516 lectures

189

Qualifié

Voix 1

Nous faisons un sacré boucan. Tout le monde nous regarde. Les enfants surtout. Il faut dire qu’ils s’en donnent à cœur joie. Sauter, monter sur les sièges, se bousculer, parler fort, se traîner par terre. C’est grotesque. Dans la rame, pas bondée, juste bien remplie, je scrute les regards, de travers. Paupières qui se lèvent et s’écroulent, souffles fatigués, soupirs exaspérés.
Beaucoup de grimaces semblent dire « quel sorte de père êtes-vous, pour les laisser agir ainsi ? »
Comment leur donner tort ? À leur place, je fulminerais. Je ne me gênerais pas pour partager mon point de vue sur ce comportement inacceptable. Le respect bordel !
Quel père je peux bien être d’ailleurs ? Qu’importe. Je m’en fous bien de ce que pensent les autres. Surtout aujourd’hui. Surtout à ce moment-là. Je regarde mes mômes – vivants. Je les vois rire, chanter à tue-tête. Je les remercierais presque de tout ce chaos.

Voix 2

Putain ! Ce mec et ses gosses m’exaspèrent. Je n'en peux plus de les voir sauter à droite, à gauche. Ils sont deux et foutent un souk d’enfer dans la rame surpeuplée. Les autres voyageurs semblent complètement déboussolés devant ce manque cruel de savoir-vivre et de civisme. Impossible de se concentrer sur un bouquin, impossible de finir une conversation. Les cris couvrent même Led Zeppelin dans mes oreilles – un comble ! Je me demande qui va sortir de ses gonds le premier.

Le père sourit bêtement à sa progéniture, comme s’il avait pondu les septième et huitième merveilles du Monde. Il doit être Miro pour ne pas réagir ou complètement désabusé. C’est peut-être ça le pire.

Voix 1

Le grand échalas avec ses écouteurs sur les oreilles est à deux doigts de me foutre son poing dans la tronche, ça se sent. Je passe de mes mômes à la limite de la décence au jeune à la limite de l’implosion. Qui va craquer le premier ?

Voix 2

Je craque. Je dis enfin tout haut ce que tout le monde pense tout bas depuis le début du voyage. Je prends sur moi pour ne pas hurler, inutile d’en rajouter niveau décibel. Le père est complètement à l’ouest. Il me regarde l’air hagard. Quel con !

Voix 1

Le type n’en peut plus. Il me lance mes quatre vérités, sans peser ses mots. Incapable. Les mômes, de futurs inadaptés. On emmerde tout le monde. Pas besoin de me faire un dessin. Il y aussi quelques grammes de mépris dans sa tirade. Je ne peux même pas lui en vouloir. En temps normal, mes mômes sont calmes. Le respect c’est une valeur phare chez nous.

Voix 2

Toute la rame me toise désormais, presque gênée. Les mômes se sont arrêtés de brailler. Ils se tiennent derrière le père, soudés. Les autres sont bien contents de ne pas l’avoir ramené au final. Le père me sourit comme pour me dire « t’inquiètes vieux, j’aurai fait comme toi dans la même situation ». Par contre, je n'échangerais pour rien au monde ma place contre la sienne.

Voix 1

Je l’ai scié. Sur place. Il me regarde incertain. Quoi dire ? Quoi faire ? C’est pas de sa faute. Il ne pouvait pas savoir. Il retourne s’asseoir avec Led Zeppelin. J’aurais pu lui dire que j’aimais bien. Peut-être même que j’aurai dû lui demander de partager ses écouteurs. Juste pour passer mon chagrin, ne plus entendre celui de mes mômes marteler le sol du métro aérien.

Voix 2

« Ils viennent de perdre leur mère »
J’ai encore du mal à m’en remettre. De cette annonce. La belle claque !
J’aurai presque envie qu’ils fassent encore plus de bruit. Celui de la vie. Pour que je n’entende pas mon cœur se faire la malle au beau milieu de la rame.

PRIX

Image de Automne 19
189

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Chateaubriante
Chateaubriante · il y a
une mise en forme parfaite pour ces voix intérieures qui finissent par un échange verbal, sans appel, qui calme les esprits et les nerfs des voyageurs de cette rame
Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Merci beaucoup.
Nous en sommes tous là, dialogues intérieurs qui n'en finissent pas.

Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Mes 5 voix pour ce récit qui donne un tableau réaliste de situations presque habituelles dans les transports en commun.
Mon "Coup de Chaleur" est en finale du Prix du Court et Noir.. Je vous invite à aller le découvrir pour éventuellement le soutenir. Merci d'avance.

Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Merci beaucoup pour votre soutien sur ce texte qui me tenait à coeur.
Image de JARON
JARON · il y a
Bonsoir Marie, le langage des yeux, un huis clos intérieur la souffrance solitaire d'un père laissant libre court au débordement de vie de ses enfants. Mes voix bien évidemment. Si le temps vous permet de découvrir " mondes parallèles" en finale du court et noir, merci d'avance et belle soirée/ nuit à vous.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/mondes-paralleles-1

Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Merci beaucoup.
Il y a tant de solitudes dans notre monde, nous passons souvent sans les voir, elles ne sont pas toujours visibles d'ailleurs. D'où l'envie d'écrire ce texte.
Belle journée

Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un grand plaisir de lecture que ces échanges muets dans le métro dans lequel seuls les yeux se parlent. Bravo, Marie ! +5
Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Merci beaucoup Jean.
Il y a de moins en moins d'échanges dans le métro mais les regards en disent parfois long.

Image de Zouzou
Zouzou · il y a
on ne peut rarement être dans la tête de l' autre...
en lice, Le cri du feu...

Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Non on ne sait pas ce qui s'y passe. On pourrait juste être un peu plus indulgent parfois.
Image de Corinne Rizzo Danré
Corinne Rizzo Danré · il y a
Marie, j'adore celui-ci
Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Mille Mercis Corinne!
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Idée originale qui ne peut que nous inciter à nous mettre à la place l'autre; bien qu'il y a des fois.....
Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
On ne peut pas toujours...
On peut juste essayer de ne pas juger trop vite. De ne pas juger du tout

Image de Norsk
Norsk · il y a
Ouf ! Quelle claque ! Géniales, ces deux voix intérieures.
Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Merci beaucoup!
On pense tellement de choses les uns des autres...

Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un grand bravo pour cette œuvre originale et pleine de morale à méditer, Marie ! Mes voix !
Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Merci beaucoup Keith. Ça me touche.
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Avec plaisir, Marie !
Image de Alberto Trentinher
Alberto Trentinher · il y a
Réaction bien justifièe, on sait ce qu'on voit/vit, tout le monde a raison.. Pensées bien esquissées et devinées, bravo Bordel.
Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Merci Alberto. On en revient toujours à soi.

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

Vie. Trois lettres. Un mot tout petit pour évoquer quelque chose de grand, d’immense, d’indescriptible souvent. La vie qui défile et se défile aussi. La vie qui tient à un fil. Au-dessus du ...

Du même thème