Défaite

il y a
2 min
0
lecture
0

Ils écrivent tous si bien. Ma main ne peut lâcher son crayon et espère encore  [+]

Ah, la voilà enfin qui s’approche, celle qu’on n’attendait plus. Jusqu’au dernier moment on a cru qu’elle allait déclarer forfait mais c’était sans compter sur sa volonté sans égale, son amour propre de première de la classe. Oui, elle s’installe ! Bien décidée au pied de la corde ! Elle jette un regard valeureux au crochet tout là-haut. Eh oui le toit du préau est à plus de six mètres ! six mètres rendez-vous compte, et une corde, une simple corde de chanvre pour y accéder ! ce n’est pas rien quand on a dix ans et des fesses lourdes. L’entraînement elle l’a cependant, qui peut dire qu’il a porté autant de bottes de foin et de paille qu’elle ?
Le suspens est à son comble. Va-t-elle bientôt s’élancer ? ça y est, la voilà qui agrippe à deux mains la corde lisse...se soulève du sol. Déjà 30 centimètres de gagné !
Elle enroule maintenant la corde autour de son pied droit, bien joué ! une traction des bras l’emporte maintenant à un mètre. Ses cuisses se resserrent et bloquent la corde. Quelle force ! une poussée des jambes et elle déplie le haut du corps, s’étire pour mieux l’empoigner cette corde qui va la mener à la victoire.
Glissement de la corde sur le pied, les cuisses comme un étau, déploiement du buste, quelle technique ! elle progresse, déjà trois mètres ! la tension est à son comble ! jamais encore elle n’avait franchi ce cap ! on la sent concentrée, butée presque, l’effort est palpable.
Les pieds, les cuisses, le buste, les bras, oui c’est ça, ça s’enchaîne à merveille. Le rythme ne faiblit pas, avec entêtement elle poursuit son ascension faisant fi des quolibets et des sifflets. C’est extraordinaire ce à quoi nous assistons aujourd’hui, une vraie révélation dans la cour de l’école ! Encore un effort. Ooh ! mais voilà que son pied glisse, va-t-elle se récupérer ? elle se rattrape in extrémis...quel panache ! que d’émotions ! allez encore un mètre et la victoire est là.
Une pause...son visage ruisselant de sueur se crispe, chacun retient son souffle. Une dernière détente et la main se tend. Oui !!!elle touche le crochet !!! elle l’a fait ! elle l’a fait bravo ! je n’en crois pas mes yeux ! Quelle magnifique preuve de volonté !
Un vague sourire s’affiche sur son visage et déjà on y voit poindre l’angoisse de la redescente. Serrer encore cette maudite corde pour qu’elle ne lui brûle pas les cuisses ni les mains, réussir à descendre lentement, bloquer encore alors que ses muscles sont tétanisés par la peur. Surtout ne pas lâcher, dévisser et se retrouver les fesses par terre, ils seraient trop contents tous ceux qui la traitent de chouchou du maître. Elle devrait rire, crâner, les narguer mais elle n’a qu’une envie, de pleurer. Elle l’a fait, oui mais contre elle-même. Cette gamine qui grimpe à la corde sans peur, sans crainte de montrer sa culotte, ce n’est pas elle. Elle, elle préfère lire, jouer tranquillement et oublier tous ces défis sportifs qui la mènent à des échecs retentissants et la blessent à jamais.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Inhumain

Michel F.

L'indifférence tue. Elle s'avère impitoyable aussi bien pour les intelligences supérieures que pour les êtres les plus primitifs. La vérité est la... [+]


Très très courts

Amour amer

Eva Dayer

Voilà dix jours que je vis recluse. C'est ma décision. Je ne veux plus voir personne. Les volets de la salle à manger sont restés béants, alors parfois, je jette un coup d'œil par la fenêtre... [+]