Avocat

il y a
3 min
30
lectures
25

J'ai pleins de passions : la danse, la cuisine et l'écriture. Je cherche mon style : émotionnel, effréné ? emprunt de psychologie ? peut-être un brin pessimiste ? "Savoir, penser, rêver."  [+]

Image de 2020

Thème

Image de 15-19 ans
Emma marche seule. Il est sûrement minuit passé, mais cela lui est égal. Elle est heureuse qu’il n’y est personne. Personne pour la regarder, personne qui ne détourne la tête à son passage. Non pas qu’Emma soit une femme qu’on remarque. Non, Emma est semblable à un petit soldat de plomb, qu’on regarderait comme tous les autres soldats de plomb. Mais si jamais quelqu’un venait à voir ses bleues sur ses larges mollets et à se poser des questions. Non. Là au moins, elle peut profiter tranquillement de la nature. Même si elle n’en perçoit qu’une faible partie. Respirer. Elle peut marcher au hasard. Elle saura toujours où elle se trouve ; dans le parc. Paf ! Emma vient de percuter un mur. Un mur qui prend un angle arrondi. À la lueur de la pleine lune, elle distingue alors un puit. Elle se penche pour fixer cette tâche circulaire noire, à la silhouette parfaite, imperturbable. C’est drôle comme elle paraît plate, sans relief, sans profondeur, se dit-elle. Son fond intérieur lui est dissimulé, et ça l’intrigue. Son regard se noie à tel point dans l’ouverture du puit, qu’elle ne distingue même plus les nuances de noir du parc. Elle ressent seulement la brise. La brise qui se rafraîchit d’ailleurs, et qui... mais, qui l’aspire !

Emma est éveillée par la fraîcheur du sol humide sur sa joue. Elle prend doucement conscience de ses membres, mais tarde à ouvrir les yeux. Rien ne la presse. C’est comme si quelqu’un avait mis le temps sur pause, elle se sent légère. La fraîcheur du sol soulage ses bleus. Elle se sent sûre d’elle. Elle n’a pas besoin d’ouvrir les yeux. Elle ressent le pouvoir délivrant de l’haut-de-là. Soudain elle s’entend dire « Avocat ! » suivi d’un long écho, avec lequel s’échappe toute sa certitude. Le puit. Elle est au fond. Elle ouvre les paupières, mais elle ne perçoit rien, même pas la lumière du jour. Le puit doit être profond, se dit-elle. L’air est pourtant étrangement bon. Serait-ce encore la nuit ? Que va-t-elle faire ? Attendre ? Attendre, quelle manière horrible de finir. L’idée de n’avoir rien à faire l’effraie. Bronzer sur une plage, c’est appréciable mais se laisser pourrir au fond d’un puit, quel scandale ! Méditer ? Ce n’est pas maintenant qu’elle va devenir philosophe. Chanter ? À quoi bon gaspiller son souffle. Dormir ? Oui, dormir c’est bien.

Emma est réveillée par une lumière. Une minuscule flaque de lumière qui paraît se trouver tout près d’elle.

« Bonjour » lui dit une voie féminine, automatiquement suivi d’un écho de plusieurs secondes.
« Bonjour » [écho] répond Emma.

Pendant quelques instants elles essayent de se distinguer à la lueur des deux petites sources de lumières. Elles cherchent toutes deux les contours d’une silhouette, comme si elles pouvaient percer l’obscurité avec la seule force de leurs yeux. Aucune d’elles n’osent parler en premier. Soudain, à l’instar de deux personnes qui, après s’être respectivement prier de passer en premier, se bousculent dans une synchronisation parfaite, elles se bombardent de questions. Avant de laisser, après un écho interminable, de nouveau place au silence.

« Je suis Anna » dit l’inconnue suivi d’un long et sinistre écho du [a]
« Je suis Emma » [même écho]
« Parlons » [long écho] « pour ne dire que l’essentiel » [écho] répond Anna.
« Je désespère d’ennui » [écho], répond Emma avant de se rendre compte de la banalité de son propos dans cette situation.
« Et bien » [écho] « Dansons maintenant » [écho] répond jovialement sa voisine
Emma en à presque exploser de rire, quelle idée ridicule ! Elle se retient cependant par peur que son rire ne résonne tel un affreux ricanement machiavélique. Elle préfère se concentrer sur la source de lumière qui brille sur son poignet. Cette tâche circulaire blanche, presque éblouissante, à la silhouette parfaite, imperturbable, est entourée d’une ligne courbe en forme de poire.

« Viens » [écho] lui dit Anna en la saisissant par le bras.
« Pourquoi donc ? » [écho]
« Chut ! » [écho] « Dansons pour nous » [écho] « pour nous aimer » [écho] « pour se réconcilier envers nous-même » [écho] « Libérer son cœur » [écho] « Laisser son corps s’exprimer » [écho] « pour ensuite le laisser en paix » [écho] « Ecoutons le silence » [écho]
Emma la suit, même si elle prend cette Anna de plus en plus pour une toquée. Elle l’imagine bien psychologue. Elle serait une psychologue déprimée, car elle n’aurait pas supporter la révélation de la nocivité des mouchoirs en papier pour l’environnement. Ou bien Anna, la vendeuse de confiture de physalis dans la Creuse, militant dans son temps libre pour la prohibition des aspirateurs. Et ça la fait sourire à l’intérieur.

Pendant qu’elles dansent, elles sont rejointes par un point de lumière puis un second.
« Que faites-vous ? » [écho]
« On danse » [écho] dit Emma
« Vous n’explorez point le puit ? » [écho]
« Non » [écho]
Et leurs bruits de pas disparaissent progressivement. Emma et Anna ne bougent pourtant pas de leur coin. Non par manque de fibre aventurière, mais leurs aventures à elle, elles les ont déjà vécues.
Un instant plus tard, qui aurait très bien pu être 10 minutes aussi bien que 3 heures, elles entendent à nouveau les bruits de pas d’un groupe de personnes.

« Impossible de l’explorer sans se perdre » [écho]
« Le puit semble être vraiment immense » [écho]
« Là-d’dans on pourrait t’nir à 7 milliards » [long et sinistre écho des [a]]

Il ne croyait pas si bien dire.

Bientôt les échos deviennent insoutenables. Danser devient impossible sans écraser les orteils de son voisin. La lumière du soleil n’est toujours pas en vue. On ne se connaît toujours pas. Pourtant toutes les langues se côtoient. Joyeux tumulte de milliards de malheureux. Un vacarme planétaire.

Pendant ce temps-là, une centaine de kilomètres plus haut, sous le soleil californien, une poignée de main.
25
25

Un petit mot pour l'auteur ? 13 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Gaelle Ghanem
Gaelle Ghanem · il y a
Bravo Eloise, j'adore votre style! Très beau, vous avez ma voix!
Je vous invite à découvrir mon oeuvre: https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/noir-cest-noir-il-me-reste-lespoir

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
svp votez pour moi
Image de Safae Maali
Safae Maali · il y a
Mes voix ! Vote pour moi stp merci d'avance !
Image de Merve Tuncay
Merve Tuncay · il y a
Super. Tu as toutes mes voix.
Je t'invites à également voter pour moi pour un autre prix :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-politique-noir-plus-fort-que-les-montagnes

Image de Maxence LUYT
Maxence LUYT · il y a
Moi je te met une voix
Image de Maxence LUYT
Maxence LUYT · il y a
Génial 👍🏻
SVP viens voir mon histoire 11-14 ans le sommeil indomptable

Image de M athilde
M athilde · il y a
super!!
Image de Mélusine Legeay
Mélusine Legeay · il y a
Bravo ! J'ai cru entendre la voie d'Anna, tellement le dialogue est fluide !
Bonne continuation, tu a un vrai talent et j'ai été happée dans le puits... Au, pardon, l'histoire ! ;)

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Super histoire !
N'hésite pas à voter aller regarder mon histoire !!

Image de Eloïse Glld
Eloïse Glld · il y a
Merci ;)
Image de Elie Cuendet
Elie Cuendet · il y a
Jolie histoire !!! N'hésite pas à aller voir la mienne !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-catalyseur