Demain, peut-être!

il y a
1 min
98
lectures
26
Qualifié

Né en 1949 à la Bresse (vosges) retraité de l'automobile, se passionne pour la sculpture sur bois et n'hésite pas à s'adonner à l'écriture. celle-ci me permet à travers les mots, d'inventer et  [+]

Image de 2018
Image de Très très court
Tapi derrière la ligne de crête, comme tous les matins, il hésite. Son amour de toujours, la nuit, est encore là. Il lance prudemment quelques rayons, qu’il voudrait discret.

Mais les effrontés, trop content d’être libérés laissent dans leur sciage, la signature rougeoyante de leur joie. Curieux, ils se glissent entre les persiennes des volets à la découverte des corps nus encore enlacés. Chatouillant au passage la commissure d’une bouche toujours souriante ou les poils grognons d’une tête hirsute.

Un nuage outré, fait un rappel à l’ordre. Les irrespectueux obéissent à regret, le spectacle était charmant. Patients, ils attendent qu’un souffle matinal repousse le trouble-fête.
Une risée, plus hardie que les autres disperse la nuée. Les indiscrets à l’affut, se glissent entre les brumes et repartent à l’assaut du monde endormi. Rien ne résiste à leur curiosité, les impertinents ne respectent rien. La moindre anfractuosité est explorée.

Les partisans de l’ombre font des prodiges pour leur échapper, cherchant déjà la fraîcheur accueillante. La nuit désespérée d’attendre, et devant tant de hardiesse, s’enfuit, laissant dans les creux, des lambeaux de sa robe sombre.

Une bande de stratus attendrie pleure devant cet amour impossible. Les herbes, elles aussi troublées, lâchent leurs larmes de rosée.

Le soleil en catimini se précipite voyant sa vieille compagne disparaitre, il n’a que trop tardé. Trop tard, elle est déjà loin.

Demain peut-être.

26

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,