Déchéance lente

il y a
1 min
23
lectures
1

Quand les voix sont contraint de se taire. Il reste à ceux qui ne sont pas tenu à l'obligation de se soumettre de les libérés. Ainsi se propagera l'écho vers les sommets dans l'espoir qu'un jou  [+]

Elle était assise là, et nous nous demandions ce qu'elle faisait à une heure
tardive assise seule sur un trottoir dans une rue déserte. Tout le monde dormait, aucune lumière aux fenêtres.

Une bière à la main, le regard vide.
Elle semblait regarder le néant.
Elle avait bu plus qu’à son accoutumance.

Des jours qu’elle n’avait pas mangé convenablement et des nuits qu’elle ne dormait plus. Du brouillard, c'est ce qu'elle était devenue.
Elle n’avait que 20ans, une jeune femme hors du temps.
Elle se destinait à une carrière sportive commencée au début de l’adolescence.

Ceinture bleue dans une discipline millénaire, elle se battait avec la force des ceintures noires.
Un accident en combat l’avait laissé handicapé à un membre et mis fin à ses espoirs, son élan.

Six ans de dur labeur, musculation et entraînements soir et week-end. Tout est parti en fumée dans un feu d’actions qui s’était mal terminé.

Elle était très musclée pour une petite femme, ce qui rendait les interventions risquées. Ils l’avaient bien entraînée, nous usions de toute la psychologie apprise pour éviter de la déchaîner.

Nous l’avons amenée à notre centre d’urgence, nous lui avons fait prendre une douche et enfiler un vêtement.

Fiévreuses, nous l’avons fait coucher.
Avant, nous lui avons fait manger un pain de grain sans rien dessus juste pour s’assurer qu’elle ne régurgite pas cette mixture de houblon.

Le lendemain, elle avait repris un peu de ses sens. Elle était moins crème. Nous l’avons reconduit à sa thérapie, elle n’offrait plus de résistance.

Dix-neuf années ont passé, nous l’avons enfin revue, elle ne consommait plus.
Malgré le marquage du temps, c’est cheveux bruns au vent. Sa blessure d’antan la fait boiter les jours de grande humidité. Elle s’est épanouie et rien ne nous laisse présager sa vie d’avant. c’est tout ce qui compte, maintenant.

Parfois je me demande ce qui serait arrivée, si on ne l’avait pas trouvée à temps.
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Trois femmes

Odile Duchamp Labbé

La nuit va tomber sur le port. Mouettes et cormorans zèbrent le ciel dans l’attente des déchets de la pêche que les marins vont leur livrer en nettoyant les ponts. L’un après l’autre, les... [+]