte du bureau.
Il s’est glissé silencieusement derrière moi. Je me demande pourquoi.
C’est étrange, ces hommes qui se tiennent debout ici.
Je me retourne. Quelqu’un me barre la route.
Combien sont-ils ?
Ils font cercle autour de moi, sans un mot.
C’est seulement quand le bref éclat de rire qui m’éclairait encore est étouffé et ravalé au fond de ma gorge que je comprends qu’ils ont choisi ce jour du 2 octobre 2018.
C’est tellement impossible d’être assassiné ici, au consulat, dans ce bureau. Ils croient pouvoir effacer toutes les traces.
Ils ne savent pas encore que j’existerai encore lorsque j’aurai cessé de respirer. Que je n’existerai pas seulement pour ceux qui me connaissent, pour mes amis, pour ceux qui m’aiment et que j’ai aimés, mais pour des pays et des continents entiers.


---

Déclaration universelle des droits de l'Homme, article 19

Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.
88
88

Un petit mot pour l'auteur ? 25 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Poigant et Hélas, illustré il y a peu dans l'actualité.
Image de LES HISTOIRES DE RAC
LES HISTOIRES DE RAC · il y a
Bien joué !
Image de CHEUCHE
CHEUCHE · il y a
Texte simple et accrocheur. Je vous invite à lire mon texte "Humanités" (auteur CHEUCHE) en écoutant la chanson de Romain Humeau "A tout moment la rue".....des espoirs avides et des rêves capables…..sans obligation.
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
Très actuel. Question soulevée et traitée de façon littéraire. Mes voix +++. Une visite sur ma page pour lire et possiblement soutenir mes deux textes en compétition me fera plaisir. " Sous le regard du diable ". https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/sous-le-regard-du-diable

https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/malchance

Image de Zouzou Z
Zouzou Z · il y a
Un hommage bien mérité, les voix !
Je concours aussi ,.un autre hommage, si vous aimez !

Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
Une terrible actualité qui a fait la une et que vous avez réussi à vous approprier avec vos propres mots. Toutes mes voix.
Image de rabab .
rabab . · il y a
Votre texte est fort dommage je n'ai que 3 voix à vous donner, votre histoire mérite plus
permettez-moi de vous inviter à découvrir mon premier concours "rencontre inattendue" pour éventuellement le soutenir si vous l'aimez. A bientôt
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/rencontre-inattendue-11

Image de Bristol Bazar
Bristol Bazar · il y a
Merci Rabab. Mon vote d'encouragement pour votre Rencontre
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Quelquefois la réalité est pire que la fiction. Triste rappel d'actualité.
Image de Laurence Bourgeois
Laurence Bourgeois · il y a
Bonsoir Bristol, après avoir lu votre poème de "petit rongeur", je m'aventure ce soir au "consulat". Un texte d'actualité, puissant, beau, dans un style fluide et efficace. J'aime et... je vote 4* (avant de refermer mon ordinateur pour ce soir !). Dans un tout autre registre : Je ne sais pas si vous avez lu l’histoire de Guylaine dans « La piscine » ; elle est désormais en finale (catégorie Nouvelles) et près du podium ! Si vous avez envie de vous jeter à l’eau pour la soutenir, je vous donne le lien : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/la-piscine-4
Vos commentaires m’intéressent.
Merci, bonne soirée et à bientôt, Laurence

Image de Bristol Bazar
Bristol Bazar · il y a
Merci pour ce commentaire. La piscine est un texte intéressant avec une ombre portée en phonétique. Tout cela délie les doigts en laissant imaginer d'autres fins possibles.
Image de coquelicot Coquelicot
coquelicot Coquelicot · il y a
drame des dictatures, avec cette actualité qui le prouve à nouveau avec force. Mon vote
Image de Bristol Bazar
Bristol Bazar · il y a
Merci. Je viens de découvrir votre beau Interdit d'être gaucher. Mes votes aussi.