3
min

Croissant de lune

Image de Skimo

Skimo

193 lectures

197

Le vent du nord forcissait peu à peu. La température de cette fin de mois de juillet n’en était pas très affectée, et les véliplanchistes et les kitesurfeurs s’en donnaient à cœur joie. Le bateau-mouche, la Mira, longeait la rive droite du lac et le vent portait des notes de musique entrecoupées de commentaires du guide touristique. Les véliplanchistes les plus proches pouvaient saisir au vol des bribes de phrases : « barrage du Monteynard, Edf, production d’électricité verte, guerres de religions, château d’Herbelon, 1603, truites, ombles chevalier, brochets, petit train de la Mure, mines de charbon, remise en service, 2020, restaurant panoramique. Les kitesurfeurs et les véliplanchistes locaux étaient capables de reconstituer l’ensemble du discours touristique, soit parce qu’ils avaient déjà accompagné de la famille à bord de la Mira pour un déjeuner ou un dîner, soit parce que l’histoire du lac et de ses environs leur tenait à cœur. Lionel passait le week-end avec son épouse et ses deux jeunes enfants au camping d’Herbelon, un avant-goût des vacances qu’ils prendraient en août. Les enfants partageaient leur temps entre la piscine du camping et des constructions de châteaux avec les galets, dans le style du facteur Cheval ou de l’architecte catalan Gaudi. Chloé, attendait le retour de son mari pour partir naviguer, elle, en planche à voile. Lionel naviguait avec un kite de 16 mètres carrés, le vent étant propice, environ 4 beaufort selon son estimation. Sa voile participait à ce vol de papillons multicolores qui égayaient le ciel limpide et venaient parfois se poser délicatement sur l’eau turquoise du lac, parfois un peu plus brutalement, il fallait bien débuter un jour. Insensiblement, la vitesse des planches et des kites commença à augmenter. Maintenant le lac était zébré de longues traînées blanches que laissaient les wakeboards ou les planches. Lionel sentait ses muscles se tétaniser un peu. Il avait réalisé un jogging matinal le conduisant à Sinard et retour, soit environ 13 kilomètres. Il évaluait maintenant la force du vent à 6 beaufort, ce qui était déjà beaucoup pour la surface de son aile. Plutôt que de prendre un bain forcé, ou d’accoster sur la rive opposée, étroite et peu accueillante pour les pieds nus, il décida de poser son kite sur la surface de l’eau agitée par de nombreuses vaguelettes. Il nagea en direction de sa voile, tout en repliant du mieux qu’il put les longues lignes. Il avait réussi à le poser sur le dos, le boudin gonflable tendant ses deux bras vers le ciel comme pour en implorer sa clémence, se dit Lionel en souriant intérieurement. Il parvint à grimper sur le boudin puis s’allongea contre lui sur la voile, les lignes et la barre calées sous les jambes. Il venait d’inventer le hamac flottant. D’autres kitesurfeurs ou véliplanchistes s’approchèrent de lui pour savoir s’il avait besoin d’aide, mais Lionel, le pouce levé leur fit comprendre que tout allait bien, que c’était voulu. Il avait décidé de se laisser porter doucement jusqu’à la plage de Savel, sur l’autre rive, plus au nord. Ainsi il en profiterait pour se reposer et admirer le paysage comme dans un film au ralenti, puis s’en retournerait vers le camping d’Herbelon en tirant des bords. Posé sur son aile comme Pierrot sur son croissant de lune, il jouissait d’un point de vue nouveau sur le paysage environnant. Malgré la distance, il put apercevoir les troupeaux de vaches qui ruminaient l’herbe grasse des prairies du Sénépy, tout là-haut à 1060 mètres d’altitude. Un planeur, grand oiseau argenté, longeait la crête. Une autre façon de profiter du vent, pensa Lionel. Le bruit du clapotis s’était atténué maintenant que ça ne touchait que le tissu de la voile. Comme le kite tournait un peu, ce fut l’autre rive, celle d’où il était parti qui était dans son champ de vision. Et en haut de la falaise, côté Trièves, il distingua brièvement le château ou ferme dont il ignorait le nom et qui restait pour lui assez énigmatique, au point d’y être allé un jour en courant, malgré la dénivelée dissuasive, mais pas âme qui vive ce jour-là.
Les rives du lac, des deux côtés, s’élevaient, à ce niveau de sa douce dérive, en un début de falaises, comme des mille-feuille gris. Ces strates, il les avait longtemps appelées de l’ardoise, mais un jour, un randonneur, géologue de formation, lui appris qu’il s’agissait plus précisément d’argiles litées, dont l’ardoise était le produit par l’effet de la compression. Quoiqu’il en soit, le contraste avec l’eau et la verdure environnante ajoutait une touche réussie dans ce tableau naturaliste. Bercé par la régularité du clapotis, et la fatigue aidant, Lionel s’endormit. Son embarcation de fortune, poussée par le vent, ne suivit pas l’itinéraire prévu et s’enfonça dans les gorges de l’Ebron, plutôt que de se diriger vers Savel et sa plage. Il ne se rendit même pas compte qu’il passa sous la passerelle himalayenne de l’Ebron d’où des randonneurs amusés crièrent « Ohé du bateau », mais sans réponse de la part de ce Pierrot endormi. Pourtant, s’il avait été éveillé, Lionel aurait reconnu la passerelle, la plus courte mais tout aussi impressionnante de ces deux attractions touristiques, avec celle qui enjambe le Drac. Il les avait empruntées plusieurs fois en famille ou avec des amis vététistes, jamais lassés du paysage grandiose offert par ce parcours. Le bruit du moteur du Zodiac des pompiers le réveilla alors que le kite s’était coincé juste avant le pont routier sur l’Ebron. Il fut étonné de se retrouver là entre ces hautes falaises, dans un endroit dont l’étroitesse ne lui aurait jamais permis de faire décoller son aile. Les pompiers avaient été alertés par sa femme ainsi que par plusieurs randonneurs qui l’avaient aperçu depuis la passerelle. Le retour au camping ne fut pas des plus glorieux et le coup de soleil qu’il avait pris sur le visage, les bras et les jambes, ne le laisserait certainement pas dormir cette nuit-là. Mais pour le sommeil, il avait déjà pris de l’avance.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très très court
197

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Melinda Schilge
Melinda Schilge · il y a
Un petit monde marin avec ses paysages, ses personnages et ses déambulations. Si le cœur vous en dit, venez découvrir celui de La renverse, océanique aussi.
·
Image de Emsie
Emsie · il y a
J'arrive un peu tard, mais je n'en apprécie pas moins la balade dans une région dont je ne connais "que" les montagnes. Ça fait envie, en tout cas…
·
Image de Skimo
Skimo · il y a
Merci pour votre curiosité. Irait-elle jusqu'au point d'aller suivre ce lien : https://www.amazon.fr/dp/B07BFWDNZZ/ref=rdr_kindle_ext_tmb
Un premier polar "touristique" . Sans engagement. On peut feuilleter les premières pages.

·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Belle découverte - curieuse je suis venue lire ce que vous évoquiez dans votre tanka "mon croissant de lune"
Je ne regrette absolument pas ma curiosité

·
Image de Maryse
Maryse · il y a
Belle découverte !
"Vague à l'âme" à découvrir sur ma page (haïku)

·
Image de Skimo
Skimo · il y a
Concours terminé pour moi, mais vous pouvez aller cliquer sur le lien que j'ai joint à d'autres commentaires pour aller voir sur le site Amazon mon premier roman. Je ne peux pas vous le joindre directement car sur téléphone à l'étranger. Merci
·
Image de Maryse
Maryse · il y a
ok ! MERCI !
·
Image de Djany
Djany · il y a
un lac limpide un air pur ... Merci pour la balade ....
·
Image de Skimo
Skimo · il y a
Et ce n'est pas de la littérature. Et je ne suis pas payé par le syndicat d'initiative local. Si vous le souhaitez, vous pouvez aller cliquer sur le lien que j'ai joint à d'autres commentaires pour aller voir sur le site Amazon mon premier roman. Ça n'engage à rien. Les premières pages sont en accès libre. Merci
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Une aventure palpitante !
·
Image de Skimo
Skimo · il y a
Merci Geny. Si vous le souhaitez, vous pouvez ouvrir le lien suivant. Il vous conduira sur la page de publication de mon premier roman. Il y a la possibilité de lire les premières pages. Et si vous pensez que ça peut être intéressant... Lisible sur Kindle et d'autres ordis. https://www.amazon.fr/dp/B07BFWDNZZ/ref=rdr_kindle_ext_tmb Il s'agit d'un polar "touristique". Au plaisir de vous lire.
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Merci Skimo ! Toutes mes félicitations !
·
Image de Céline
Céline · il y a
on navigue avec vous dans ces eaux limpides, j'ai visité les rives en mars pour Le sommeil des sables
·
Image de Skimo
Skimo · il y a
Merci Céline. Je vous propose d'autres rives, Mon premier roman sur Amazon. On peut feuilleter les premières pages grâce au lien suivant: https://www.amazon.fr/dp/B07BFWDNZZ/ref=rdr_kindle_ext_tmb Je viendrai lire prochainement Le sommeil des sables.
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un grand plaisir de lecture. Bravo, Skimo ! Vous avez mes cinq votes !.
·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
La mésaventure aurait pu finir plus mal que cela n'a été. Heureusement que Lionel a une épouse bienveillante
·