4
min

Cinquante jours de brouillard

Image de Villefranche

Villefranche

222 lectures

142

J + 21: Trois semaines que nous n’avons pas vu le soleil. Vingt et un jours que les choses s’aggravent. Le brouillard s’épaissit de jour en jour. Il forme une masse opaque et si, moyennant de nombreuses précautions, on arrive encore à se déplacer le jour, la nuit il n’en est plus question. Le halo de l’éclairage public n’atteint plus le sol. On ne voit pas le bout de son bras. Alors les pieds....

Toute l’Europe est complètement paralysée. Le phénomène a débuté près de la cote atlantique, il a atteint l’Alsace en trois jours et en quinze jours a dépassé l’Oural. Les trois premiers jours, les conséquences avaient été simplement routières. Tout le monde était en retard, la vie économique et sociale s’en est trouvée perturbée mais les météorologues confiants et sûrs d’eux mêmes et de leurs ordinateurs nous promettaient chaque jour pour le lendemain le retour à une météo de saison.

L’air est tellement saturé en eau que les asthmatiques sont en détresse complète et parfois on en arrive à se demander s’il ne vaudrait pas mieux nager que marcher. La vapeur d’eau s’infiltre dans les maisons et il faut pousser le chauffage à fond pour espérer y vivre normalement. La tension monte de partout. Les scientifiques, incapables d’expliquer le phénomène sont pris à partie par les politiques, qui eux mêmes et plus que jamais se déchirent entre eux. Les ordinateurs sont en surchauffe.

En ce mois de janvier, avec cette impossibilité de se déplacer après le coucher du soleil, certains ont pris l’option de dormir sur leur lieu de travail, d’autres n’y vont même pas car tout est bloqué. Plus de clients dans les magasins, les entreprises de service sont totalement en panne, les réseaux nationaux -électricité, radio, télévision, internet- se perturbent mutuellement par des pannes en cascade que personne ne peut dépanner faute de pouvoir se déplacer. Bien entendu le traffic aérien, et tous les transports en commun sont gravement perturbés.

Ce matin, vingt et unième jour, c’est un groupe de géologues, sismologues et géophysiciens qui viennent d’émettre une hypothèse d’explication fondée sur une étude croisant des relevés sismographiques avec des mesures satellites. La nouvelle a fait l’effet d’une bombe.

La plaque atlantique se sépare à une vitesse anormalement élevée de la plaque eurasienne au large de la Bretagne. L’océan Atlantique s’engouffre entre les deux plaques, l’eau entre en contact avec des masses magmatiques superficielles, se vaporise et sous l’effet de la rotation de la terre et de la pression ainsi créée se déplace d’ouest en est puis remonte à travers les couches supérieures. En refroidissant au contact de l’air froid, la vapeur se condense et forme ce brouillard d’une incroyable compacité. le même glissement de la plaque atlantique se produit aussi au large de l’Afrique mais pour des raisons de températures plus élevées pas de brume sous les tropiques mais un incroyable champ de haute pression bloquant la formation de toute dépression et donc de vents ou de tempêtes. Toute l’Europe se trouve bloquée sous un gigantesque anticyclone tel un couvercle sur une cocotte minute.

De mémoire de météorologue et d’historien, ce phénomène n’a jamais été observé. Bien sûr, les questions se bousculent:

Que peut on faire? Jusqu’à quand cela va-t-il durer? Les deux réponses sont limpides: "Rien" et « Nous ne savons pas »

Et le pire est à venir! D’après les mesures du mouvement des plaques, la cause du problème aurait pris naissance voici quatre mois. Donc en supposant que ce glissement s’arrête aujourd’hui, on en a encore pour trois mois minimum.

Devant le chaos qui s’annonce le président Croman et la chancelière Kermel se sont fendus hier matin d’une déclaration commune visant à rassurer les populations. En gros, la situation est sous contrôle, faites nous confiance. Le résultat a été inversement proportionnel à la sérénité affichée et une panique générale s’est emparé de la population. Tous les petits épargnants se sont précipités dans les banques pour retirer leurs avoirs ce qui n’a pas manqué de saturer les systèmes informatiques déjà perturbés par les mauvaises conditions générales du réseau. Plantage général, panique et fureur de la foule. Certains employés de banque n’ont dû leur salut qu’à la présence des sas de sécurité.
J + 28: Hier soir un humoriste a perdu le contrôle de la situation et SA situation, en trois phrases. Le directeur général de la télévision nationale est venu personnellement présenter ses excuses publiques en jurant que cela ne se reproduirait pas. Dans un tel climat, au Japon, il aurait dû se faire hara kiri en public. Comme le disait fort justement Pierre Desproges « On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde ».

J + 30: Ce matin, la température a tellement chuté que le brouillard a gelé, les arbres, les maisons, les voitures ont été transformés en glaçons. Les premiers rayons de soleil réchauffant un peu l’atmosphère ont réenclenché le processus et une heure après le brouillard est revenu, l’atmosphère retrouvant son point d’équilibre.

J + 34: voici quinze jours que je n’ai pas mangé un légume frais ou un fruit. Ceux qui poussent à grand frais (si j’ose dire) sous serre ne peuvent être acheminé à plus de quelques kilomètres. Plusieurs industriels de l’agroalimentaire ont annoncés être en rupture de stock, ce qui a fait souffler un nouveau vent de panique. Vent qui n’évacue pas le brouillard pour autant! Résultat: plus une seule conserve sur les rayons des supermarchés.

J + 37: la radio vient d’annoncer que le chiffre des suicides a été multiplié par dix pendant le mois de janvier.

J + 40: je viens de faire l’inventaire. Il me reste environ 10 jours de vivre, quinze en me rationnant encore un peu plus.

J + 45: on signale dans le quartier des scènes de pillage. Ma voisine de palier m’a dit, sous le sceau du secret, qu’il y avait eu dans le lotissement voisin un cas de cannibalisme. Un retraité aurait tué et dépecé sa femme. Il en aurait consommé une partie et congelé le reste. Heureusement, mon logement est protégé par une porte solide et j’ai fait poser des barreaux aux fenêtres.

J + 48: par sécurité, je cache mes médicaments dans une enveloppe que j’ai collée sous le tiroir de ma table de nuit. Le brouillard est toujours aussi dense. Peu à peu, la brume a aussi envahi ma chambre.

J + 50: l’infirmière a découvert ma cachette et le docteur n’était pas du tout content que je ne prenne pas mes cachets. Il a horreur du gaspillage. Il m’ a fait une piqure et j’ai dormi pendant deux jours.
C’est vrai que ça m’a fait du bien, je me sens beaucoup plus reposé.
Je suis allé faire une promenade dans le jardin avec l'infirmière puisqu’il n’y a plus de brouillard.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
142

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Thomas d'Arcadie
Thomas d'Arcadie · il y a
J'ai pris beaucoup de plaisir, Merci !
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Je relis avec beaucoup de plaisir votre TTC très humoristique, Villefranche !
Vous avez soutenu mon sonnet Mumba et je vous en remercie. Il est désormais en finale. Le soutiendrez-vous de nouveau ? https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba Bonne journée à vous !

·
Image de Roxane73
Roxane73 · il y a
J'arrive tard pour voter, mais quelle réussite ! L'histoire est menée tambour battant. C'est réaliste et surréaliste. Non sans humour. Bravo Villefranche !
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Diane
Diane · il y a
Diane
j'y ai cru; apocalypse....now? C'est dans le vent;

·
Image de Villefranche
Villefranche · il y a
Merci.
Pas de vent sinon pas de brouillard.

·
Image de Mab
Mab · il y a
le brouillard des médicaments peut être.. mais le lecteur peut aussi interpréter autrement et je conserve mon doute . mais bon récit
·
Image de Mab
Mab · il y a
Déroutant , la fin qui ne conclut rien . mes votes J'ai en lecture "Vinyles rencontre " qui tourne si doucement au fil des jours ....
·
Image de Villefranche
Villefranche · il y a
J'ai peur que vous n'ayez mal lu. Les barreaux, l'infirmière, la piqure. N'y voyez vous pas les indices d'une conclusion? Je vous invite à lire les commentaires déjà postés.
Je vous souhaite Une belle journée.

·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Je ne regette pas le déplacement ...
·
Image de Villefranche
Villefranche · il y a
Pour le retour, N'oubliez pas d'allumer vos feux anti brouillard.
Surtout si vous passez par la Réunion, pour partager "le bateau au dessus des nuages"
http://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/le-bateau-au-dessus-des-nuages

·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime Sfumato. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Didier Lemoine
Didier Lemoine · il y a
Bon texte. Mes voix. Si vous le désirez, allez visiter "La princesse Alexandra", et pourquoi pas voter pour elle. Pour cela, c'est ici :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-princesse-alexandra

·
Image de Villefranche
Villefranche · il y a
Je suis allé lire ""princesse Alexandra ".
Pour les commentaires, je préfère de vrais échanges à des copiés / collés. (j'ai retrouvé le même message sur deux autres textes lus au hasard)

·
Image de Didier Lemoine
Didier Lemoine · il y a
oui, c'est vrai cher ami. Je lis, je vote et je colle, quand le texte est à mon goût.
·