Avec des mots simples, ma douceur

il y a
3 min
697
lectures
85
Qualifié

" Je doute de tout, de moi-même le premier. Il est des journées où je me crois sans intelligence, où je me demande ce que je vaux pour avoir fait des rêves si orgueilleux. Je n'ai même pas  [+]

Image de Été 2021
Tu t'affaisses, tu es prête à embrasser la terre. Je suis triste à l'idée de te perdre. J'ai peur de ne pouvoir supporter cette étape. J'ai remarqué que tu cherchais un appui quand tu marchais à mes côtés. Je t'ai offert le bras et heureusement tu ne résistas pas. Cela m'a attristé assurément. Tu es si importante à mes yeux, tu es mes deux yeux. J'aimerais avoir le don de rallonger ta vie.
La chouette s'est posée sur le toit, est-ce un signe ? Le signe de ton départ imminent. Maman, ne t'en vas pas, j'ai énormément besoin de toi, besoin d'entendre ta voix chaque matin. Sans ta présence, je suis perdu. Ce n'est qu'une question de mois.
Oh ! Mon doux cœur, nos instants sont si précieux. Tu es belle, la plus belle des mamans. Je t'aime grandement. Je souffre déjà à l'idée de te perdre. Je voudrais que tu sois éternelle ou tout au moins que nous partions main dans la main dans cet autre monde afin que tu n'aies pas peur, que tu ne sois pas seule dans la traversée de ce long tunnel des ténèbres. Sans toi, je vais perdre l'équilibre, plus rien ne sera tangible. Tu es ma boîte aux secrets. Tu es ma force. Même vieille, tu es jolie. L'horloge du temps n'a rien enlevé de ta beauté. Mon cœur, mon doux cœur qui bat chaque jour. Tes vertiges t'empêchent de planter, de donner la vie. Tu te tiens aux branches, tu n'oses plus t'abaisser. Ne t'inquiète pas, il y aura toujours quelqu'un pour t'aider et tu pourras regarder ton jardin pousser.
Si seulement la vie pouvait ralentir sa course et me laisser savourer davantage ces instants de bonheur. Je tiens toujours ton bras et je ne le lâcherai pas. Tous ces souvenirs partagés, qu'il est bon de se les rappeler, qu'il est bon de les admirer ensemble. J'écoute nos pas dans les cailloux et le soleil nous inonde.
Dans ton autre main, tu tiens précieusement une ancienne boîte de cure-dents transformée en tirelire avec de la monnaie rouge embarrassante. L'église est ouverte rien que pour toi, tu as volontairement choisi l'heure où tu pourras te recueillir en paix en t'asseyant devant le Seigneur. Je te laisse, maman, apprécier ce moment bien à toi, tu dois sûrement taquiner ta mémoire de qualité. Silencieusement, tu te lèves et tires de ta poche un briquet pour allumer le cierge de tes souhaits puis tu t'amuses avec tes doigts malhabiles à glisser les petites pièces dans le tronc de ta statue préférée. Tu jettes un rapide coup d'œil sur les revues, les prières gratuites pour les paroissiens. Tu les as déjà toutes, semble-t-il. Ces prières sont rangées minutieusement dans les livres ou dictionnaires que tu affectionnes.
Tu fatigues énormément maintenant, tu traînes ta peine. Rentrons reposer tes jambes. C'est drôle quand j'étais petit, toutes ces recommandations étaient pour moi. Mais tu insistes pour rester, tu fais toujours des efforts, tu aimes te promener dans le cimetière attenant à l'église, près de papa, une demeure à ciel ouvert que tu entretiens à cœur joie parce qu'ils sont tous là. Pendant que d'autres fuient cet endroit, toi tu le chéris. Tu te sens bien dans ce lieu où l'on dort à jamais.
Je note que je suis en sécurité à tes côtés et je prends goût à ce rituel dominical. Un chat craintif traverse les sépultures. Nos arrêts secs dans les cailloux, devant les tombes de personnes connues, en sont sûrement la cause. Des histoires, tu racontes si bien. Quel trésor es-tu ?
Où est ce foutu bidon de lessive ? Celui qui te sert à arroser les fleurs assoiffées. Derrière une autre tombe, sans nul doute, quelqu'un te l'aura sûrement emprunté. Pourquoi l'eau du robinet ne coule-t-elle pas ? Les gelées sont terminées. Sous la tôle gaufrée, la vanne est cachée, tu en connais le secret.
Ton dernier arrêt est pour le Christ qui domine le cimetière, il est de toute beauté. Tu le regardes longuement et ton visage s'emplit de joie. À cet instant, tu te tournes vers moi avec ton plus beau sourire :
— Mon petit, je vois dans tes yeux que tu crains la mort, tu la refuses, ne crains pas celle-ci, je serai entre de bonnes mains et je vais te dire une chose, qui peut-être va t'aider, dans chaque maison où l'on frappe, elle est passée par là. Mon heure n'est pas encore venue, profitons tous les deux de ce merveilleux privilège qu'est la vie et cesse d'anticiper, tu m'énerves ! dit-elle en agitant mon bras.
Nous explosons de rire dans les cailloux malmenés.
85

Un petit mot pour l'auteur ? 42 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de jusyfa *** Julien
jusyfa *** Julien · il y a
Beaucoup de douceur et d'émotion, un texte qui ne peut laisser indifférent...Touché !
Julien.
Bonjour Françoise, Je vous invite car vous êtes de mes abonnés(es) et je ne suis pas certain que vous ayez eu la notification de ce poème : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/min-pere-mon-pere-1?utm_
Bonne soirée.

Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Merci beaucoup Julien :)
Image de Alain Derenne
Alain Derenne · il y a
Merci de nous permettre de lire un texte aussi beau Françoise.
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Merci à vous Alain :)
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Magnifique texte plein d émotion
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Merci Fleur A. :)
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Une émotion intense qui nous rappelle qu'il y a un au-delà...
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Merci beaucoup Virgo34 :)
Image de gillibert FraG
gillibert FraG · il y a
J'aime ce texte empli d'amour , très émouvant .Ma mère présentait deux ressemblances avec la vôtre : elle aimait tant la vie qu'elle la repoussa aussi longtemps que possible, mais elle ne la craignait nullement. Nous nous aimions. À la fin de sa vie, elle m'appelait "Maman"
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Votre commentaire est très touchant, merci Gillibert :)
Image de Oclah2
Oclah2 · il y a
Un joli texte très touchant
Merci

Image de Françoise Desvigne
Image de Djany Bonnard Parolière
Djany Bonnard Parolière · il y a
un texe rempli de douceur et d'amour.
L'amour d'une mère c'est comme le lierre
même si on le coupe
toujours il repousse.
Mon soutien
je me suis abonnée au passage

Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Belle comparaison, merci beaucoup Djany :-)
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Un hommage bouleversant et une belle leçon de vie. Très beau.
Image de Françoise Desvigne
Image de Thara
Thara · il y a
Une belle histoire d'amour entre un fils et sa mère...
Merci pour ce partage de lecture !

Image de Françoise Desvigne
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Quel joie de vous retrouver, Françoise ! Je me réabonne avec grand plaisir et je vote pour cette histoire très touchante !
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Merci Félix, vous faites parti des inoubliables :-)

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Ça va passer

Céline Lledo

J'ai mal au ventre. Maryvonne m'a dit : « C'est normal, ça va passer. »
Ça me fait penser au jour où j'avais mangé trop de cerises. Ça tire, ça brûle. Avec ma sœur, on avait cueilli... [+]