3
min

Comment te le dire...

Image de Sinan_Imre

Sinan_Imre

618 lectures

138

Qualifié

Voilà plus de vingt minutes que je suis arrêté sur cette aire. Je me suis garé le plus loin possible, je n’entends presque pas les voitures qui défilent sur l’autoroute. La portière est ouverte, et je suis assis, les deux pieds fermement ancrés dans le sol. Comment faire, comment est-ce que je vais t’annoncer ça ?

Par terre, il y a plein de mégots. Ça fait vingt minutes que j’enchaîne les clopes, machinalement, comme un con. Tu m’as fait promettre de ne pas fumer dans la voiture, mais je pense que dans quelques heures, quand j’arriverai à la maison, tout cela n’aura plus d’importance, même pour toi. Et puis, je ne suis qu’à moitié dans la voiture, alors est-ce que ça compte vraiment ?

J’ai beau tourner le truc dans tous les sens... Non, vraiment, je ne vois pas comment t’annoncer ça. Quand tu tombes amoureux, quand tu fais des projets, le jour de ton mariage, le jour de la naissance de tes enfants, à aucun moment on te dit : « un jour, tu devras lui dire la vérité, même la pire, sans te cacher ». Et même si je fais tout pour que ma pause ne se termine jamais, je sais que tout à l’heure, je franchirai la porte de notre appart, et tu verras sur mon visage que ça ne va pas, que ça ne va plus.

Mais j’ai moi-même du mal à y croire. Pourquoi ça m’arrive à moi, à nous, à notre famille ? Est-ce que c’est ça, les statistiques ? Un certain pourcentage vivra une vie normale, banale, classique, et puis boum, une famille se voit brisée, pendant que les autres sont épargnées ? C’est arrivé à d’autres, c’est vrai, on en a vu autour de nous... Certains s’en sortent, passent quelques temps pourris, mais finissent par tout reconstruire, par retrouver un presque comme avant. Mais la réalité, je la connais. Pour la plupart, il ne reste rien après l’ouragan. La nouvelle frappe, en pleine gueule ou dans l’estomac, c’est au choix. Après la sidération, la colère, le refus, les discussions, tout vole simplement en éclat. Au mieux, il reste quelques souvenirs, mais si c’est pour avoir le pire en mémoire, les moments de souffrance où tout le monde fait semblant... Non merci, je passe.

À l’intérieur de moi, c’est le bordel. C’est tout mélangé. Bien sûr, au fond, je pense avant tout à moi, à ma gueule. Comment vont évoluer les choses, comment cela va se terminer, de quelle manière, et avec quelles conséquences ? Mais, à côté de cet égocentrisme mal assumé, il y a une inquiétude profonde, pour toi et les filles. Comment vas-tu accepter la nouvelle ? Comment vas-tu faire pour ne pas m’en vouloir ? Je suis con, bien sûr que tu vas m’en vouloir. Tu vas me détester, et bordel, tu auras raison, je me déteste aussi. Tu vas me détester, et pourtant tu seras là, tu feras front. Comme toujours.

Mais les filles... Je n’arrive pas à ne pas penser à elles. Comment elles vont faire, elles ? Je ne sais pas s’il y a un âge idéal pour que ça arrive. Enfin si, je sais que ça ne devrait jamais arriver pour que ça soit l’idéal. Mais je pense que voir sa famille éclater, c’est parmi les pires choses à vivre pour une ado. Et même si on en est pas là, je n’arrive pas à envisager une issue joyeuse à tout ça. Dans ma tête, c’est clair, c’est la catastrophe qui s’invite dans notre famille, dans nos vies. Ça arrive, et devoir leur avouer, ça me dévaste complètement.

Tout à l’heure, vers la troisième clope, j’ai pensé à tout garder pour moi. Ne rien dire, faire comme si de rien n’était. Je rentre à la maison, on fait comme d’habitude, et hop, je me bouffe mon secret, mon malaise, et en avant. Mais est-ce que ça serait vraiment mieux ? Je ne crois même pas que ça me soulagerait moi-même. Et puis, je ne peux pas vous faire vivre ça. Ça fait déjà trop longtemps que je vous mens, en attendant de savoir, d’être sûr, et déjà, je me trouve dégueulasse. Non, je vais vous le dire, ce soir, maintenant que tous les doutes sont dissipés. Vous méritez au moins ça.

Ça fait plus d’une demie heure que je devrais être rentré du boulot, et c’est la troisième fois que tu m’appelles. Tu dois t’inquiéter, pendant que moi, je fume la dernière clope du paquet. La braise rouge fait disparaître chaque seconde quelques millimètres de papier et de tabac. Je recrache la fumée, puis je la jette, elle aussi. Au moment où le mégot rejoint les autres, je laisse échapper un dernier soupir. Putain, mais quelle merde. Avant de repartir, je t’envoie ce message, le dernier avant que tout ne bascule. « Coincé dans les bouchons, ne t’inquiète pas ». Je n’aime pas te mentir, je n’ai jamais aimé ça. Mais j’ai besoin de tout mon courage pour tout à l’heure, pour tout vous dire, pour vous mettre face à la réalité. Alors tant pis pour là. Je m’accorde cette dernière petite lâcheté, avant de tout te dire...

PRIX

Image de Hiver 2019
138

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de BonnyBanana
BonnyBanana · il y a
c'est bien mais c est vraiment trop frustrant; Vous avez tout basé sur ce secret, pour laisser libre court a l'imagination du lecteur ?!
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un beau texte bien mené ! Mes voix ! Une invitation à découvrir “Le Vortex” qui est en FINALE pour la Matinale en Cavale 2019, et vous ne serez pas déçu ! Merci d’avance et bon week-end! https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-vortex-1
·
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
réalité. Le texte est attachant. Un bon moment de plaisir aux côtés de vos lignes ô combien merveilleuses ! Mes 3 voix dont je dispose ! . Au cas où le temps vous le permettrait, je vous invite à découvrir ma caverne composée de deux textes en compétition " Sous le regard du diable ". https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/sous-le-regard-du-diable

https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/malchance

·
Image de Phosphore
Phosphore · il y a
GG l'ami.
·
Image de Sinan_Imre
Sinan_Imre · il y a
EZ ;) Et merci !
·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
ahah on en veut encore du coup
belle montée de suspense jusqu'au bout bien joué: et désormais ardemment désireux de connaître le fin mot...
si vous voulez passer d'un côté plus sombre https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/le-dernier-discours-dun-condamne?all-comments=1&update_notif=1546768772#fos_comment_3205950

·
Image de Pherton Casimir
Pherton Casimir · il y a
Un très beau texte... Bonne chance à vous ! Toutes mes voix !
Je vous invite à me supporter https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/friendzone Friendzone, une très belle histoire.
Merci !

·
Image de Adjibaba
Adjibaba · il y a
En voilà un texte dont on aimerait voir la suite avec impatience.
La suite s'il vous plait Sinam_Imre, la suite!
Votre histoire est écrite avec simplicité et originalité.
Je vote et je m'abonne sans hésitation.
Me feriez-vous le plaisir de venir me lire dans "Entre justice et vengeance"? : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/entre-justice-et-vengeance

·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
oui mais quoi ? ..... on est là , langue pendante !!
·
Image de Sinan_Imre
Sinan_Imre · il y a
Je ne vous le fais pas dire !
·
Image de Eric Debenedittis
Eric Debenedittis · il y a
On aimerait continuer....très prenant et tellement vrai 👍😉
·
Image de Sinan_Imre
Sinan_Imre · il y a
Merci beaucoup Éric !
·
Image de Gil Cantinelli
Gil Cantinelli · il y a
La suite ! La suite ! ;)
·
Image de Sinan_Imre
Sinan_Imre · il y a
Ahah, c’est un mystère !
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

La plaine hivernale est jonchée de cadavres.Une neige corrompue par le sang et les corps mutilés semble vouloir, dans un sursaut de miséricorde, offrir un linceul aux dépouilles. Le ...