2
min

Comme un prunier

Image de Sylvie Loy

Sylvie Loy

506 lectures

80

Qualifié

Quand il est né, il n'a pas pleuré. Pas un cri, pas un hoquet, pas un souffle. Rien.
La sage-femme lui a bien tapé dans le dos à plusieurs reprises. Rien. Il fallait bien se rendre à l'évidence. Or le médecin, revenu de sa pause café à ce moment-là, a crié à la puéricultrice de l'aspirer. Et une fois les voies respiratoires dégagées de toutes mucosités, il a enfin pleuré. C'était à peine audible mais c'était suffisant pour déclarer l'heure de sa naissance.
Les jours suivants, de mémoire d'équipe médicale de la maternité, nul n'avait jamais vu un nourrisson aussi calme. Il ne pleurait jamais. Il fallait même le réveiller pour manger.
De retour à la maison, la cacophonie perpétuelle qui régnait dans l'appartement ne semblait même pas le perturber. Pourtant, la fratrie était nombreuse et de tous âges.
Cependant, un jour, le bébé se mit à pleurer. Au début si imperceptiblement que chacun se mit à chercher la source de ce « miaulement ». Quand on la localisa, on rigola beaucoup. Et l'anecdote fut même partagée sur les réseaux sociaux des adolescents, vidéo à l'appui.
Seulement lorsque les pleurs du bébé s'intensifièrent quelques jours plus tard, forcément, on trouva ça moins drôle. On vérifia s'il avait faim, s'il était propre, s'il n'avait pas trop chaud... Rien n'y fit. Il pleurait comme s'il rattrapait toutes les occasions où il aurait pu s'adonner aux larmes depuis sa naissance.
Finalement le médecin de famille, un vieux de la vieille, établit un diagnostic : les coliques du nourrisson. Voilà. Et ça passera.
Or, cela s'amplifia. Surtout au moment où la mère reprit son poste à l'usine. Avant de déclarer sa dernière grossesse, elle était passée contremaître, et un tel avancement dans une carrière méritait qu'elle ne déçoive pas l'entreprise qui l'employait. Consciencieuse, elle refusa son congé maternité. Le père au chômage technique depuis l'acquisition de leur nouvel écran géant 105 pouces, TV Led Full HD, assurerait la garde.
Face à un phénomène inédit, la patience prévaut. Mais pas longtemps. C'est que le bébé pouvait pleurer deux heures d'affilée sans répit. D'accord, c'était son seul mode d'expression, mais on frisait l'exaspération collective.
Le degré de tolérance face aux pleurs est très varié. Et ils l'avaient tous atteint.
C'est ainsi que le bébé commença à être secoué. Au début, légèrement et maladroitement. On lui sommait de se taire, de dormir... Et puis le secouement devint un geste habituel. Il gagnait en fréquence et en violence.
Un jour, le bébé ne pleura plus. Chacun se congratula. Les coliques du nourrisson étaient remisées au rang de mauvais souvenirs. On joua tous ensemble à un nouveau jeu-vidéo en sommant les plus petits d'aller vérifier de temps en temps si le bébé dormait bien.
Il dormait si bien qu'il ne se réveilla jamais.

PRIX

Image de Eté 2016
80

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Naliyan
Naliyan · il y a
Effrayant et percutant. Bien raconté.
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci pour ta lecture Naliyan !
·
Image de Denis Lepine
Denis Lepine · il y a
un texte tragique mais beau, j'ai voté, je vous invite à découvrir mon texte de chanson: 'dans mon cahier' sur: http://short-edition.com/oeuvre/poetik/dans-mon-cahier
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci Denis, je suis déjà passée vous lire !
·
Image de Maud
Maud · il y a
Dans mon travail j'en connais un de bébé secoué ! aujourd'hui, il a grandit, il ne devait pas marcher ni parler d'après les médecins, mais avec l'attention et l'amour et la patience de la famille d'accueil (e toutes les heures de rééducation multiples) aujourd'hui il marche (encore un peu maladroitement) il parle et suis un cursus scolaire spécialisé, mais il restera handicapé et diminué physiquement et intellectuellement toute sa vie... ou à l'Idef ou travaille un médecin qui bosse avec moi, elle en voit toujours arriver... Parfois il suffit de secouer une seule fois le bébé, pour que sa vie soit infléchie à jamais.... Bravo pour ton texte Sylvie et cette mise en lumière. Il arrive que des parents soient hyper culpabilisés de cette minute de burn out qui a changé leur vie et celle de leur enfant à jamais... placement des enfants, incarcération des parents du premier enfant dont je parlais... personne ne sort indemne.
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
C'est avec beaucoup d'attention que j'ai lu ton commentaire et ton témoignage. Merci de partager ton expérience. Ce phénomène est tragique et encore trop méconnu. Pourtant il suffit de déraper une seule fois, comme tu le dis pour que la vie de toute une famille change à jamais. Merci encore Maud...
·
Image de Patrick Barbier
Patrick Barbier · il y a
Sylvie ou l'art de partir du lumineux pour se décaler vers le noir...
+1 évidemment

·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci Patrick pour ton commentaire "éclairant" mon écriture.
A très bientôt !

·
Image de Malice
Malice · il y a
Texte noir qui interpelle ! +1
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
C'était le but de ce texte, merci Malice pour ta lecture !
·
Image de Jean-Francois Guet
Jean-Francois Guet · il y a
Encore bravo :-)
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci Jean-François !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
C'est terrible car là je ne pas mettre la moindre plaisanterie, bon je vais devenir sérieux pour une fois ! Félicitations pour ce courageux texte
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Parfois j'ai l'écriture noire. Pas souvent quand même.
Mais ce phénomène du bébé secoué m'a secouée moi-même lorsque j'ai commencé à me documenter.
J'ai écrit cette histoire pour mettre une distance avec ce que j'ai lu tout en impliquant les lecteurs (que je suis complexe !)
Merci Thierry !

·
Image de Ghost Buster
Ghost Buster · il y a
Oh ben là, tu viens de me miner le moral pour la soirée !
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Désolée. C'est un sujet qui me tenait à coeur. Parce que j'ai encore trop l'impression que c'est tabou.
Merci d'être passé te miner le moral !

·
Image de Ghost Buster
Ghost Buster · il y a
Non, t'as bien fait, tu sais...
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
C'est atroce ça, Sylvie ! Mais c'est fort bien amené et toujours comme chez vous, très agréable à lire (sauf la dernière ligne !) Vous avez mon vote.
Une nouvelle petite visite à ma pie ? http://short-edition.com/oeuvre/poetik/la-pie-5

·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci Jean pour votre appréciation sur ce texte au sujet sensible.
Je vole de lire !

·
Image de Val
Val · il y a
Arff.... en tant que maman j'ai été touchée par votre texte ,merci d'avoir mis en avant ce fait tragique , que tous ces parents sans patience deviennent stérile ! +1
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Je ne tenais pas émettre de jugement, je le précise. Je pointais du doigt un phénomène tragique.
Merci Val pour ta lecture.

·