Coup de vieux

il y a
1 min
0
lecture
0
Bon, là, à ce point précis, tchink : je devins vieux. D'un coup. Plaf. Sacré coup de vieux, hein. Flop de floraison vaine et vénéneuse. Comme brûlé de l'intérieur, argh. Fût-ce le banc sur mon trajet qui en fut la cause, l'occasion, le piège ou le sortilège sombre ? Qu'en sais-je ? Là, je m'affalai, essoufflé, soufflé, un soufflet des ans, plif plaf bam. Assis. Rassis. Voûté de tout. Arc boutant écroulé de croulant. Boum sur le banc. Vertige de plomb. Abandon. Tassement de squelette. Renoncement de chemins. Voilà. Là donc, klop. Las. Petit tas. Prêt à me dissoudre. Me volatiliser. Déjà vide. Un moineau sautillait allègrement autour du banc pour me narguer, messager stupide de l'inutile. Et si je me reprenais à sautiller moi-même autour du banc, ding ding dan ? Je le fusillai, l’œil hagard plutôt que furibard, la calvitie brûlante, la tignasse pelée comme buisson maigre dans le désert, l'embonpoint de massue. Je tentai de le maudire et l'imprécation du regard, mais ne réussis qu'à étrangler un bouquet de hoquets, eurks. Puis las d'être mort, je m'envolais d'un coup de jeune, ziq et jonglais mon meeting aérien, ben quoi.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,