35 lectures

8

Elle l’avait dans la peau. Elle l’aimait tellement qu’elle ne pouvait s’en passer de jour comme de nuit. Au point de dormir avec lui tout le temps. C’était un amour fusionnel. Il l’apaisait dans sa tristesse, remontait le moral, quand il était au plus bas, partageait sa joie. Il était comme une fleur, et sentait le même parfum qu’elle. Rien ne semblait les séparer. Pourtant !

Lui, ne la quittait pas non plus. Il y était attaché. Collé à sa peau. Il l’aimait en cachette, sans pouvoir l’exprimer. Sa façon de répondre était de se laisser caresser, cajoler, écouter. Il aimait quand elle se mettait à chanter sous la douche, où l’eau ruisselait sur son corps, et il aimait partager ce moment intime avec elle. Pas la peine qu’elle l’y invite, il y était invité d’office. Elle ne le laissait jamais seul. Et il adorait cela. Jamais, il ne pensait qu’elle le quitterait un jour. Et pourtant !

Il était triste, le teint fané et elle n’était pas joyeuse à l’idée d’une séparation. Le conseil de famille était formel. Ce n’était pas convenable à une fille de bonne famille. Elle devait trouver le moyen de s’en « débarrasser » comme disait son père. Elle ne pouvait le gommer ainsi de sa vie, de sa chair. Que faire ! Tiraillé entre l’amour de sa famille, le respect des convenances, dont elle ne comprenait le sens, et son amour pour lui, son compagnon de toutes les aventures.

Au début, elle cachait cette relation. L’hiver, c’était facile. Mais l’été, c’était plus compliqué. On ne comprendrait pas. Puis, vint le jour, où cela s’est découvert, un jour de vacances d’été. Ils étaient invités chez sa tante dans le midi. Elle avait une grande maison et surtout une grande piscine. Qui refuserait de faire trempette avec cette canicule du mois de juillet ?

C’était ce jour-là, où son père découvrit la chose et en même temps toute la famille ! Il cria devant tout le monde : « Tu vas me faire plaisir de te débarrasser de ce tatouage sur ton ventre... indigne d’une fille de ton genre... et aucune discussion possible ; tu as bien compris ! »
8

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Une très belle personnification ! Une idée très originale ! Je vous invite à découvrir :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-legende-des-etoiles
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/corse-et-ames

Image de Mourad de La Montagne
Mourad de La Montagne · il y a
Merci.
Image de JACB
JACB · il y a
Un corps à corps qui ne dévoile que ce qu'il faut, quand il faut et comme il faut; en bref c'est qu'il t'a tout...ce texte pour donner du plaisir...de lecture.
Image de Mourad de La Montagne
Mourad de La Montagne · il y a
Merci pour ce sympathique commentaire
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Si le tatouage avait été de Modigliani, comme dans le film " Le Tatoué", avec Gabin et De Funès, la famille l'aurait peut-être mis aux enchères ?
Image de Mourad de La Montagne
Mourad de La Montagne · il y a
Va être difficile pour la famille ! lol
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Même les tatouages sont capables d'amour. Bien trouvé et bien écrit.
Image de Mourad de La Montagne
Mourad de La Montagne · il y a
Merci
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
Ce ne sera pas facile de s'en débarrasser !! C'est bien écrit en tout cas ...
Image de Mourad de La Montagne
Mourad de La Montagne · il y a
Je suis flatté lol

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

L’impact des gouttes sur le métal. Comme le souvenir lointain d’une pluie martelant le velux d’une chambre mansardée. Celle-là même où nos peaux se brûlaient au contact de l’autre. Car ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Il y avait ce soleil jaune, haut, droit et pesant. Les champs étaient chauds et la terre brûlait les pieds des hommes qui couraient devant lui – ils ne portaient pas de chaussures et nul ne savait...