Cœur à prendre

il y a
4 min
64
lectures
26

Toute ma vie a été bercée par la littérature, la poésie, et le théâtre. J'ai pris la plume très tôt, et bien que légère elle donna du poids à mes mots, qui devinrent des récits, des  [+]

Salut, mon p'tit nom c'est Samuel, ou Samy. C'est comme ça qu'on me surnomme au collège. Avec moi les filles tombent comme des mouches. Et pourtant, je ne suis pas un insecticide ! J'ai le sens de l'humour, ça les fait toutes craquer. Elles adorent ça, les filles, les mecs qui les font marrer. Comme dit le vieux dicton, femme qui rit, collégien à moitié puni !

Oh je ne suis pas un Casanova, ni un Dom Juan, mais j'ai mon petit succès ! Je ne suis pas non plus un bourreau des cœurs, mais c'est toujours moi qui les largue en premier. Elles s'en remettent assez vite, et vont se consoler dans les bras d'un autre aussitôt. Je les connais par cœur les femmes, à quatorze ans, je commence à avoir pas mal d'expérience.

Pourtant un jour, j'ai rencontré une fille qui allait changé le cour de ma vie. Maeva. La star du bahut, en 3ème 4, avec ce vieux débris de Chatel comme prof principal. Une magnifique brune tout droit sorti d'un livre d'histoire-géographie, de science naturelle et de mathématiques.

Elle était originaire de Tahiti, sa beauté méritait d'être étudiée à la loupe, et ses mensurations étaient tout simplement l'équation du bonheur ! Un beau jour elle a posé son regard sur moi, m'a souri, a balayé de ses doigts de princesse ses mèches brunes pour mieux faire valoir ses magnifiques yeux bleus, et son sourire rose bonbon, et là, de battre mon cœur s'est arrêté, comme disait l'autre !

Mais ma vie avait pris un autre tournant. J'avais ouvert mon cœur à un garçon, Kevin, du même âge que moi. Je ne croyais pas cela possible, jamais je n'aurai pensé qu'il pourrait battre pour un mec, mais dans la vie, parfois, on choisit pas. Dès que Maeva a appris que mon cœur n'était plus à prendre, elle a accueilli la nouvelle avec philosophie. Ses parents, quant à eux, se sont effondrés.

Cela faisait depuis six mois que Maeva attendait cette greffe. J'étais sa dernière chance. Elle ne rencontrera plus jamais un garçon comme moi, prêt à lui offrir son cœur sur un plateau. Mais les docteurs ont priorisé Kevin, car il était en meilleure santé et avait plus de chance de survivre à cette intervention.

Les parents de Kevin et les miens étaient en larmes. Pour eux, il s'agissait de larmes de joie. Je pense que mes parents devaient être heureux aussi, malgré tout. Heureux de savoir que leur fils unique vivrait dans le corps d'un autre, heureux de savoir que mon cœur battrait dans le corps de Kevin. Après tout, ce n'était que justice. C'est moi qui pilotait le scooter que maman m'avait acheté, contre l'avis de papa. C'est moi qui ai grillé le feu rouge après avoir slalomé entre les voitures. J'étais persuadé qu'on avait le temps, qu'on pouvait passer. Je n'ai pas vu venir la 208, elle allait beaucoup trop vite, puis ce fut le choc. On a été projeté à plus de vingt mètres. Mon casque et mes baskets se sont désolidarisés à cause de la violence de l'impact. Je suis mort sur le coup, j'ai rien senti, je n'ai pas vu de lumière blanche ni de tunnel. Juste les lumières bleues et oranges des gyrophares.

Mes parents se sont séparés par la suite. Mon père n'arrêtait pas de crier à maman en lui disant : c'est de ta faute, je voulais pas, j'avais dit non, et tu lui a quand même acheté ce maudit scooter ! Tu l'as tué, tu as tué notre enfant, tu as tué notre fils chéri.

Quelque temps plus tard mon père a refait sa vie avec la mère de Kevin. Elle a divorcé parce que c'est son mari qui a autorisé son fils à sortir, le soir du drame, le soir où il a fait un malaise à une soirée étudiante après avoir inhalé du proto, et où j'ai voulu le conduire aux urgences.

J'avais déjà eu quelques accidents auparavant, mais rien de grave. Quand j'ai des nanas derrière je roule pas trop vite, juste assez pour qu'elles se cramponnent à moi et pour sentir leurs corps se blottir contre le mien. C'est ce qui m'a valu m'a réputation de tombeur, ces quelques petites chutes en scooter avec mes passagères.

Ils ont le sens de l'humour mes potes. Mais ce qui m'a vraiment fait chialer, c'est la lettre que m'a écrite Maeva sur son lit de mort. Les chirurgiens ont dérogé à la déontologie et lui montré une photo de moi. Elle a écrit ces quelques lignes à mon intention. Sa lettre s'intitule : à cœur ouvert

Mon amour,

Tu aurais pu être mon héros, mon sauveur. Nous ne nous sommes jamais vus, ni même jamais rencontrés, et la seule image que j'ai de toi, c'est cette photo que les docteurs m'ont montrée.

C'est vrai que t'es beau gosse, avec tes beaux yeux verts, tes cheveux châtains clairs figés par tout un pot de gomina, et ta silhouette de rêve. On aurait pu être heureux, on aurait pu faire un bout de chemin ensemble, unir nos destins, ton cœur dans mon corps.

J'aurais aussi pu être ta passagère, mais ce ne fut pas le cas. J'aurais préféré, crois-moi. Malheureusement, j'étais la conductrice de la 208 qui t'a fauché en pleine jeunesse. Je n'ai pas résisté au plaisir de conduire la voiture de mes parents. J'ai profité de leur sommeil pour faire une virée avec les copines. Elles s'en remettront, pas moi. J'espère qu'elles me pardonneront, j'espère que tu me pardonneras également.

Contrairement à toi, en ce qui me concerne, Scooter, c'est le nom de mon groupe favori, pas d'un deux roues ! Ah ah ! Tu vois, les filles aussi ont le sens de l'humour ! Il paraît que les mecs adorent ça ! Si j'étais philosophe, je dirais que la séduction est une opération à cœur ouvert, mais je ne le suis pas. Je suis qu'une pauvre fille qui va mourir après avoir tué et brisé des vies.

Quelle idiote je fais, je parle d'amour alors que je n'ai pas de cœur, juste une foutue pompe qui assure une circulation sanguine extracorporelle. C'est quand même dingue l'amour, on peut aimer même quand on n'a pas de cœur.

Tant pis, c'est pas grave tout ça, ça n'a plus aucune importance. Sois heureux avec Kevin, il te mérite autant que moi, et tu sauras le rendre heureux. Finalement c'est lui qui a pris ton cœur, c'est la vie... ensemble, vous allez en faire tomber des nanas...

Maeva qui t'aime à en crever.
26
26

Un petit mot pour l'auteur ? 34 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Felix Culpa
Felix Culpa  Commentaire de l'auteur · il y a
Entre les deux, mon cœur balance.
Image de Duje
Duje · il y a
Quelle histoire dont le déroulé nous mène par le bout du nez . Félix de l'orthographe à revoir : "ma sourit" " et la de battre mon cœur ..."
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Merci beaucoup Duje pour cette lecture attentive et d'avoir corrigé mes fautes ! Merci d'avoir apprécié cette petite histoire qui vient du cœur !
Image de Gécé
Gécé · il y a
Bouleversant. Quel angle d'attaque pour aborder le sujet! Un vrai beau texte traité avec autant d'amour que d'humour.
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Merci beaucoup pour cette analyse Gécé. Je fonctionne beaucoup par analogie, et, aimant jouer sur le sens des mots et des phrases, lorsque je parle, j'ai du mal à me faire comprendre. C'est pour cela que j'ai choisi de mettre mes idées par écrit. Merci encore pour votre lecture Gécé !
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Un texte poignant
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Merci beaucoup Fleur d'avoir été sensible à cette histoire que j'ai écrite de tout mon cœur.
Image de RichardTri
RichardTri · il y a
Très beau texte, avec une très belle idée bien traitée. Mon vote
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Votre compliment me touche beaucoup, merci Richard.
Image de Mica Deau
Mica Deau · il y a
Bons bonds et rebondis !
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Très joli ! Merci Mica ! ;-)
Image de Philippe Barbier
Philippe Barbier · il y a
émouvant
Image de Evlys
Evlys · il y a
Une belle histoire originale, tendre et émouvante.
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Merci beaucoup Evlys pour votre lecture et votre commentaire très touchant.
Image de Regine Fournon
Regine Fournon · il y a
Comme toujours ce que vous ecrivez est original et surprenant: un imaginaire très fécond et une plume rapide et fluide. merci, j'aime beaucoup
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Merci beaucoup Régine, merci de lire mes petites histoires, et aussi pour votre amitié et la gentillesse de votre commentaire !

Vous aimerez aussi !