1
min

Dansons la capucine

Image de Kitty Loney

Kitty Loney

4 lectures

0

Deux petits enfants dans la cour de ferme.
« Qu'essou-voulez ? » demanda l'opulente fermière debout sur son pas, un panier à la main en les matant. « Tout cagneux, crasseux, pouilleux, se dit-elle. Avec au milieu de grands yeux fiévreux. Hé, vise-moi la touche ! Berk. Poussez-vilains vaut-rien, va ! J'men va-t'aux lapins »
Et les voilà qui la suivent, bon sang ne fait qu'un tour, lorgnant sur le panier plein de pain dur. Et, à l'intérieur, se pensent « Pain dur ramolli en éponge dans une bonne soupe d'eau. Hum... Chaud-bouillant, chaud, chaud ! »
Et se poussent du coude, les petits, intimidés par la grasse fermière (fait plus envie que pitié, celle-là). « Vazytoi, nontoivazy » ; et ainsi, jusqu'aux clapiers du fond du jardin. Puis, prenant un grand souffle, finalement ensemble : « Z'auriezpasuntiboutd'painlamadamesivouplaît ? ». Ouf. C'est dit.
« Non. Du pain, ça non. J'en n'avions point ».

Dansons la capucine,
Y'a pas de pain chez nous.
Y'en a chez la voisine,
Mais il n'est pas pour nous.

Ils la regardent donner le pain. Contents, les lapins !
« Pisqu'on vous dit qu'c'est pas pour vous ! Allez ! Dégagez ! Ouste ! Ouste ! » Tous ses bras fouettant l'air.
Regards en coin et les pieds à orteils qui froissent la poussière. Se pense au-dedans « Oh, si, la madame. Ce pain y sera pour nous. Même si par détour ».


*

Ecrabouillons les capucines ; déchirons la délicate soierie des pétales, massacrons la foisonnante décoration ! Fourrure rougie sur soies cramoisies. Rouge sur rouge. La vilaine danse se donne soudain des airs de carmagnole bien que sans canon.

Dansons la capucine,
Y'a pas d'lapins chez nous,
Y'en a chez la voisine,
Et ils seront pour nous.
Youh !

Thèmes

Image de Très très courts
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,