Clara la sanguinaire

il y a
3 min
47
lectures
60
Qualifié
Image de 2018
Image de Jeunesse
Le bateau roulait sur l'océan déchaîné et atteignant le sommet d'une vague mugissante, semblait précipité dans le vide. Les fracas des épées qui s'entrechoquaient formaient une terrible symphonie. Le pirate, les yeux emplis de foudre, sur le pont du navire, grogna en enfonçant son épée dans le cœur de son ennemi juré.



- Clara ! A table !



Sans prêter attention à son père qui criait en bas de l'escalier, Clara gardait les yeux rivés sur l'écran, le souffle court. Hors de question d'arrêter au meilleur passage ! Elle avait regardé ce film des dizaines de fois, et elle en frissonnait toujours.



- Clara, à table ! Je ne le répéterai pas !



Clara se leva, boudeuse, et murmura entre ses dents : « Si seulement j'étais une pirate, je serais libre ! » Elle éteignit la télé d'un geste rageur. « Finies les corvées, finis les haricots verts, bonjour le rhum et la bagarre ! »



- Clara !



« Je donnerai tout pour être une pirate », fit-elle en traînant des pieds en direction de la cuisine.

A peine eut-elle prononcé ces mots qu'un orage éclata si fort qu'il la fit sursauter. Il faisait beau, pourtant ! Elle courut à la fenêtre, l'ouvrit, et constata que temps était radieux. Elle fronça les sourcils, voulut repartir vers la cuisine quand le ciel tonna à nouveau avec une vigueur redoublée. Au même instant, une lumière blanche l'aveugla et elle sentit son corps se soulever. Elle voulut pousser un cri, mais aucun son ne sortit de sa bouche. Elle entendit la voix de son père comme s'il la réprimandait de l'autre bout de la rue « Clara ! », et soudain, elle se sentie aspirée.



Il lui fallut quelques instants pour comprendre ce qui lui arrivait. Elle était debout, sur le pont d'un grand navire. Autour d'elle, des hommes aux allures terribles s'agitaient en tous sens.

« Allez, bande de feignasses ! On rame, on pousse ! On les rattrape ! » Un homme à la chevelure rougeoyante, tenant le gouvernail , hurlait toute sorte de gros mots qui aurait fait frémir papa de rage. Clara n'en croyait pas ses yeux. Elle était sur un bateau de pirate ! Un vrai ! Il y avait même un perroquet qui voletait en tous sens, répétant les injures du capitaine !



- Alors, Clara qu'est-ce que tu fous à traînasser comme ça ! Plus hautes les voiles, et que ça saute !



Clara tressaillit. Le sang palpitait dans ses veines. Son cœur battait à tout rompre. Elle se mit à courir sur le pont, attrapant une corde, la lâchant, courant vers la balustrade, essayant de faire mine qu'elle savait ce qu'elle faisait. Tout en haut, dans la vigie, un pirate immense à la peau noire comme l'ébène scrutait l'horizon. Partout, l'équipage se préparait à l'assaut. Les sabres luisaient sous le soleil de plomb, les pistolets pendaient aux ceintures. Quelqu'un lui tendit une bouteille de rhum. Sans hésiter, Clara fit comme dans pirate des caraïbes, la décapuchonna avec les dents, et en but une grande goulée qu'elle recracha immédiatement. Personne ne l'avait vue. Ouf !

Tout en continuant à tirer des cordages au hasard, elle se mit à réfléchir. Comment était-elle arrivée ici ? On aurait dit qu'elle avait été aspirée dans un film de piraterie particulièrement sanglant. Le rêve ! Allait-elle rester ici toute sa vie ? Il faudrait qu'elle se trouve un nom. Clara la sanguinaire, peut-être. Il serait temps d'y réfléchir plus tard.

Elle aperçut, au loin, la voile que le navire pirate avait pris en chasse. Elle allait vivre un véritable abordage !

Alors qu'elle bombait son torse d'orgueil, quelque chose changea soudain. Elle ne sut immédiatement quoi, jusqu'à ce que le gros pirate noir, dans la vigie, se mette à hurler d'une voix paniquée :



- Les Gau !



Tout le monde se figea.



- Les Gau-Gau !



Non... Elle n'en croyait pas ses oreilles. Était-ce possible ?



- LES GAULOIS !



Ce fut la débandade. Le navire que tantôt on chassait virait de bord pour venir à la rencontre des pirates. Clara était bouche bée. Au loin, elle crut apercevoir deux silhouettes, une massive, et une frêle sur le pont du bateau ennemi.

Soudain, l'équipage pirate se mit à faire la plus absurde des choses. Empoignant d'énormes haches, ils creusèrent dans le plancher frénétiquement.

Sous les yeux médusés de Clara, un torrent jaillit entre les planches fracassées, inondant le pont. Le capitaine à la grande barbe rousse poussa un gémissement, l'air dépité. Le bateau coulait. Clara avait de l'eau jusqu'à la taille. Une grosse poutre passa en flottant devant elle. Elle s'en saisit, et se laissa dériver.

Bientôt, seule la vigie émergeait encore. L'équipage était éparpillé dans les débris du navire.

Le bateau gaulois passa juste à côté de Clara, et sur le pont, elle put distinguer un homme énorme, vêtu d'une tenue rayée, et un autre, plus petit, à la chevelure blonde. Les deux étaient hilares.



- Astérix et Obélix. De tous les mondes de piraterie, il a fallu que je tombe dans celui d'Astérix et Obélix.

 
60

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,