Chapitre 13 : Hôtel des voyageurs

il y a
2 min
11
lectures
3

Votre Shy Cat aime philosophie et poésie , cherchant, encore et encore le sens d' une présence! http://www.monbestseller.com/actualites-litteraire/8724-pourquoi-jecris-18#comment-44022 Si la  [+]

Monsieur K se hâtait vers la place du tertre.
Il vit un homme hagard sortir en courant de l’Hôtel des Voyageurs.
L’homme portait un costume noir, plutôt élégant. Mais Philippe ne s’attarda guère sur l’habit : ces derniers temps il avait croisé mille facettes de la peur, mais cet homme c’était différent.

Jamais Monsieur K n’avait vu un tel visage, ravagé par une telle terreur indicible, insurmontable, inhumaine. L’homme titubait, semblait avoir perdu la Raison. Monsieur K l’arrêta :

- Vous connaissez l’Hôtel des Voyageurs ?
- Je suis le Directeur !
- Que se passe-t-il ?
- Ils, ils, ils, balbutia le directeur.
- Oui, ils, demanda calmement Monsieur K ?
- Ils ont tué tout le monde, répondit l’homme dans un sanglot.
- Elaine ?
- La provinciale, une jolie femme ?
- Elle est morte ?
- Non, elle est en sécurité dans la cave.
- Vraiment, en sécurité, demanda Monsieur K, en frissonnant ?
- Je ne sais pas, ils ne sont pas humains : laissez-moi partir !
- Pas tout de suite, répondit monsieur K, je veux le code !
- Laissez-moi partir !
- Soit tu me donnes le code, soit on retourne tous les deux dans l’hôtel !
- 1833. Laissez-moi partir !

Monsieur K n’avait jamais vu un homme courir si vite. Sans perdre son habituel sens de l’humour, il regretta de ne pas avoir de chronomètre, car on venait de pulvériser le record du 100 mètres sous ses yeux !

Monsieur K n’eut aucun mal à trouver l’hôtel, légèrement en retrait de la place.
Aussitôt, il les reconnut : les zombies !
Ces derniers ne lui prêtaient aucune attention, ils fouillaient et refouillaient l’hôtel, piétinant les cadavres du personnel et des clients.
De loin, le doute était permis, mais Monsieur K les avait vu de bien trop près dans le métro.

Le terme Zombies semblait leur convenir, mais on aurait pu les appeler extra -terrestres , ou fantômes. Monsieur K savait que de tels êtres pullulaient dans la matrice, mais ici c’était le monde réel.
Enfin ,il n’en savait rien, il ne savait plus, après tout, il avait bien vu Néo voler dans le ciel, juste au dessus de l’immeuble de son enfance ! Qui avait envoyé Sandra le sauver ? Qui l’avait conduit jusqu’à cet hôtel ?

Philippe n’avait pas de réponse. Il décida de faire le tour de l’hôtel. Par chance, il vit une étroite porte de service, Il essaya le code 1833 : la porte s’ouvrit !
Monsieur K se retrouva dans une cour minuscule. Le soupirail n’était pas fermé , il le souleva, descendit quelques marches et avança dans le sombre couloir des caves. Il repéra la porte blindée, tapa le code et pénétra dans la pièce.

- Ce n’est pas le directeur, s’exclama une fort jolie femme, vêtue à la dernière mode !
- Elaine ?
- C’est moi répondit la jeune femme ?
- Il faut partir, ils arrivent !
- Qui, ils, les terroristes, demanda un voyageur ?
- Non, les zombies.
- Il est fou : ne le suivez pas !
- Elaine, viens avec moi, ils sont après toi, supplia monsieur K.

La jeune femme resta sur le seuil de la porte, indécise...
3
3

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Stéphane Sogsine
Stéphane Sogsine · il y a
Étonnant
Image de Philshycat
Philshycat · il y a
à suivre !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La Traque

Romane Endell

On pense plutôt que ce sont les hommes, les durs, ceux qui arrivent en taule à seize ans et qui en sortent à trente qui font ce genre de choses.
Moi je suis une fille, j'ai quinze ans depuis... [+]