Au sein de la ville gangrenée

il y a
3 min
79
lectures
41
Qualifié

Paul Hanska descend de sa célèbre aïeule qui a charmé un auteur criblé de dettes ; il descend aussi du Paris-Bruxelles de 17heures 18. Fils naturel, son père a voulu le chasser mais il est  [+]

Image de 2020
Image de Très très courts
Le coup de tonnerre avait éclaté hier. Une petite boule de graisse que le toubib avait voulu analyser. Un supplément d’honoraires avant les fêtes de fin d’année. Je revivais la scène :
- Vous plaisantez ?
Il m’avait lancé le regard vide de quelqu’un qui faisait tout sauf plaisanter.
J’avais jeté un coup d’œil à la ronde, sur ses tableaux, enfin, les reproductions sur ses murs : Dubuffet, Keith Haring, Jérôme Bosch, Max Ernst : rien que des dérangés. Il est dingue ce toubib. Non, mais, quoi : moi ? Un cancer du sein ? Il a abusé de la moquette le docteur Valineau.
- Vous avez 58 ans. Y a-t-il des antécédents familiaux ? Quelle est votre consommation d’alcool ?
- Mais les tests ?
- Hélas, positifs. Carcinome canalaire infiltrant.

Il m’a fallu 24 heures pour comprendre. Intégrer. Avaler. Digérer. Maintenant, le temps a changé de nature. Les heures ont rétréci. Les jours, les années aussi.
Je revis le film, Cléo de 5 à 7. Elle ne savait pas, elle, elle attendait. Elle tuait le temps. Moi, dorénavant je sais. Si ce crétin ne s’est pas trompé. Je ne peux me résoudre à le croire. J’ai l’impression d’une erreur judiciaire. Non, pas possible, pas moi.
Une chance sur cent mille : avec leurs statistiques ! Et il appelle ça une chance !
Il y a très peu de chances, mais si ça tombe, pas de chance, c’est pour ma pomme. Dire qu’il y a des types qui gagnent l’Euromillion. Des types bien plus souvent que des femmes : le hasard choisirait-il le sexe des bénéficiaires de ses gros lots?
J’ai lu que la psychologie joue un rôle important. Il suffit de ne pas y croire pour être épargné, surmonter la bestiole. Les magazines débordent de conseils sur les manières d’organiser sa succession. Une excellente solution, à condition de rester en vie pendant trois ans. Ce conseil résonne différemment dans ma tête. Le temps va me tuer à l’accéléré. Mais non, je n’y crois pas. Je n’ose toujours pas en parler à ma fille. Elle va paniquer. Pour elle autant que pour moi. Paraît que c’est lié à l’hérédité. Pourtant il n’y a pas eu de cas dans la famille à ma connaissance. Merde, je vais perdre mes cheveux. L’avenir a subitement raccourci. En tous cas je ne porterai pas de perruque. Des marqueurs tumoraux : vraiment infaillibles ? Je crois que je l’intéresse davantage depuis qu’il m’a trouvé ce cancer du sein, ce toubib. Un cas intéressant, dont il va pouvoir parler. Il a pris des photos de mon mamelon gauche, il va m’exposer à l’un ou l’autre congrès, à Acapulco ou à Marrakech, entre deux cocktails.
Il en annonce combien par jour, des cas de cancer ?
- Bonjour, j’ai bien reçu vos analyses, j’ai le regret de vous dire... Au moins, vous n’êtes pas hypocondriaque, ha ha ha . Et spécialement pour vous, un tas de brochures que voici, il ne vous reste qu’à les lire. Ne tardez pas. Vous verrez, on y trouve une mine d’informations très utiles.

Et il y a des patients qui disent encore merci ! Fallait le voir ce docte docteur, la bouche tirée comme pour faire la grimace la plus large possible. Je m’attendais à ce qu'il file à toute vitesse vers les toilettes. On aurait dit un agent immobilier qui confesse après coup qu’il y a la mérule ET les termites dans la maison qu’il vient de vous vendre. J’ai envie de connaître mes futurs petits-enfants. Ma grand-mère voulait vivre longtemps pour voir le premier homme sur la lune.
Un pressant besoin de marcher, de traverser la ville, de la redécouvrir. J’ai traversé les jardins de l’abbaye de la Cambre et sa magnifique cour d’honneur. J’ai poursuivi le long des étangs par l’avenue des Klauwaerts. Quelles belles maisons à Bruxelles. J’avais tout à coup la volonté de profiter de cette ville si belle, dans un étrange sentiment d’urgence. Cléo a redécouvert Paris, de 5 à 7. Je marche le nez en l’air. Les maisons Delune. Une rocaille avec une fausse ruine d’un temple grec. Le tonneau, immeuble rose à appartements de Polak et Jean-Florian Collin, architecte moderniste qui avait des soucis esthétiques avant qu’il ne se mette à pourrir la ville de ses cages à lapins Etrimo. L’avenue du général de Gaulle et les maisons de Blérot. Des hôtels particuliers, qu’on appelle ici maisons « de maître », comme des toiles de maître ; les façades sont accrochées aux cimaises du ciel, fières évidences de la réussite sociale et du bon goût des propriétaires. L’ancien bâtiment de la radio de l’architecte Diongre, paquebot prêt à lever l’ancre. J’ai poursuivi par la rue des Champs Élysée, ses jardins secrets, puis Matonge , le village africain, ses odeurs de racines de yam, de bananes plantain, de poisson séché. Les boubous et les wax, les perruques et les parfums de karité qui beurrent les cheveux défrisés. Plus je me rapprochais de ma belle maison de la rue de Naples, plus surgissaient dans l’exposition de belles façades les métastases de la bruxellisation : immeubles horribles de béton peint, allèges « décoratives » en plaques de fibrociment, garde-corps métalliques, baies sans rythme, vision architecturale grotesque de la modernité. Cette maladie de la ville va-t-elle triompher ? Aucun espoir de rémission ? Dernier épithéliome malin, la tour la plus haute de la ville enkystée le long du canal, UP Site, qui pointe un gigantesque doigt d’honneur de 140 mètres que le pire architecte des années soixante n’aurait pas osé signer. Carcinome géant infiltrant la zone du canal. Plus moche que ça tumeur.
J’ai l’impression de marcher en crabe.
Chez moi, je me suis enfin résolu à l’annoncer à ma fille.
- Mais papa, c’est impossible ! Les hommes n’attrapent pas ça.
- Une chance sur cent mille ma chérie. Tu as un papa extrêmement rare.
- Et maman va attraper un cancer de la prostate sans doute ? Cesse tes mauvaises plaisanteries : on ne rit pas avec ce genre de sujets.
41

Un petit mot pour l'auteur ? 10 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Danielle Debouverie
Danielle Debouverie · il y a
bien enlevé avec la note d'humour noir ...
Image de Brandon Ngniaouo
Brandon Ngniaouo · il y a
Un texte magnifique nous plongeant dans le psychique de cette dame. Quelle mauvaise chance cette maladie. Mes 4 voix.
Une invitation à venir découvrir le combat acharné de Marthe dans sa lutte contre son cancer du sein, et peut-être le soutenir.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lintrepide-marthe

Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle plume pour cette histoire émouvante et empreinte d;humour ! Une invitation à venir soutenir Katherine la Combattante dans sa lutte courageuse et acharnée contre l’épouvantable maladie du cancer du sein. Mes remerciements d’avance !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/katherine-la-combattante

Image de Julien1965
Julien1965 · il y a
Eh bien j’apprends qu’il existe le cancer du sein pour les hommes. Mais surtout un parcours douloureux et bien écrit.
Image de JD Valentine
JD Valentine · il y a
Beaucoup d'humour dans ce texte!!! J''adhère.
Image de Adrien Neves
Adrien Neves · il y a
Le choix du personnage, sa situation, superbe choix de décalage ! une narration caustique avec un beau portrait de Bruxelles à la clé.
Image de Gerda Standaert
Gerda Standaert · il y a
Top ! J’adore
Image de Willy Boder
Willy Boder · il y a
En effet, l'architecture masculine n'est pas insensible au cancer du sein. Félicitations d'en avoir parlé.
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Et oui, rare mais effectif, un texte bien écrit pour dire le coup de tonnerre, une chute mêlée d'humour, j'aime !
Image de Paul Jomon
Paul Jomon · il y a
Texte riche et dense. La chute, bien entendu, est ce qui fait force. Le cancer du sein masculin se devait d'être représenté. Il l'est de belle manière.