Déclaration de Noël

il y a
3 min
208
lectures
20
Recommandé

" Soyez vous-même les autres sont déjà pris" Oscar Wilde "Il ne faut pas avoir peur du bonheur, ce n'est qu'un bon moment à passer" Romain Gary "L'humour est une déclaration de dignité  [+]

Dans la famille, Bernard avait la réputation d’être un solitaire, un taiseux comme la ville en produit parfois. Dans les repas de famille, il avait du mal à participer aux conversations. En fait, il ne participait pas du tout aux discussions des uns et des autres. Il jetait souvent un vent glacial sur la riante tablée par ses réponses monosyllabiques et tranchantes. L’an dernier à Noël, il séparait – selon le plan de table établi –, les deux cousines Annabelle et Emilie. Elles qui attendaient depuis de longs mois ces retrouvailles pour discuter de leurs voyages, de leurs projets respectifs, étaient séparées par Bernard, qui représentait un mur infranchissable à toute conversation. Dorothée était à l’initiative de la disposition des convives. Bernard coupait la conversation des deux cousines mais également celles de la tablée toute entière partagée en deux camps, deux territoires dont il constituait l’impénétrable frontière…
Cette année encore, le repas de Noël était organisé chez Dorothée et Marc. Leur maison était grande et constituait un point de rassemblement pratique pour toute la famille.
— Je suis désolée Marc, mais il faut que tu parles à Bernard, lui dire de faire un effort, c’est plus possible, à chaque fois c’est pareil... Il plombe l’ambiance par sa simple présence, dit Dorothée en adressant un regard désespéré à son mari.
— On ne va pas le changer tu sais, déjà à la fac pour tous les étudiants il était « le monde du silence », et pas à cause de sa passion pour Cousteau et les océans ! Il suffit de le mettre en bout de table, il aura l’impression de présider et il ne gâchera pas le repas…
Marc se voulait apaisant mais n’était pas convaincu. Bernard avait un tel pouvoir pour refroidir l’atmosphère d’un repas familial qu’il pourrait à lui seul lutter contre le réchauffement climatique !

***

Jamais en retard pour les invitations, cette Dorothée ! Inviter pour Noël dès le dernier week-end d’octobre, il faut le faire. Je n’ai pas su trouver les mots pour lui dire que non, il ne fallait pas compter sur « le cousin Bernard des années précédentes, mais sur un Bernard nouveau » ! Au lieu de ça, j’ai bredouillé un inaudible « Merci, c’est noté » et j’ai raccroché. Non seulement Dorothée met la pression deux mois avant, mais je vois déjà le repas interminable, les discussions qui n’en finissent pas et tout ce temps perdu à trouver des cadeaux pour chacun. Comme je n’attache pas d’importance aux aspects matériels, il m’arrive parfois d’offrir deux années de suite la même chose… Le repas de Noël en famille, c’est un truc qu’on ne peut pas louper, personne n’a jamais dit : « Non, cette année je préfère rester seul ». Alors je risque de passer une effroyable journée chez Dorothée et Marc, sauf si j’arrive à leur dire…

***

Pendant le repas, personne ne prête attention à Bernard : c’était une bonne idée de le mettre en bout de table, et les aînés ne se sont pas offusqués d’être ainsi détrônés, le soulagement apporté par la modification de l’immuable plan de table est palpable. Les conversations vont bon train, les plats sont excellents : foie gras, dinde traditionnelle avec ses marrons, chacun y va de sa recette et de ses petits secrets de cuisine, sauf Bernard. L’ambiance est joyeuse et légère, le cousin Bernard préside en silence, le regard vague, et les conversations circulent dans la bonne humeur. Les deux cousines, Annabelle et Emilie, se racontent leurs petites histoires de l’année qui s’achèvent avec de joyeux fous rires. Les plus anciens racontent des souvenirs de leur jeunesse cent fois entendus, sous le regard attentif des plus jeunes toujours ravis. Dorothée et Marc échangent un regard complice : cette année, avec ce plan de table novateur, tout se passe bien !
Bernard, silencieux pendant tout le repas, termine sa part de bûche de Noël, ramassant consciencieusement les petits copeaux de chocolat de sa fourchette à dessert sans prêter attention à ceux qui l’entourent.
Avant le café, il se racle la gorge sans grande conviction : personne ne lui prête attention. Il recommence un peu plus fort, les visages se tournent alors dans sa direction et marquent des airs interrogatifs.
— Déjà l’année dernière je voulais vous en parler mais je n’étais pas encore prêt. Maintenant, après deux ans avec mon psy, je peux le faire, j’ai assez avancé pour cela. J’ai l’impression de me réveiller d’un long sommeil. Désormais, je vais vivre pour les autres, rabattre mon égoïsme et mon individualisme. J’ai réalisé beaucoup de choses en m’allongeant sur ce divan toutes ces semaines… Bref, je pars le mois prochain faire de l’alphabétisation à Madagascar et parler, palabrer… j’ai du temps à rattraper.
Il lève son verre, laissant la famille stupéfaite. Dans un sourire que l’assemblée ne lui connaît pas, il s’exclame d’une voix pleine et assurée :
— Ah la magie de Noël !

Recommandé
20

Un petit mot pour l'auteur ? 22 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de lucile latour
lucile latour · il y a
rabattre ses travers? on veut croire à la magie de Noël même en avril. j'ai cliqué sur le coeur
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Une fois de plus, l'adage se vérifie : " les apparences sont souvent trompeuses" . Et la face cachée de Bernard mérite certainement d'être explorée. . . j'ai bien aimé votre texte où chacun, finalement cherche son petit confort personnel au lieu d'essayer de comprendre ce qui fait problème. Un monde égoïste et trop souvent indifférent aux autres chez qui se cachent des trésors insoupçonnés . . . mon vote !
Et je vous invite à découvrir mon petit dernier :" Imparfait" . . . à bientôt !

Image de Lézarde Dencre
Lézarde Dencre · il y a
Je lis avec un mois de retard cette description plus vraie que nature d'un repas de Noël mais elle ne date pas! Quand au personnage de Bernard, il est aussi vivant que le décors! Seule petite critique: comment combattre, après son départ, le réchauffement climatique? ;-)
Image de Christian Pluche
Christian Pluche · il y a
Merci Lézarde pour ce passage et cette lecture !
Image de Lili Caudéran
Lili Caudéran · il y a
Encore une belle histoire racontée sobrement . Il faut tellement de courage pour se remettre en question, accepter d'être aidé et enfin renaître pour prendre un nouveau chemin...Avant son départ à Madagascar laissez moi lui présenter une de mes connaissances sur ma page. Le texte s'intitule: Je voudrais tant qu'elle soit là ce soir...
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Je suis émerveillée par ce texte Christian !
J'ai bien aimé la façon avec laquelle vous racontez que la famille veut demander à Bernard de "faire des efforts", au lieu d'engager une conversation humaine.
Comment peut-on se permettre de juger les autres, quand on ne connaît pas les véritables raisons de leur mutisme ?
Peut-être que ce gars là aurait mérité que l'on s'intéresse davantage à lui au lieu de le laisser mijoter dans son incommodant individualisme.
De tous, c'est sans doute lui qui souffrait le plus de ses difficultés à communiquer.
La société ne supporte pas la différence. Il faut se fondre dans le moule si l'on veut être accepté.
Quand la personne souffre trop, elle se suicide ou elle se décide à voir un psy.
L'assemblée de ce repas a été heureuse de l'entendre se confesser d'avoir été une personne égoïste... cela leur donne bonne conscience...
Il a raison de partir loin...
Bravo pour cette analyse acerbe et puisse les gens être plus humains.

Image de Sylvie Jacob
Sylvie Jacob · il y a
Donner un sens essentiel à sa vie fait la magie de Noël ! Une bien belle déclaration.. Très touchante ! Bravo Christian
Image de Christian Pluche
Christian Pluche · il y a
J'adore vos commentaires qui m'encourage !
Image de Sylvie Jacob
Sylvie Jacob · il y a
Heureusement que vous les adorez Christian sinon je continuerais à vous lire quand même mais j'éviterais de vous commenter pour ne pas vous ennuyer et j'aimerais alors en secret..
Image de Didier Poussin
Didier Poussin · il y a
Un futur départ
Image de Christian Pluche
Christian Pluche · il y a
Un beau début !
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
J'en connais, des Bernard...
Image de Christian Pluche
Christian Pluche · il y a
Moi aussi et ils ne s'appellent pas tous Bernard pour brouiller les pistes !
Image de Julie Boston
Julie Boston · il y a
Une jolie histoire comme on ne lit pas beaucoup de nos jours.
Image de Christian Pluche
Christian Pluche · il y a
Merci Julie !
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
L'esprit de Noël comme on les aime.

En compet de quel concours? passé? à venir ? pendant ces vacances de Noël je me suis promis de découvrir des textes sur short édition, un peu au hasard, des textes en compet' et des en production libre. Par contre je me garde la lecture des oeuvres du concours de printemps pour plus tard, quand les signes de printemps poindront dans les jardins..

Image de Christian Pluche
Christian Pluche · il y a
Merci Sylvie, pas de compét' pour ce texte ni pour "Noël du bn côté (du mur)" que je vous invite à découvrir ... Meilleurs voeux pour 2017 !
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
si, il y a le logo "en compet mise en ligne", donc il l'est bien en compet mais le concours en question n'est pas indiqué. ( Si on regarde mon poème "chaussée glissante" que j'invite tout le monde à lire avant de prendre la route dans la nuit du 31 12 au 1 01 et qui est en mis en ligne libre donc ne participant pas à un concours , on ne verra pas y figurer le sigle "en compet")
Image de Christian Pluche
Christian Pluche · il y a
Je crois qu'il s'agit des nouvelles qui figurent dans les distributeurs, en effet "mise en ligne mise en ligne" ne veut pas dire grand chose ...
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
. Bonne chance alors.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Le sapin rouge

Chantal Sourire

Dans la maison d’Aglaé, tout le monde s’affaire.
La maman de la fillette ajuste l’étoile d’or au sommet du sapin dressé au milieu du salon. Un arbre de deux mètres recouvert de cônes... [+]