Come little children

il y a
3 min
117
lectures
14
Qualifié
Image de 3ème édition
Image de Très très courts
Ring a round the rosie
A Pocket full of posies
Ashes, ashes
We all fall down !

Les enfants sont sortis. Je les regarde depuis en bas. Ils sont sur le toit et chantent à tue-tête. Ils se tiennent tous la main comme s'il n'était pas malade. Les infirmières les surveillent de loin, il ne faudrait pas s'en approcher de trop près. Chaque fois qu'ils se laissent tomber à terre, l'un d'eux est éliminé, jusqu'à ce qu'il n'en reste qu'un. Moi aussi j'aime beaucoup ce jeu, je le trouve amusant et cela permet aux enfants de penser à autre chose. Mais ce moment de joie ne dure jamais longtemps, il y en a toujours un qui finit par se sentir mal et entraîne tous les autres à l'intérieur. Généralement cet enfant mourrait quelques heures après.
Un garçon commence à tousser fort, comme s'il allait s'étouffer. Les autres le regardent avec intérêt alors que les infirmières se pressent pour le ramener à l'intérieur. Tout le monde le suit et le toit est de nouveau vide. Pourtant on entend encore le chant mélodieux de la mort. Puisque c'est ce que cette chanson signifie. Elle ne fait que retarder l’échéance brutale.
Les enfants sont dans leur lit. Chacun dort. Je passe dans les rangées, je les observe, je les compte. Je sais déjà qui s'éteindra ensuite, je le sens dans l'air. Tout à l'heure aussi je savais qui lâcherait, qui serait emporté. À croire que j'ai un sixième sens, pas toujours joyeux je dois l'avouer. Je m'approche lentement d'un enfant. Elle ne doit pas avoir plus de sept ans. Elle est si frêle, qu'un coup de vent aurait pu la briser. Ses draps sont trempés de sueur, sa respiration est saccadée. Elle ne passera pas la journée et peut-être pas la nuit. C'est étrange. Je prends une petite chaise et m'y assieds de façon à pouvoir veiller sur cette petite fille. Je pose ma main sur la sienne après avoir vérifié qu'aucune infirmière n'est encore debout. Vérification idiote, les infirmières ne tiennent jamais toute la nuit et il est déjà plus de minuit. Elle est brûlante, la fièvre la dévore de l'intérieur et je me retins de retirer ma main. Je ne peux pas l'abandonner, je sais qu'elle me sent même si elle ne sait pas qui je suis. Personne ne sait ici, même si ont me côtoies tous les jours.
Soudain elle se lève avec violence et commence à tousser, à tousser si fort qu'elle réveille tout le dortoir. Je m’écarte un peu laissant de la place aux infirmières. La petite fille crache, se tient les cotes alors que doucement sa fièvre la dévaste. Elle est à bout de forces, ça se voit et les infirmières l'ont compris aussi. L'une d'elles la porte et l’emmène loin des autres enfants qui pleurent. Je la suis de loin alors qu'elle descend un vieil escalier qui débouche dans les entrailles du sous-sol. C'est ici que la plupart des essais de remède sont mis au point. Mais c'est aussi ici que les enfants sont emmenés pour mourir. Seul.
La femme couche l'enfant sur un vieux lit dans une pièce exiguë à l'écart des regards. Je me faufile à sa suite prête à prendre soin de cette si douce enfant. L'infirmière ferme la porte me laissant seule avec cette enfant qui ne cesse de tousser. Je m'approche avec tendresse et sers sa main avec compassion et tristesse. Et, soudain, comme c'était venu, la toux cesse et l'enfant tombe de sommeil dans le lit. Au même moment je sens une autre mort à un autre endroit et une partie de moi s'en va récupérer l'âme en peine. Doucement je chantonne une petite mélodie que chacun connaît ici.

Come little children
I’ll take thee away
Into a land of enchantment
Come little children
The time’s come to play
Here in my garden of shadows

L'enfant ouvre les yeux doucement et je lui souris. Je l'aide à se lever. Elle ne tousse plus, n'a plus de fièvre et elle ne transpire plus. Nous nous tournons vers la porte fermée à clé et je lui indique une petite lueur qui brille faiblement juste à côté. Je ressens sa peur, elle ne veut pas partir de peur de tomber sur des gens qui l’emmèneront encore dans un endroit comme celui-ci. Je la rassure, lui chuchote des mots doux, lui fait de belles promesses. Mais rien n'y fait, elle est tétanisée et des larmes salées commencent à couler sur ses joues blanches. Je me mets à sa hauteur et la regarde dans les yeux. Sans un mot. Je n'en ai pas besoin. J’essuie ses larmes en continuant de la regarder. Elle sait ce que je pense et je sais ce qu'elle ne dit pas. Puis soudain une autre petite fille du même âge apparaît, un peu perdue. Une idée de ma part pour la rassurer, lui prouver qu'elle n'est pas seule. Les deux fillettes se regardent un instant avant de se sourire timidement. Je sens que la peur a disparu. C'est étrange comment la mort est faite. Elles ont le même âge, sont nées le même jour et sont mortes de la même maladie au même moment. Je lâche la main de la petite fille et me remets debout la laissant avancer au côté de sa nouvelle amie. Elles disparaissent me laissant seule dans la pièce.
Je me tourne vers le corps sans vie de la petite fille. Je connais son nom à présent. Mary. C'est joli. Sa nouvelle amie aussi s'appelle Marie. Je sens qu'elles vont bien s'entendre. Je recouvre le petit corps des couvertures comme à chaque fois. Combien de chance y avait-il pour qu'une autre enfant meurt aussi à la même heure ? Peu. Finalement parfois il y a de belles coïncidences dans la mort.

Des coïncidences inévitables.
14

Un petit mot pour l'auteur ? 10 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Mon vote n0 13 pour ce beau conte sur le monde des enfants! Très émouvant, en effet, et écrit avec beaucoup de passion! Bravo!
Si le cœur vous en dit, merci de passer lire et soutenir les suivants:
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/beaute-austere
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/froideur
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/premiers-froids-1

Image de Théo Jallon
Théo Jallon · il y a
Continue, continue, continue ! :D
Image de Plumeargentée
Plumeargentée · il y a
Ahah eh bien merci pour tout cet enthousiasme !
Image de Théo Jallon
Théo Jallon · il y a
de rien, tu as une belle écriture, c'est cool !
Image de Phoenix
Phoenix · il y a
Très beau :)
Image de Plumeargentée
Plumeargentée · il y a
Merci, ça me fait plaisir :)
Image de Les Lectures de Nora
Les Lectures de Nora · il y a
J'ai adoré, bravo et bonne chance : )
Image de Plumeargentée
Plumeargentée · il y a
Merci beaucoup !
Image de Amelie Stroke
Amelie Stroke · il y a
J'ai beaucoup aimé ta petite nouvelle "Come Little Children", très bien écrite et l'histoire est bien menée. Bravo ! :)
Image de Plumeargentée
Plumeargentée · il y a
merci beaucoup pour tes compliments :)