Burlesque

il y a
1 min
67
lectures
7
Finaliste
Jury
Image de 2015

Thème

Image de En haut de l'affiche
Je les entends chuchoter derrière la porte. Je ne distingue pas clairement ce qu’elles disent à cause du vacarme incessant et des allers et venues des effeuilleuses dans les couloirs. Mais je sais bien ce qu’elles pensent. Trop vieille, trop chaste, bonne à recycler, à solder sur les étalages du vide-grenier municipal.
Jalouses ! Je l’ai bien vue me regarder de travers, la petite dernière. Celle qui passe ses soirées à se pavaner dans les coulisses, à chercher les projecteurs pour mieux faire briller ses strass de pacotille.
Quand je suis arrivée dans la capitale, elle n’était même pas née. Je débarquais fraîchement de ma petite province italienne pour être propulsée en pleine lumière, sur les planches affriolantes du cabaret le plus en vue de Paris. Divertissante, exubérante, pendant plusieurs années, j’étais la vedette du show burlesque. Un rôle taillé pour moi sur mesure. Choyée comme un diamant le jour et ôtée comme un dessous la nuit. Je me baignais dans le champagne et me noyais parfois dans des bras avinés. Sur scène, les hommes me déshabillaient du regard, pendant que leurs femmes me jalousaient du coin de l’œil. En coulisse, c’était moi le patron. J’étais le modèle à suivre pour toutes les nouvelles recrues.
Mais depuis quelques temps, je ne sors plus beaucoup. Je reste cloîtrée dans la pénombre, à inhaler cette odeur de renfermé qui me tord les boyaux. Je donnerais n'importe quoi pour sentir à nouveau le parfum du cigare mêlé à celui du vieux parquet ciré. La douceur des bouquets de roses et la brûlure du whisky ambré. Je voudrais entendre les applaudissements bourdonner à mes oreilles. Sentir encore le regard gentleman se poser sur mes courbes alléchantes.
Je rêve où quelqu'un vient d’allumer la lumière ? J'entends des pas résonner dans la pièce. Ils se dirigent vers moi. Des pas lourds, sans doute ceux d’un homme. Il ouvre la porte de mon placard et me toise. Le souffle lointain de l'accordéon s’invite et me nargue. L'homme me décroche du cintre.
« C'est elle, la robe bonne à bazarder ? »

7
7

Un petit mot pour l'auteur ? 8 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Thara
Thara · il y a
Je n'aime pas jeter les fringues, j'aime les donner à ceux qui en on besoin. Et, puis c'est un moyen comme un autre, de leur donner une seconde vie...
+ 1 vote !

Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle histoire agréable! Bravo! Mon vote n0 4! Mes haïku, FROIDEUR et PREMIERS FROIDS, sont en compétition pour le Grand Prix Haïku Hiver 2016! Je vous invite à venir les lire et les soutenir si le cœur vous en dit. Merci!
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/premiers-froids-1
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/froideur

Image de Marie
Marie · il y a
Un très joli texte qui mérite d'être lu. Mon vote.
Image de Ka C.
Ka C. · il y a
Merci Marie
Image de Marie
Marie · il y a
On dirait que je n'ai pas voté. Vérifions toutes les deux.
Image de Ka C.
Ka C. · il y a
Merci Marie, je ne pense pas que ton vote s'affiche :-(
Image de Marie
Marie · il y a
Ah (de satisfaction), il me semble que ça marche !
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Belle chute ! J'ouvre le bal...