4
min

Brume mortelle

56 lectures

47

Il avait trouvé le film plutôt bidon. En général c'était lui qui choisissait les films qu'ils allaient voir au cinéma du quartier mais Annabelle avait porté son choix sur celui-ci et vu son humeur morose (elle ne faisait que se disputer avec ses parents) il avait abdiqué. Erreur fatale de sa part vu l'ennui qui l'avait assailli dés le premier quart d'heure. Il avait cependant relativisé cet échec en sentant la main d’Annabelle caresser la sienne en une invitation au baiser qu'il s'était empressé de répondre très vite. Elle le rendait fou !
En la voyant s'élancer devant lui en sortant de leur vieux cinéma il n'avait pu s'empêcher d'admirer sa longue chevelure brune et surtout ses belles jambes fuselées juchées sur des talons.
-Mince alors c'est quoi ce brouillard ?
Elle s'était arrêtée net, tournant vers lui ses deux adorables yeux bleus interrogatifs. Elle avait tendance à dramatiser beaucoup de moments de sa vie mais cette fois-ci elle n'exagérait rien car une véritable nappe de brume leur cachait la vue aux alentours. Elle semblait avancer vers eux. Instinctivement il se sentit menacé.
-Recule Anna !
Ça lui était venu spontanément et cela avait stoppé Annabelle.
-Elle est bizarre cette brume...elle paraît si épaisse.
Il se rendit compte que la rue était très silencieuse, aucun bruit de circulation ni éclats de voix. Annabelle se colla contre son épaule. Il chercha des yeux une éventuelle présence. La porte du cinéma s'ouvrit et un couple d'âge moyen en sortit. Les deux avaient leurs yeux rivés sur leurs téléphones respectifs. Il allait leur dire de s'arrêter mais il en fut incapable et bientôt ils avaient tous deux disparus dans la brume. Annabelle lui prit le bras et frissonnant, il était presqu'en train de se dire que c'était stupide d'avoir peur d'une nappe de brouillard lorsque d'un seul coup il entendit des hurlements et vit de ses propres yeux une tête émerger de la brume. La tête qui semblait féminine semblait lutter pour sortir, les yeux révulsés par l'horreur le fixaient et la bouche hurlait sans discontinuer. Il sentit qu’Annabelle le tirait en arrière mais il ne pouvait s'empêcher de regarder cette tête de femme luttant contre il ne savait quoi. A cet instant une sorte de long bras décharné à la peau olivâtre et aux longs ongles agrippa la femme par le cou et il vit le large sillon rouge que l'ongle faisait en s'accrochant au cou, tandis qu’Annabelle l'entraînait plus loin il eut le temps de voir la tête se détacher du cou en un déchirement ponctué de gerbes de sang. Il se mit à courir après qu’Annabelle l'eut giflé.
Elle avait voulu partir vers le centre ville mais maintenant qu'il avait l'esprit un peu plus clair il avait pu constater que la brume s'étendait sur les périphéries de la ville et qu'à son bon sens le seul endroit sécurisé prés d'eux était le cinéma. Elle avait hésité un peu mais en voyant un piéton se faire rattraper au loin par la brume et hurler à plein poumons elle avait fini par le suivre docilement.
Il entrèrent en même temps qu'un employé tentait de fermer toutes les issues. Sans prononcer un seul mot Anna et lui l'aidèrent à fermer toutes les fenêtres et cadenasser toutes les issues. Quand ils eurent terminé ils virent que la brume les entourait entièrement. Annabelle alla s'asseoir sur un des sofas de l'accueil mais lui rejoignit l'employé qui scrutait par la fenêtre.
-Qu'est-ce qui se passe dehors au juste ?
-Aucune idée..mais il faut pas aller là dedans...
-J'ai entendu des cris..
Ils furent interrompus par Annabelle qui éclata en sanglots.
-le brouillard tue tout le monde...voilà ce qui se passe...nous sommes fichus...
Deux autres employés arrivèrent. Ils étaient donc coincés tous les cinq. L'un des deux employés, une jolie rousse nota t'il, essayait de téléphoner de son portable.
-Grrr fichu portable, il n'y a aucune tonalité...vous avez essayé les vôtres ?
Ils échouèrent tous ; Annabelle se leva soudain et se posta devant une des fenêtres.
-Vous entendez ?
Sa voix, effrayée, avait des tonalités très aiguës. Néanmoins ils tendirent l'oreille en silence.
Ça semblait crépiter au dehors. En même temps on sentait que le vieux cinéma était la proie d'une force phénoménale. Il doutait que le bâtiment puisse supporter longtemps un tel traitement.
Il essayait de réfléchir et d'analyser tout cela mais la seule certitude qu'il avait était que s'ils sortaient au dehors ils tomberaient dans la brume et auquel cas ils seraient tous fichus.
La rousse s'alluma ce qu'il pensait être un joint et il fut tenté d'aller s'y réfugier mais l'urgence de la situation l'en empêchait. Il rejoignit Annabelle et essayait de scruter lui aussi au dehors. Soudain il eut le sentiment d'être épié en même temps que tout autour de lui il entendait des grattements.
-Oh mon dieu ça essaye de rentrer !!!
Les épaules d’Annabelle étaient secouées de spasmes et elle s'agrippait à lui en lui enfonçant ses ongles dans les épaules.
Ses ongles !
C'était donc cela qu'il entendait ! La créature dans le brouillard était en colère, elle savait qu'ils étaient hors de portée et elle les voulait tous !
Le bruit du vent, cette pression qu'il ressentait dans les murs et les horribles grattements eurent raison d’Annabelle. Il anticipa le hurlement qu'elle voulait sortir en la giflant sèchement. Il se tourna vers le groupe d'employés et une voix qu'il ne reconnut pas réclama leur intention.
-Est-ce qu'il y a des sous sol ici ?
-Heu oui mais...
-Écoutez moi, ce qu'il y a dehors ne nous laissera pas gentiment à l'abri ; cette tempête sait que nous sommes là...
-Tu dérailles mon pote, comme si un nuage pouvait penser ou réfléchir...
C'était la rousse qui avait pris un air autoritaire mais il vit tout de suite qu'elle était juste morte de peur.
-Tu ne sens pas avec quelle rage cette chose essaie de défoncer les murs ? Alors fais comme tu veux mais moi je ne tiens pas à entendre que ça arrive ; alors on va faire comme si c'était une tornade et qu'on devait tous se mettre à l'abri.
Ils suivirent l'employé qui avait calfeutré les entrées ; d'instinct il savait qu'il était le plus fiable. Il avait pris la main d’Annabelle et nota qu'elle avait maintenant le visage hagard, les yeux dans le vide. Il préférait cela. Ils traversèrent plusieurs couloirs et en plus des grattements ils entendaient maintenant des sortes de coups furieux tambourinant avec rage et frustration. Ils coururent et débouchèrent dans un local.
-On peut encore descendre au dernier niveau mais au passage prenons quelques boissons et vivres y'a des cartons...
-On n'a pas le temps pour ça, ça va rentrer !!!
Des éclats de verres et une série de chocs sourds. Une trappe les conduisit dans un tout petit réduit dont ils condamnèrent la porte avec une étagère qu'ils durent pousser ensemble. Ils se mirent en cercle, assis et attendirent le cœur battant.
Les grattements s'intensifièrent, des hurlements et coups furent poussés tout prés d'eux. Cela dura des heures et chacun n'osa dire un seul mot ; lui seul vit que l'étagère tremblait contre la porte.

Aucun d'entre eux ne sut combien de temps ils étaient restés confinés dans ce sous sol. Ils avaient accueillis le silence avec une sorte de soulagement mais personne n’avait osé bouger, de peur que la chose les attende, tapie dans un coin prête à leur sauter dessus.
Ce fut lui qui prit les devants et les encouragea à sortir. En traversant les couloirs il avait senti la main d’Annabelle lui broyer quasiment la sienne. En regardant les fenêtres il fut soulagé de voir que le ciel était bleu, pas de brouillard ni de vent.
Tout était calme autour d'eux, il n'y avait personne dans les rues. La brume avait elle emporté tout le monde ? Il y avait des survivants, il y en avait forcément ! Ils arpentèrent des heures durant les rues de la ville. Ce fut Annabelle qui la vit la première. Elle hurla.
Au loin, alors que le soleil se couchait, une nappe de brouillard flottait lentement vers eux...

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
47

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de VioletteBaudelaire
VioletteBaudelaire · il y a
Une brume inquiétante mais que j'ai pourtant adoré !
Personnage attachant, une fin du monde que je les aime, une brume qui attire tout l'attention et une fin cruelle tout ça en moins de 5 min, bravo !

·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...

·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Un brume pleine de suspens. Mes voix. Peut-être aimerez vous "L'héroïne", "Tata Marcelle" ou "Le Grandpé".
·
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Joli écrit , vous avez mes voix et mes sincères encouragements !
Si mon royaume embrumé vous intéresse pour continuer votre voyage, c'est par ici... (au cas où vous ne l'auriez pas lu)
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-royaume-dans-la-brume

·
Image de Sabrina Guerreiro
Sabrina Guerreiro · il y a
bonne nouvelle ma chère et tendre pour celle là je n'ai pas le sentiment que je vais y passer "lol"
·
Image de Stéphanie Soban
Stéphanie Soban · il y a
Le suspense nous emporte ! On se méfiera du brouillard à l'avenir.
·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition ; http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Cédric Clavé
Cédric Clavé · il y a
Toutes mes voix également !
Bravo pour ce texte :)

·
Image de Emmanuel Starck
Emmanuel Starck · il y a
Toutes mes voix, très oppressant, j'adore !
·