Cody

il y a
1 min
7
lectures
1

Passionné d'histoire(s), de lecture et donc d'écriture. Écrivain d'occasions. J'écris depuis des années sans jamais avoir publié. Alors, pourquoi pas?  [+]

Je me souviens de ce vieux bonhomme rencontré un jour par hasard au fin fond du Wyoming.

Nous étions partis à la conquête de l’ouest. C’était il y a longtemps. Au début des années quatre-vingt. Nous arrivions à Cody, la citée de Buffalo Bill. La ville n’avait pas beaucoup changé depuis le temps des westerns. Nous avons garé la voiture le long du trottoir de planches, poussé les portes à battants du saloon et nous sommes installés autour d’une table en bois.

Il était là, assis au bar. Cheveux blancs mi-longs. Une petite barbiche sous le menton. Une épaisse moustache. Il ressemblait au héros légendaire de la ville. Nous ne l’avons pas remarqué tout de suite. Lui, nous écoutait parler de loin. Après quelques minutes, saisissant sa tasse de café, il s’est approché de nous.

— Vous êtes français ? nous a-t-il demandé en anglais. Je ne parle plus votre langue. Pourtant, je l’ai apprise il y a longtemps. J’ai bien connu la France. J’étais pilote dans l’armée américaine en 1917. Dans le village, à côté du champ d’aviation, il y avait un hôpital militaire. C’est là que j’ai rencontré une jeune infirmière. Elle s’était enrôlée pour soigner les soldats qui se battaient pour son pays. On se voyait tous les soirs. Je lui apprenais quelques mots d’anglais. Elle m’a appris le français. On devait se marier après la guerre... Un jour, au retour d’une mission, le médecin de l’hôpital m’attendait au bord du champ. Pendant notre absence, le village avait été bombardé par une batterie allemande qui cherchait à détruire le terrain d’aviation. Jeannette avait été tuée.

Le vieil homme s’est tu. Dans son regard flou se lisait une tristesse infinie qui, après toutes ces années, n’avait toujours pas guéri.

C’était il y a plus de quarante ans et je m’en souviens encore. Il a dû disparaître depuis longtemps et cela fait plus de cent ans que sa douce infirmière a été emportée par la guerre. Le souvenir de leur amour reste pourtant bien vivant dans ma mémoire.

Le vieil homme a bien fait de venir nous parler ce jour-là, à Cody, Wyoming.
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
Au vieil homme et Jeannette.
Il y a des choses qu'on ne peut oublier, bonne journée :-)

Image de Pierre LE FRANC
Pierre LE FRANC · il y a
Merci pour eux.