1
min

Carnet de voyage (en pays de métro boulot dodo)

Image de Corinne Bel

Corinne Bel

103 lectures

5

La bouche m’avale tout rond et me recrachera 3 stations plus tard.

Ce matin, j’ai pu m’assoir. C’est rare. L’angle de vue en est changé, tout au fond du wagon mes yeux en plongée balayent le sol.

Place Guichard ! Le calme règne au ras du plancher. A l’observer avec attention, une nuée, drôle de mot en ce lieu confiné, de pieds qui semblaient d’abord très immobiles s’anime.
Il y a là bien campés, deux pieds arrimés qui ne bougeront pas un cil à l’ébranlement de la rame, j’en mettrais mon pied à couper puis un autre, aisé, botté d’un cuir de qualité, qui à n’en pas douter s’offre les services d’un bon chausseur.
Et celui-là qui fait sa coquette sale, sa botte sophistiquée, toute strassée n’a pas vu le cirage depuis belle lurette, j’ai envie de le gronder.
Et celui-ci qui s’impatiente, un mouvement saccadé l’agite, pour un peu on aimerait le calmer.

Ces pieds d’hiver, biens couverts, dénués de sensualité, sont un peu tristes, résignés peut-être.

Sauf celui qui s’est caché derrière un autre insignifiant. Il est menu, se moque des frimas, déshabillé d’un escarpin mordoré au décolleté plongeant qui lui découvre la naissance des orteils. A son côté, un pied musicien bat la cadence, adagio man non troppo. Je fredonne, quand élargissant le champ j’aperçois deux baskets blanches, ponctuées de touches rouges et noires, viriles indéniablement. Ce serait peu remarquable si ne leur faisaient face, deux pas plus loin, presque les mêmes, féminines et toutes noires avec une pointe de blanc et de rouge. Ying et Yang. Est-ce une coquetterie du hasard ? je me plais à penser qu’elle chaussent des pieds amoureux don on dirait, tout attendri, qu’ils ont trouvé chaussures à leurs pieds.

Je cadre serré. Elles sont l’objet central de ma photo sur toile de fond en camaïeu de noirs, bruns et gris et insolentes, explosent d’une belle vitalité.

Saxe Gambetta ! Elles sortent du champ. L’arrière-plan fugitivement flouté réacquièrt sa terne réalité, la photo était mouvante et éphémère.

Jean Macé ! A mes pieds de jouer, qu’ils me guident sans y penser à ma destination.
5

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Grossin.jacques
Grossin.jacques · il y a
un beau voyage à trois pieds six pouces l'art de faire du beau avec si peu.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
J'ai vraiment bien aimé ton histoire!Ceci si tu veux me lire ici en libre: http://short-edition.com/oeuvre/poetik/comme-toi-1 Ton avis m'intéresse, merci ;)Oups, j'ai voté bien entendu, encore bravo!
Image de Renaud Maury
Renaud Maury · il y a
Votre petite nouvelle est surprenante par son approche - Zabelou, qui a raison, parle d'angle - et bien menée, vive, fraîche ! Je vote, bien sûr, d'autant plus que vous êtes de Lyon.
Comme moi.

Image de Corinne Bel
Corinne Bel · il y a
Campagnarde, en fait, à l'est de Lyon, mais lyonnaise au quotidien toutefois, pour le travail. C'est dire si les transports en communs, ça me connait et pour rendre supportable tout cela, je m'évade mentalement (au point quelques fois de rater ma station) et retranscrit plus tard mes petites divagations...
:)

Image de Zabelou
Zabelou · il y a
Beau voyage, et très bel angle.
Je ne botte pas en touche et vote, à l'aise dans mes baskets ;-)