Coup de foudre à la BU

il y a
1 min
148
lectures
6
Qualifié
Y a des jours comme ça où tu sais que t'auras rien à faire en arrivant à la fac. Tu devrais passer des heures à réviser à la BU, mais forcément t'as pas envie. Alors tu chipes malicieusement un livre dans la bibliothèque de ta mère, et cette décision s'avère être la meilleure que tu n'aies jamais prise.

Un brin d’authenticité, une tonne et demie d'immondices judiciaires, beaucoup de simplicité, quelques giclées de sang et de boyaux, un poil de suspens, et finalement trois cent soixante-huit pages qui te font t'envoler vers un paradis littéraire que tu n'avais pas encore connu.
S'en suivent des heures et des heures de lecture qui te permettent d'avoir bonne conscience parce que finalement, t'y es resté toute la journée à la fac !

Alors L'Accusé de John Grisham a ses défauts, il est différent de ce que l'américain écrit en général, ce que tu découvriras plus tard, mais il te marque parce que c'est lui qui te fait connaître ton nouvel auteur favori.

Tu as appris à lire John Grisham et son écriture simple et déliée, sa facilité quand il s'agit de parler du système judiciaire américain (normal il est avocat, me direz-vous) et quand il se permet d'enchainer plaidoyers, enquêtes criminelles et instants de vie dans le même chapitre. Les pages de ses livres défilent autant que les heures que tu mets à les lire, autant que les mots dans ton récit, donc tu t'arrêtes là parce que comme Grisham, tu n'en fais jamais trop.

6

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,