Recommandé

Espiègle, sensible et têtue, je me sens surtout observatrice d'une époque à la fois trouble et passionnante. J'écris aussi sous le pseudonyme de Mayana LAUREN. Je viens de publier "Ma Vie Avec  [+]

Bien installée dans son transat à l’ombre du parasol, Aglaé avait le nez plongé dans ses notes. Même si elle avait décidé de s’octroyer une petite pause estivale en bord de mer après des mois de travail acharné, une légère culpabilité l’avait poussée à ne pas lâcher prise complètement et à peaufiner, sur la plage, sa thèse de doctorat qu’elle soutiendrait prochainement.
— Tu ne viens pas te baigner ? Il n’y a pas de vagues, une vraie mer d’huile, c’est idéal !
Aglaé leva mollement la tête :
— Si, si, je termine de relire ce chapitre et j’arrive…
— Ne viens pas nous dire après que tu n’en as pas profité ! assena Julie en s’éloignant.
Aglaé ne releva même pas l’allusion et continua à fixer l’épais tas de feuilles qu’elle avait posé sur ses genoux.
Doctorante en sociologie, elle achevait sa troisième année de thèse sur un sujet qu’elle avait vraiment pris plaisir à décortiquer dans tous les sens : l’évolution de la société au travers des métiers de demain. Pour Aglaé, le sujet était révélateur de profonds changements dans la société d’aujourd’hui et préfigurait d’importantes mutations dans les relations et la communication de celle de demain.
La jeune fille poussa un long soupir. Pour être tout à fait honnête, elle devait bien reconnaître que ce n’était pas vraiment la culpabilité qui l’avait poussée à amener sa thèse sur ce lieu si peu adéquat. Non. C’était plutôt le refus, proche de l’angoisse pure, de devoir clore ses recherches et un cursus universitaire qui représentaient toute sa vie.
Alors qu’elle corrigeait une coquille, des projections de sable fin cinglèrent son visage tandis que trois garnements à peine plus hauts qu’un nain de jardin se poursuivaient, en tournant autour de sa serviette, à grand renfort de cris stridents.
À voir la couleur cramoisie, et visiblement pas par le soleil, de la jeune femme qui s’approchait, Aglaé comprit tout de suite qu’il s’agissait de la maman :
— Vraiment, vraiment désolée… toutes mes excuses ! parvint-elle à articuler, l’air un peu dépassée.
Encore à des années-lumière d’un quelconque désir de maternité, Aglaé se fendit d’un sourire compatissant pour cette mère débordée qui s’éloigna à la hâte en traînant ses trois terreurs. Puis, se retournant soudain, elle balbutia :
— Des triplés, c’est… c’est…
Sentant le regard d’Aglaé posé sur elle dans l’attente d’une chute à sa phrase, la jeune femme se sentit soudain un peu gênée d’avoir voulu tenter une explication crédible à l’attitude espiègle de ses rejetons :
— C’est… parfois compliqué, mais c'est aussi un grand bonheur !
Aglaé continua à sourire. Des triplés. Quelle idée ! Encore eût-il fallu au préalable trouver la perle rare qui lui donnerait l’envie, un jour peut-être, de pouponner ! Finalement, la brève intrusion du petit trio infernal l’avait confortée dans cette certitude qu’elle s’épanouissait complètement dans son microcosme universitaire. Elle ne pouvait pas s’arrêter là. C’était décidé : elle se renseignerait, à son retour, sur les modalités pour enchaîner avec un post doc, quitte à partir aux Etats-Unis.
En parcourant la liste des métiers de demain qu’elle avait découverts au cours de ses recherches, elle s’arrêta une fois encore sur les innovations les plus cocasses qu’elle avait rencontrées : elle achèterait bientôt des produits fabriqués par un artibioteur, un artisan spécialiste de la conception d’objets organiques, ou utiliserait sans doute les services d’un dronadaire, spécialiste de la livraison de colis par drone !
Un ballon atterrit soudain sur ses genoux, masquant ainsi la définition de l’émotionneur (concepteur de produits et services basés sur l’enregistrement des émotions).
— Pardon, on débute en beach-volley, on a encore des petits problèmes de trajectoires !
Aglaé leva les yeux pour découvrir un corps d’athlète en devenir et juste ce qu’il fallait de bronzage pour dégager un charme certain. Un sourire légèrement intimidé, des yeux rieurs d’un vert profond.
Le jeune homme prit d’abord un air contrit en regardant les feuilles éparpillées sur les genoux d’Aglaé, puis se ressaisit en levant les yeux sur ses joues écarlates et son regard ébahi :
— Si tu veux te joindre à nous, notre équipe n’est pas complète !
Après une courte hésitation, Aglaé rangea son paquet de feuilles et se leva, décidée.
Nul besoin de prédicticien (expert utilisant des algorithmes et l’analyse sémantique pour prévoir des évènements) pour comprendre que sa vie allait sûrement prendre un nouveau virage, des plus inattendus…

Recommandé
16

Un petit mot pour l'auteur ? 3 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
C'est mignon et plein de sensibilité. J'aime bien
Image de Élise Marie
Élise Marie · il y a
Une histoire pleine de tendresse et de beauté sur une phase de la vie que nous traversons toutes et tous à un moment donné... Merci, mon soutien.
Je vous invite également à lire mon texte en lice pour le défi des 72h, si le cœur vous en dit...

Image de Céline Laurent-Santran
Céline Laurent-Santran · il y a
Merci beaucoup! :-)

Vous aimerez aussi !