1
min

Aux portes du désert

Image de Arcubius

Arcubius

499 lectures

262

Qualifié

Loin vers le sud, après la mer émeraude et la terre rouge, derrière ce que les hommes nomment civilisation, une fois passés les peuples de voiles bleus et blancs, s'ouvre le désert.
Là, aux portes du désert, il y a un enfant.
Cet enfant-là ne ressemble à aucun autre. Il n'a pas de race, pas de couleur, pas de religion, pas de langage, pas de famille. Pas d'amour dans le cœur mais pas de haine non plus. Simplement la vie. Il ne sert à rien de lui parler car il ne répondra pas. Mais peut-être, si vous avez de la chance, l'enfant vous sourira. Alors, approchez-vous de lui et regardez dans ses yeux.
Vous y verrez le soleil qui brûle et la lune qui apaise, le chaud du jour et le froid de la nuit. Vous entendrez le cri du chacal dans le chant du sirocco et le murmure de la pierre sous le sable ardent. Vous sentirez dans l'air l'odeur de la course du dromadaire et sur vos lèvres le goût salé de votre sueur et d'un peu de vos larmes. Peut-être même croirez-vous sentir sur votre peau la caresse de l'aube annonçant l'été.
Si vous en avez le courage, rapprochez-vous encore et regardez plus profondément dans les prunelles sans couleur de l'enfant. Vous verrez alors toutes les étoiles de l'univers qui brillent dans la nuit noire et l'horizon infini du monde. Vous entendrez le bruit d'un pas sur le sable et l'écho d'un rire dans les dunes. Vous ressentirez à travers le sol les vibrations de la Terre. Vous humerez l'odeur de la pluie quand elle tombe sur ce monde caché et brûlant. Vous goûterez avec le lézard le goût de la mort sur le bout de votre langue.
Vous découvrirez tout cela et bien d'autres choses encore dans le regard de l'enfant. Et si vous avez le courage de regarder toujours, de regarder au fond de son âme, sans doute y verrez vous la vôtre, et celle du monde.
Alors, l'enfant se tournera et vous fera un signe. Il vous invitera à passer avec lui les portes du désert et à pénétrer dans son royaume. Vous entendrez le désert vous appeler. Si vous y entrez, ne regardez pas en arrière. L'enfant ne sera plus là. Marchez, les yeux sur le sable. Ne faites pas demi-tour, ce que le désert prend, il ne le rend pas toujours.

PRIX

Image de Hiver 2018 - 2019
262

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
Très joli ! mes voix
·
Image de Champolion
Champolion · il y a
Grand moment d'humanité et de poésie.
·
Image de Adé
Adé · il y a
Très beau texte. Très poétique. Bravo
·
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Un conte poétique écrit avec délicatesse, sensibilité et talent.
·
Image de Arcubius
Arcubius · il y a
Merci beaucoup !
·
Image de JACB
JACB · il y a
Tout un symbole cet enfant du désert ! Bonne chance !
·
Image de Arcubius
Arcubius · il y a
Merci !
·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
un beau voyage en perspective, et votre plume est belle ! +5*****
si votre temps vous le permet :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-nuit-des-ombres
Merci.

·
Image de Arcubius
Arcubius · il y a
Merci, et je vais aussi aller lire votre texte !
·
Image de Amicxjo
Amicxjo · il y a
mais c'est le petit prince de saintEX, alors il n'était pas privé de désert ??
·
Image de Sarah Badiss
Sarah Badiss · il y a
La rencontre du Petit Prince et de l'Alchimiste ^^
·
Image de Lili Caudéran
Lili Caudéran · il y a
C'est tout simplement merveilleux et on a bien envie de suivre cet autre petit Prince mystérieux et puis..... Comment résister au désert ?
·
Image de Lea Zazel
Lea Zazel · il y a
très beau texte, à la fois apaisant et enchanteur.
·
Image de Arcubius
Arcubius · il y a
Merci !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Ulallupa était une petite fille qui vivait dans un petit village, dans une grande case en terre, avec son papa Akabanka, sa maman Lilalila, son petit frère Tétéhita et son grand-père Pakalapa. ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

C’est pour toi que je cours aujourd’hui. Je n’avais guère envie de venir mais tu ne me laisses pas le choix. Tu n’es pas là pour me voir, aujourd’hui. Tu rates le départ. ...