2
min

Casting

Image de K57

K57

5 lectures

0

Léonard de Vinci était-il HLA DBQ mutant ?

La réalisation d’une scène au cinéma, même la plus simple, nécessite pas moins d’une vingtaine d’intervenants.
Durant un rêve, nous assurons seul le scénario, le casting, les prises de vues, les dialogues, l’éclairage, les décors, les prises de sons, les effets spéciaux etc.
Aucun esprit n’est capable à l’état vigile de réaliser le plus modeste rêve... Aucun ?...Et si le génie d’un Léonard de Vinci était dû à une forme de somnambulisme ?...A l’interpénétration d’un mode de sommeil avec une forme de vigilance autorisant la perception claire et transmissible du contenu du rêve?...On est souvent enclin à penser, devant la complexité des dessins et inventions du Florentin qu’ils ont été recopiés sur un rêve.
Le somnambulisme permet un certain degré d’activités physiques, durant une phase de sommeil dite paradoxale, précisément parce que s’y mêle une intense activité psychique (les rêves) avec une abolition du tonus musculaire (sans laquelle le rêveur « suivrait » son rêve)...Si la déconnexion est franche pour la plupart d’entre nous, se peut ’il qu’elle soit plus ténue chez les génies, à ce point que des lambeaux de rêves s’immiscent dans la conscience ou, à l’inverse, des trainées de vigilance dans un magma de sommeil ?
Le génie serait alors une pathologie de l’interface veille/sommeil, une variété de somnambulisme ?

Une mutation d’un gène dans le système HLA*(responsable de l’immunité) a été retrouvé de façon significative chez les patients atteints de somnambulisme, est-elle aussi impliquée dans les facteurs de risques génétiques des accidents vasculaires cérébraux** pour lesquels nous savons mis en jeu l’activation d’une molécule, le tPA, responsable de mouvements de cellules inflammatoire régulées par le dit système HLA ?
Comment positionner l’imagination par rapport à l’état vigile et au rêve?....Cette corne de rêve poussée dans les entrailles de la réalité ?...N’est ‘elle qu’un rêve un peu moins performant, un peu moins riche, plus laborieux ?....En tous cas on ne peut pas imaginer un rêve, mais peut ’on rêver qu’on imagine ?

*Compte rendu du 54éme congrès de l’American Academy of Neurology
** Dont fut victime le Maitre, deux ans avant son décès, en 1517.

Descartes raconte (à la troisième personne) son troisième rêve, fait le 10 nov. 1619 ; Ce qu’il y a de singulier à remarquer, c’est que doutant si ce qu’il venait de voir était songe ou vision, non seulement il décida en dormant que c’était un songe, mais il en fit encore l’interprétation avant que le sommeil le quittât.
De ce rêve résulterait, entre autre, le « Je pense donc je suis »... « Je rêve donc je crée » ?
A propos des plus célèbres « productions » oniriques ; la découverte de la structure du benzène par Kekulé, l’écriture de la Sonate du Diable de Giuseppe Tartini, la solution de l’équation du troisième degré par Gérôme Cardan, l’inspiration Des deux pigeons de Jean de La Fontaine, les effets de l’acétylcholine par le prix Nobel Otto Loewi, la mouette d’Einstein qui vole à une vitesse proche de celle de la lumière...
Il est notable de constater qu’aucun de ces intellectuels n’a revendiqué, au moment de sa
découverte (trente cinq ans après lors d’un banquet donné en son honneur, pour Kekulé) la contribution du rêve...
Les paroles d’un rêve sont divines quand elles sont distinctes et claires et qu’on peut voir celui qui les a prononcées. Maimonide.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,