4
min

Brume verte

Image de Corinei

Corinei

198 lectures

75

Les collines de Jérusalem se dressaient face au rempart de la cité antique. Catherine retrouvait sous ses pieds la sensation des pavés disjoints, érodés par le temps. A Jérusalem, les émotions ne sont pas les mêmes, pensa-t-elle. Elle entra dans l'impasse où se cachait l’hôtel Impérial, salua Ibrahim sortant la terrasse de son café. Wallid l’attendait, sa clé à la main. Catherine gravit les marches admirant les peintures accrochées.
- Je t'ai donné la chambre douze comme tu le souhaitais, lui dit-il.
- Merci, c'est bon de te revoir
- As-tu fait un bon voyage?,
- Oh tu sais, les compagnies allemandes sont rigoureuses, accueil parfait.
Il lui tendit les clefs.
Catherine monta l'escalier imposant, de sa démarche féline jusqu'au deuxième étage. Elle entra dans la grande salle à manger où les meubles massifs en marqueterie de Damas, comme des dominos entrelacés, laissaient une empreinte nostalgique aux voyageurs. Elle parcourut le long couloir où se disputaient des tableaux multicolores et s'arrêta devant la porte où un chiffre douze en porcelaine bleue se balançait. Catherine ouvrit et traversa la pièce fraîche. Le plafond en ogive rappelait les palais mauresques. Elle ouvrit les grands volets de bois vermoulus le soleil inonda la pièce Quand elle sortit sur le balcon, le brouhaha de la vieille ville la happa. En cette fin de journée, les sons se mélangeaient, s'entrechoquaient. Le muezzin appelait à la prière du haut de son minaret. Les cloches rappelaient aux pèlerins l'heure de la messe.
Selon la tradition orale, des souterrains parcouraient la vieille ville. Certains affirmaient qu'ils étaient là depuis des millénaires, d'autres assuraient que les templiers étaient les maîtres d'œuvres. Les archéologues découvraient des bouts, comme celui de la porte de Damas mis à jour suite à un éboulement, mais aucunes traces écrites. Juste une tradition orale parlant d’une brume verte se dissipant à l’aube naissante. Sous l'hôtel Impérial se cachait un bain rituel et des tunnels éclairés certains soirs par une brume verdâtre diffuse.
Wallid lui avait parlé de ces apparitions. Selon lui, on pouvait traverser tout l'ancien empire ottoman par les souterrains. Le bruit s'estompait en un bruissement fait de mille et un sons.
Elle consulta sa montre. Nadir, son contact l'attendait. Ils s’étaient rencontrés lors d’une soirée organisée par des amis communs en quête de la brume verte se déployant uniquement aux solstices.
Depuis l’enfance, Catherine flânait dans les ruines de la région Occitanie, parsemés de bergeries, de fermes et de châteaux templiers. De la France au nord d’Israël, elle parcourait les lieux solitaires templiers. Elle aimait particulièrement déambuler au village templier de la Couvertoirade en Aveyron.
A chaque visite, elle apercevait le prisme lumineux et cette brume verte diffuse. C’était un questionnement sans fin. La brume verte serait elle la parole perdue le verbum demissum (parole perdue) des maçons médiévaux ? Ou devaient ils reproduire l’équation mathématique de cette couleur Ou traduire la couleur en araméen ?, en hébreu ?, en latin ?. Au solstice de l’hiver dernier, elle avait attaqué le chemin escarpé du château de Montfort construit par le comte de Jocelyn de Courtenay au nord d’Israël. Dès l’aube, les rayons dessinèrent une forme géométrique désignant un point sur un pan de mur, à moitié détruit. Un halo verdâtre s'échappait. Le prisme lumineux disparut lorsque le soleil fut à son zénith.
Elle passa par le souk pour rejoindre la porte de Damas s'enivrant des senteurs des épices mélangées au cuir juste tanné. Le charme de la vieille ville se cachait dans ces ruelles. L'orient frappait dans toute sa splendeur colorée. La mode européenne s'opposait aux couleurs chatoyantes des robes aux arabesques en perle. Elle s'installa sur les gradins en granit entourant le petit marché. Les vendeurs d'électroménagers côtoyaient les vendeurs de fruits et légumes. Catherine pensa à sa vie, à ses choix. Oui, elle sacrifiait une partie de sa vie à cette recherche. Un taxi se gara le long du trottoir, le chauffeur l'appela. Elle se leva et se dirigea vers le véhicule jaune et poussiéreux au milieu des passants. Elle ouvrit la portière, s'assit sur le banquette en cuir jauni par le temps et sentant le tabac blond. La Mercedes démarra et se faufila dans la circulation dense où des vieux tacots rivalisaient avec des modèles du dernier cri.
La voiture entra dans une impasse bordée de palmiers imposants et stoppa devant un palais arabe érodées par le temps. Le patio envahit par les bougainvilliers et les jasmins laissaient échapper un parfum enivrant. Nadir, son contact attendait, assis devant la table de jardin écaillée. Son visage buriné par le soleil exprimait ses tensions intérieures .Depuis quatre ans, Nadir et Catherine se rencontraient dans le jardin de ce palais mauresque. La quête de la brume verte occupait la majeure partie de leurs vies. Un seul rendez vous physique par an au solstice d’hiver. Le reste du temps, ils dialoguaient et ils partageaient leur s avancées sur la brume verte par skype.
Nadir parcourait les dédales de la ville de Jérusalem cherchant le souterrain lui permettant terminer sa quête et découvrir le sens cac. Que cachait cette brume verte ? La quête de l’alchimiste ? Le spiritus Mundi (esprit du monde) ?, le Saint Graal ?, le chakra cœur, l’esprit du cosmos dévoilé ? . Cette quête de la brume verte l’amènerait à la folie, il en était persuadé.
Catherine s'installa dans le fauteuil, face à Nadir. C'est vrai que dans un autre contexte, elle aurait été séduite par son teint basané où deux grands yeux bleus illuminaient son visage. Il ne lui laissa pas le temps de parler. Il agita sous son nez, un morceau de peau chameau tanné et il lui fit signe de le suivre en silence. Ils se faufilèrent dans le dédale des ruelles vers le Saint-Sépulcre, Nadir fit sauter la serrure avec dextérité.
- Dis donc, tu as de l’expérience chuchota Catherine.
- On fait toujours des bêtises à l'adolescence lui répond Nadir. Ils traversèrent la cour carrée dans la pénombre. Le duo parcourut l'église envahie par le silence. Au fond, à droite la crypte la plus ancienne se cachait l'entrée du souterrain.
- A ton avis, il est dans quel état? demanda Catherine.
Tout en marchant de son pas souple et décidé, Nadir lui répondit.
- Écoute, les souterrains mis à jour sont en excellent état.
Ils se laissèrent emporter par cette lumière vivante.
C'était une vieille crypte érodée par le temps. Son autel de pierre, couvert de cire de bougies, attendait le pèlerin en prière. A son fronton étaient gravées trois lettres hébraïques, lettres identiques reproduites sur la carte en peau de chameau. Aleph, mem, tav correspondant au mot vérité. Un grincement lugubre se répercuta dans le lieu saint vide, un escalier poussiéreux apparut, le duo entama sa descente.
Ils furent étonnés de la clarté. Une lumière phosphorescente verte éclairait le couloir. Ils marchaient, silencieux, l’un derrière l’autre. Ils débouchèrent dans une salle circulaire. Face à eux, trois corridors, trois statues de pierres aux yeux émeraudes les scrutaient.
- Là, regarde sur la carte, l'étoile du berger. T'en pense quoi ? demanda Catherine.
- Tu as le même signe ici, répondit Nadir pointant du doigt le couloir de gauche
Ils s'enfoncèrent plus profondément.
La brume se vivifiait autour du monolithe noir enfoui dans les fondations du temple de Salomon. Catherine et Nadir entendirent un bruit bizarre dans cet univers ouaté. C’était comme un métronome battant une mesure. Au fur et à mesure qu’ils s’approchaient la brume verte devenait phosphorescente, puissante. Tel un serpent, elle les entoura. Ils se laissèrent emporter.
Leurs mains plongèrent dans le monolithe noir. Le bruit de métronome laissa place au tempo du cœur. Là, dans le monde ou l’infini est constant, ils découvraient l’esprit de la brume verte, le cosmos.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
75

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Robert Grinadeck
Robert Grinadeck · il y a
Un beau texte pour parler de spiritualité.
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Noels
Noels · il y a
joli voyage initiatique. On voudrait connaître la suite...
·
Image de Corinei
Corinei · il y a
elle arrive
·
Image de Corinei
Corinei · il y a
il y a une suite et elle est écrite
·
Image de Soseki
Soseki · il y a
Un beau texte qui mélange si habilement les connaissances historiques et l'approche mystique .
·
Image de Corinei
Corinei · il y a
merci beaucoup par contre je viens de lire mon commentaire.. A l'avenir, j'éviterais le smarthphone pour répondre
·
Image de Soseki
Soseki · il y a
quel smartphone ? :-))
·
Image de Corinei
Corinei · il y a
j'ai vu mon commentaire avec pleins de fautes frappes donc la prochaine fois, j'attendrais d'être à la maison pour répondre.continuez à nous faire rêver
·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime Sfumato. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander (en précisant bien "avec" ou "sans" critique) et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...
Tous mes vœux pour cette nouvelle année !

·
Image de Angel
Angel · il y a
Un lieu chargé d'histoire, pour base à votre histoire, bravo.
·
Image de Manu
Manu · il y a
Voyage initiatique débouchant (peut être un peu trop brutalement ?) sur un inconnu, ou une transcendance. J'aime beaucoup l'aspect documenté ainsi que le lieu où se déroule votre récit, loin des terres brumeuses souvent évoquées, on est ici en Israël, en plein soleil... Cette recherche archéologique me fait penser à la nouvelle "Le Tertre" (rédigé par Zealia Bishop, mais largement remanié par Lovecraft), dans laquelle se déploie, à partir d'histoires archéologiques véritables, une mythologie imaginaire. Mon vote pour vous !
·
Image de Corinei
Corinei · il y a
la fin était plus explicative helas j'ai du coupé au transfert. Comme c'était ma première, j'ai mélangé le total mot avec le total signe. En tout cas merci de votre avis.
·
Image de Maour
Maour · il y a
Vous avez les voix de mon Petit Poucet qui attend de faire votre connaissance :)
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-veritable-histoire-du-petit-poucet
À bientôt!

·
Image de Irvinrtr
Irvinrtr · il y a
Un beau voyage spirituel, ou étrange, ou les deux et bien plus encore. Bravo. Quelques votes. Bonne compétition.
·