2
min

BANALITE ET REALITE DE LA PETITE DAME DU MATIN

Image de Valukhova

Valukhova

8 lectures

4

... La petite dame, ce matin, a enfin pu constater que la neige avait fondu et qu'elle pourrait aller chercher son p'tit pain, son p'tit journal, dans son p'tit sac à dos, sans aucun problème. Plus question de risquer de se transformer en patineuse !

... Malgré son âge et ses faiblesses, elle aurait bien pris ses vieux rollers, mais non de non, elle ne savait plus où elle les avait mis. A moins que quelqu'un de mal intentionné et criblé de mauvaises moeurs, ne les ait piqués dans son garage. Arrêt sur image. Les services de sécurité pour personnes âgées n'avaient pas prévu qu'elle puisse encore gérer son garage. Donc, il n'y avait pas d'alarme en cas d'alerte.

La petite dame du matin n'en est pas à la première constatation qu'on lui ait chapardé pas mal de choses.. Jusqu'à son canari, qu'elle avait retrouvé mort dans le jardin. Il est vrai qu'il s'était échappé de sa cage, ce qui lui avait donné la jaunisse. Quelle idée d'avoir un oiseau en cage ! Oui, mais celui-ci était spécial, il n'était pas d'ici ! Et ce larcin-là était signé Félix. Il n'y avait pas besoin de déposer plainte, ni de soumettre le dossier à la Cour de Cassation. Elle règlerait son compte avec Félix dès le lendemain. Mais rien n'y avait fait. Félix, en catimini, à l'aube, faisait un massacre. Que faire, pour changer les instincts félins d'un chat. Fusse-t-il le plus câlin des chats !

Dans sa cour à elle, verdoyante, une horde de pigeons voyageurs partaient chaque matin en direction d'autres lieux où elle aurait bien aimé se rendre pour avoir la paix. Cette paix profonde qui n'existait que pendant une longue méditation où elle s'endormait au bout de dix à douze minutes. C'était toujours ça de gagné. Dormir ! Dormir pour rêver qu'elle était sur un tapis volant ! Drôle de surprise, elle n'avait que survolé les Contes des Mille et Une Nuits, mais en ce moment quelques bribes de ces récits, hantaient ses nuits susceptibles de pouvoir rêver !

Ainsi, chaque matin qu'elle attendait toujours avec la même impatience, lui apportait toujours une surprise, parce que c"était le printemps : les pommiers en fleur, le cerisier surtout, éclatant de toute sa vieille puissance, le champ où se mêle une multitudes de simples, connues des meilleurs botanistes d'antan, l'une des orchidées la gratifiant de sa naissance. Elle se donnait alors un plaisir fou, pour mettre un nom sur chaque fleurette, chaque feuillette. Il y en avait beaucoup. Et, presque toutes, avaient leur utilité royale, qui avait été détrônée par les nouvelles découvertes destinées à guérir les gens de tous leurs maux.

Au bout du conte, il s'était avéré que dans tous les pays de la Terre, ceux qui avaient recours, comme les anciens, à la nature pour se soigner, étaient considérés comme des sorciers inutiles à la société. On brûlait les manuscrits qui renseignaient, fort judicieusement, comment effectuer telle ou telle préparation pour guérir l'Humanité d'une nouvelle menace : la Folie des Grandeurs !

La petite dame du matin, allant chercher son p'tit pain, son p'tit journal, toujours à petits pas, ruminant tout ça, sur le chemin de sa raison, se demandant si, cette année, elle aurait encore des raisins mûrissant lentement sur la grande façade !... C'était fort simple tout ça, d'un bout à l'autre de sa petite vie... qui peu à peu, s'estompait dans le soleil levant de sa région magique, au pied de la Reine !

Encore un matin ou deux, et tout irait bien !...
4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Flore
Flore · il y a
De petits pas en petits pas, elle suit son chemin la petite dame du matin....Bien sympathique.
·
Image de Valukhova
Valukhova · il y a
Tu vois, même en faisant de petits pas, on avance quand même ! Merci Flore de me rendre visite chaque fois ! Bises
·