3
min

Comme un rêve de justice

Image de Yoann Bruyères

Yoann Bruyères

482 lectures

263

Qualifié

Un goût de sang dans la bouche et le grain du goudron contre ma joue, pas exactement ce que j’avais prévu pour ma soirée. La tête s’enroule, un mélange de brumes noires et de flashs lumineux. Est-ce qu’on a inventé les étoiles de BD comme ça ? Sur cette chiure chaotique de couleurs sales et de lumières acérées ?
Conneries. Je les regarde souvent les étoiles, et elles respirent le calme. Des montagnes sages qui nous observent, nous, faibles êtres tels des épis de blé baladés par les vents. Et régulièrement, fauchés par les hommes aussi.
On va pas se mentir, on crève le plus souvent de main humaine. Et si ce n’est pas de sa main, c’est de sa poche. Parce que l’Homme est cupide, et ses trois sous bien à l’abri sont souvent là au prix d’un enfant qui saigne.
C’est un peu ce que je lui ai dit au type, quand il m’a craché dessus. J’avais rien demandé moi. Enfin si, peut-être bien que si, il m’arrive de demander une petite pièce de temps en temps. Pas très fort, pas très longtemps. Les gens ne restent pas bien longtemps de toute façon.
J’ai l’habitude des insultes, on s’y fait. Au bout d’un moment, j’en viens même à les croire. Être une merde ça expliquerait pas mal de choses, c’est un peu comme avoir un destin. On peut ranger ses doutes dans un violon et pisser dedans. Pas ma faute, c’est mon destin ! Ou encore, Dieu m’a fait comme ça ! En poussant un peu, on pourrait même prétendre qu’il a un plan celui-là. Bah désolé mon pote, ton plan m’a l’air foireux…
Parce que là je sens clairement que deux dents ont fini sur le bitume. Le sang sur ma langue, ça change de l’amertume de la vie tu me diras. Tu en dis des choses de là-haut, mais t’agis pas des masses hein ?
Je ne sais pas trop combien de temps s’est écoulé de ma bouche, les pensées peuvent aller vite des fois. On pourrait pondre un monologue le temps de cligner des yeux. Les miens se ferment, c’est plus simple, ciao les fausses étoiles. Rideau.
C’est terminé. Les coups ont cessé, le corps se repose. Je connais la chanson, ça les amuse tant qu’on réagit. Faut qu’on s’énerve sinon ça n’a aucun intérêt. Ils en sont pas encore au stade de se défouler sur des poupées, pas encore. Je sais que j’aurais dû la fermer, quand on est en position de faiblesse on souffle pas sur les braises. Une connerie. Une de plus.
Faut dire que j’y croyais ce coup-ci… Je sais pas. Un bref élan d’espoir, d’une justice, ou peut-être juste un putain de trop-plein, la fameuse goutte qui n’a pas sa place dans le vase.
Le fait est que j’ai répondu, presque poliment, pour lui faire savoir que me cracher dessus ça dépassait quand même les bornes. Je me fais déjà insulter à longueur de journée j’ai dit, mais que là, il pouvait aller se faire foutre ce fils de pute.
Ouais, en fait c’était pas franchement poli. Mais que vous dire, j’y croyais. C’était comme un feu éteint depuis trop longtemps qui se serait ravivé d’un seul coup. Une dignité en cendres qui reprenait possession des lieux. Tout était clair dans ma tête, je n’avais jamais vu les détails aussi nets. Sa gueule surprise déjà, la colère qui passait sur ses traits ensuite, et enfin son pied qui s’envolait vers moi.
Chaque mouvement devenait limpide, je voyais au ralenti. Et déjà, le sourire aux lèvres, mon esprit avait tout prévu, tout calculé. L’angle de sa hanche, la vitesse de sa jambe et l’endroit exact où allait son pied. Je n’avais qu’à me pencher un peu, pivoter mes épaules vers la droite et plaquer mon avant-bras gauche sur le haut du corps. Une simple rotation et j’esquivais cette enflure.
Ensuite tout s’enchaînait à grande vitesse, des réflexes phénoménaux que sa gold et son GymTonic hebdomadaire pourraient jamais lui offrir. Quelque chose comme un super pouvoir, souvenir poussiéreux de mes entraînements.
Mon poing droit dans les parties, il se plierait en deux sous la puissance de l’impact et l’atrocité de la douleur. Je n’aurais qu’à me pencher vers l’avant et il serait à portée de mon coude, sa tête lamentablement baissée jusqu’à la ceinture. Un coup franc, précis et brutal en plein dans la tempe. KO.
J’aurais mis ce fumier à terre sans même me relever. Et pour finir, en bon prince, j’aurais dit à ses potes de l’emmener et de rentrer chez eux. Qu’on vienne pas me chercher des noises.
Seulement voilà, les réflexes ne sont plus aussi bons. Et les muscles ne répondent plus aussi bien. La faim, la fatigue, le froid. Qu’importe la raison. Peut-être même que c’est dans la tête tout ça. Depuis le jour où j’ai commencé à acquiescer quand on me traite de parasite. À me dire que c’est sans doute un peu vrai.
Alors son pied est parti droit dans ma gueule, malgré mon avant-bras presque bien placé, et une rotation trop vive qui m’a scié le dos. La suite s’est pas non plus passée comme prévu. C’est moi qui suis allé à terre, en tombant mollement, ma bouche était déjà cassée de toute façon. Les autres coups ont suivi, dans le ventre, il n’allait pas abîmer ses chaussures.
Il est sûrement loin maintenant. Le temps s’égoutte. Je n’aperçois pas de gyrophare, ceux qui d’habitude éveillent la méfiance, parfois de la rancœur. Je les attends aujourd’hui, je leur pardonne. Je les implore dans une larme de sang.
Toujours aucune sirène, pourtant, une main, une voix, et un cœur.
« Monsieur ? Monsieur ça va ? J’appelle les pompiers, accrochez-vous. »
S’accrocher. Pourquoi pas…
Après tout s’il lui reste un cœur, il me reste sans doute le mien.

PRIX

Image de Hiver 2018 - 2019
263

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
Bonjour Joann.
Vous aviez apprécié plusieurs de mes oeuvres et je me permets de vous proposer, si vous en avez l'envie, une nouvelle en lice du G.P été 2019 :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/sofia-4
merci

·
Image de Artvic
Artvic · il y a
Un récit choc !
Bravo..
Je me permets de vous inviter à lire et soutenir
L'empreinte des souvenirs
Vos voix seront les bienvenues.
MERCI

·
Image de Valoute34
Valoute34 · il y a
Mince moi aussi j'aimerais parfois avoir des super pouvoirs ...
·
Image de Yoann Bruyères
Yoann Bruyères · il y a
J'imagine qu'on en a tous rêvé un jour ou l'autre :)
·
Image de Silvie
Silvie · il y a
Un texte fort, poignant. On entre en sympathie avec cet homme à la dignité et au corps piétinés, miroir effrayant de ce que nous pourrions nous-mêmes devenir. Votre écriture est très maîtrisée. Pourrais-je aussi avoir votre avis sur mes écrits? Si vous êtes d'accord, entrez pour une minute dans "Que ma joie demeure".
·
Image de Yoann Bruyères
Yoann Bruyères · il y a
Merci d'être passée ! J'essaye en général de lire les autres, en fonction du temps que j'ai.
·
Image de Adjibaba
Adjibaba · il y a
Un texte noir, violent mais parfaitement réaliste.
Vous avez un style bien particulier. Simple et élégant à la fois. J'apprécie également la richesse du fond.
Un grand bravo à vous! J'aime et je m'abonne avec plaisir.
Si vous avez un instant, passez donc me lire dans "Entre justice et vengeance" : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/entre-justice-et-vengeance

·
Image de Issouf Nassa
Issouf Nassa · il y a
Vivement que la justive soit plus qu un reve.
N hesiter pas a lire ma nouvelle https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/trente-deux

·
Image de RAC
RAC · il y a
Une belle production ! merci de m'en avoir fait profiter !
·
Image de Yoann Bruyères
Yoann Bruyères · il y a
Avec plaisir, ravi que ça profite à quelqu'un :)
·
Image de Merina Biwoni
Merina Biwoni · il y a
Félicitations pour ce magnifique texte, c'est vraiment bien écrit et réaliste
Si le temps vous le permet, n'hésitez pas à faire un tour sur ma page.
Bonne et heureuse année !

·
Image de Yoann Bruyères
Yoann Bruyères · il y a
Merci ! Bonne année également :)
·
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
Complicité entre style et élégance. Ça donne de la brillance. Je vous suis en m'abonnant pour être au parfum de vos nouvelles progénitures littéraires. Je vous invite à lire et à soutenir si cela vous plaît, mes deux oeuvres en compétition que sont " Sous le regard du diable ". https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/sous-le-regard-du-diable
Et
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/malchance

·
Image de Felix CULPA
Felix CULPA · il y a
Un récit criant de vérité, un texte immersif et puissant, une introspection philosophique sublime ! Je n'ai vu ce texte que maintenant, il aurait mérité de gagner,
en tout cas, en le lisant je passe un bon moment ! Merci de découvrir mes deux textes en compétition :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/les-droits-de-lame
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-braquage-poetique

·
Image de Yoann Bruyères
Yoann Bruyères · il y a
Merci beaucoup et bonne chance !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Les tempes grisonnantes entre les barreaux et les yeux dans le vide, il n’y croyait toujours pas. Pour la première fois de sa vie, Lucky Luke avait tué. Lui qui n’avait jamais eu à verser le ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Une lumière éclatante se déversait dans la chambre, donnant au mobilier une existence crue, presque obscène. Paul avait dû prendre sur lui pour en franchir le seuil et ce fut également avec ...