1
min

Carte postale / Strasbourg au temps du confinement

65 lectures

19

Jeudi 2 avril
Dix-septième jour, je crois.

Il fait froid encore. Les fenêtres sont fermées, les habitants se sont cloîtrés derrière les murs épais des vieilles façades à colombage.
Place du Marché-aux-Cochons-de-Lait, rue du Maroquin, rue des Cordiers. Plus de hordes de touristes, plus de terrasses bondées ni de bières de printemps, finie la choucroute de poissons. Restez chez vous. Le virus rôde. Qui sait s'il ne flotte pas dans l'air ou s'il n'est pas déchà chez le voisin...
Rentrez chez vous.

La ville et la vie s'installent dans le silence. Plus de voitures, plus de bruits. Les étudiants sont repartis, il n'y a même plus d'enfants qui rient, pas d'eau qui coule dans les fontaines.
Le silence pèse comme à l'heure chaude d'un village mexicain où seuls les scorpions sortent et rampent sur les murs, délogés par le vent. Ici le vent du diable s'engouffre dans les ruelles et fait le grand ménage de printemps.
Il paraît que demain ne sera plus comme avant. Pourtant la peur demeure, tout comme l'insolente richesse des bourgeois du quartier qu'exhibent les lourdes sculptures de bois, les toitures neuves et les crépis flamboyants.
Palais Rohan, Cathédrale, rue Mercière, rue du Vieil-Hôpital. Au gré des pavés mes pieds avancent dans ce décor de conte de fées, dernier vestige d'une vie collective suspendue à sa mémoire, celle d'un hier perdu et celle des temps anciens où peste et choléra sévissaient aussi. À l'époque, on brûlait les immeubles infectés et les cadavres s'entassaient avant d'être évacués.
La roue tourne. Le temps a raison des plaies et des hommes.

Tout semble si petit sans les gens et la cathédrale si grande, étourdissante. Cent quarante-deux mètres de hauteur et des milliers de tonnes édifiés sur des pieux enfoncés dans de l'eau – la nappe phréatique.
La cloche des Heures sonne, et d'un ton grave clame sa vérité : rien ne se fait sans sueur et sans crainte, mais de l'improbable surgit la beauté.
19

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
D'ici Noël tout ne sera qu'un - mauvais - souvenir.
Mauvais, pas si sûr ... les villes désertées ne sont montrées sous un (beau) jour nouveau... enfin, je trouve ...

Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Ces grandes étendues silencieuses "reprendront foule" et vie très rapidement… ;)
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Rien ne se fait en un jour . La description de la ville devenue silencieuse , amorphe nous fait penser aux cycles de l'histoire qui se répète.
Image de Mica Deau
Mica Deau · il y a
Les mots de la fin couronnent le tout de façon parfaite, bravo !
Image de Séverine Cappiello
Séverine Cappiello · il y a
Merci Mica! oui la fin est aussi ce que je préfère :) un peu d'espoir!
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
La plume court, libre, sans retenue… déconfinée. Un bon texte.
Image de Séverine Cappiello
Séverine Cappiello · il y a
Merci Patrick!
Image de Brigitte Cappiello
Brigitte Cappiello · il y a
ah j'ai bien aimé ce texte, qui met en mots ce que nous ressentons tous je pense, mais sans avoir ces jolis mots pour le dire
Image de Séverine Cappiello
Séverine Cappiello · il y a
Merci Brigitte :)
Image de Dranem
Dranem · il y a
Sommes-nous sortis du moyen-âge ? un très beau texte sous le regard d'une cathédrale...
Image de Séverine Cappiello
Séverine Cappiello · il y a
Merci beaucoup Dranem. En marchant dans ces rues parfois on doute de l'époque !
Image de Johanne Wilk
Johanne Wilk · il y a
Touchantes et puissantes images d'une ville que je n'ai pas connue confinée, mais que j'imagine à travers tes mots, merci Sev..
Image de Séverine Cappiello
Séverine Cappiello · il y a
Merci Johanne. Les débuts furent surréalistes... presqu'un film de Bunuel, tu aurais du voir ça !
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
je trouve ça assez réussi
Image de Séverine Cappiello
Séverine Cappiello · il y a
Merci Volsi de votre part ça me touche beaucoup !
Image de Doumé76
Doumé76 · il y a
Le froid, le vent, les rues désertes, la cloche,... La Faucheuse est là qui cherche sa proie!!!!
Image de Séverine Cappiello
Séverine Cappiello · il y a
Merci Doumé ! Oui, presque un western où on aurait oublié les décors d'Andersen en studio!

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

La nuit va tomber sur le port. Mouettes et cormorans zèbrent le ciel dans l’attente des déchets de la pêche que les marins vont leur livrer en nettoyant les ponts. L’un après l’autre, les ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Ils me disent : « Mais si, elle est là, ta mère. » Avec l’air qu’ils prennent quand ils parlent à un tout petit enfant. J’ai l’habitude. Je ne réponds pas, à quoi bon. Mes mots ne ...