3
min

Au-delà des brumes...

Image de Louca

Louca

87 lectures

96

Cela faisait maintenant dix lunes qu’il errait sur l’océan coléreux dont les crêtes écumeuses le tenaient écarté de tout rivage salvateur,

Dix lunes que le sextant s’affolait entre méridiens et parallèles qui se brouillaient dans les vagues rugissantes,

Dix lunes que ses mains s’écorchaient sur les cordages humides et poisseux de sel, que son dos se voûtait sous la morsure des rafales de vent. Le mât de son bateau avait la danse de Saint Guy, jaillissant vers les nuées lugubres chargées d’orage, replongeant dans l’abîme des flots obscurs, tanguant de gauche à droite comme un métronome devenu fou.

Dix lunes à scruter l’horizon fuyant, le ciel zébré de fulgurances, et cette immensité mouvante et glauque dont il était prisonnier.
Ses yeux clairs s’étaient étrangement délavés de tempête en tempête et son front s’était buriné dans le sillon des vagues.

Au bout de ces dix lunes, après une nuit divagante de ténèbres menaçantes, l’océan, comme par magie, se métamorphosa en une nappe liquide et immobile d’un profond vert émeraude. Des écharpes vaporeuses de brume argentée caressaient les flancs du bateau, trouées ici et là de brefs éclats de lumière qui venaient se briser contre la transparence de son regard.
Il discerna à travers cette brume flottante les rivages d’une île boisée aux plages de sable clair.
Doucement, glissant sur les ailes du silence, il dirigea son bateau à la rame vers ce havre tant attendu.

Le rideau de brume se dissipait lentement...

Il jeta l’ancre dans l’eau translucide du lagon.

Des mouettes blanches tournoyaient dans le ciel redevenu limpide. Une d’elles se posa sur le gouvernail :

« Tu as fait un long voyage. Sois le bienvenu à Brumaland. Cette île n’est répertoriée sur aucune carte, elle se trouve, au-delà des parallèles, au-delà des méridiens, dans une contrée encore inexplorée des hommes, trop occupés à mesurer et à mètrer, à calculer et à raisonner,. Je m’appelle Bruma et j’y habite avec mes quatre soeurs, Rêveuse, Utopia, Mystèria et Evanescence ».

Ca y est, il en était sûr, il hallucinait ! Usé de fatigue et d’efforts, émacié par les privations, rongé de solitude, de nuit et de sel, son raisonnement s’égarait, il avait des visions, il entendait des voix....Il ferma les yeux, c’était sans doute la fin...ou le début d’un délire qui le ménerait à la folie...

Quand il rouvrit les paupières, cinq jeunes femmes l’entouraient. Bruma semblait l’aînée, son front était ceint d’une couronne de petits nuages vaporeux qui lui donnait un air de reine. Rêveuse était drapée dans une longue tunique diaphane couleur du temps et il remarqua le gris changeant de ses yeux clairs. Utopia portait un collier de perles de pluie qui scintillaient à chaque mouvement, Mystèria avait enroulé ses épaules dans une nébuleuse écharpe de lambeaux de brume qui flottait comme un voile de mariée.
Quant à Evanescence, la plus jeune, la plus vive, elle courait comme un feu follet sur le pont du bateau, disparaissant derrière un cordage pour réapparaître, lumineuse, en haut du mât de misaine.

Sur le pont, elles avaient disposé de grands paniers tressés débordant de fruits et de fleurs, un pichet de vin clair, des gâteaux de miel...

Puis elles s’assirent en rond autour de lui et prirent leurs instruments de musique. Bruma pinçait les cordes d’une harpe dorée, Rêveuse égrenait des notes cristallines sur sa flûte traversière qui s’en allaient danser dans la brise marine, Utopia et Mystèria faisaient courir leur archet sur des violons en bois de citronnier, Evanescence soufflait dans une conque nacrée dont l’écho répondait au soupir régulier de l’océan.

Il mangea les fruits et les gâteaux de miel.
Il but le pichet de vin clair.
Il respira le parfum entêtant des lys et des hibiscus.
Il fit l’amour avec Evanescence, la plus légère, la plus aérienne, la plus gaie, lorsque celle-ci, après sa joyeuse course dans les gréments, finit par se lover contre sa poitrine, les joues rouges de plaisir et de vent.

Brumaland était un pays de cocagne, d’harmonie et de paix, bien loin de l’agitation fébrile et guerrière des humains, de leurs peurs et de leurs tourments, de leurs calculs et de leurs ambitions.
Il avait repris des forces, ses yeux brillaient d’un éclat retrouvé, ses mains crevassées étaient redevenues douces et caressantes.

Par une nuit étoilée aussi belle et brillante que dans le désert, Bruma et ses soeurs vinrent le trouver au bord du rivage. L’aînée prit la parole :

« Te voilà rétabli. Nous ne pouvons plus te garder. Brumaland ne peut être qu’une escale pour toi. Ta présence prolongée deviendrait un poison mortel pour nous, un fiel venimeux qui peu à peu nous détruirait. Nous ne sommes que les filles du vent, du ciel, des nuages, des rêves et de la brume. Nous ne pouvons faire alliance avec toi plus longtemps ».

Il remarqua que les nuages de sa couronne étaient devenus plus sombres.
Le regard de Rêveuse qu’il aimait tant pour ses reflets changeants avait pris une teinte d’orage.
Les longs cils d’Utopia se perlèrent de larmes, Mystèria frissona et se drapa davantage dans son écharpe de brume.

Ses yeux cherchèrent Evanescence, son joli feu follet, sa petite fée clochette....Elle avait disparu.

Il dut suivre son destin d’homme. De nouveau, il traversa les bancs de brume, au rythme cadencé de sa rame qui brisait l’épaisseur ouatée du silence.

Il crut apercevoir cinq mouettes planant dans le ciel en larges cercles avant qu’elles ne s’évanouissent derrière les nuages.

L’océan l’attendait.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
96

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Louca
Louca · il y a
Merci pour votre mail dont je partage la teneur. En effet, je suis parfois déçue par des textes arrivant en finale, mais qui ont su "récolter" un nombre impressionnant de votes internautes... D'autres textes bien sûr méritent amplement cette sélection par leur originalité et leur qualité d'écriture.
Votre initiative est donc tout à fait intéressante. Hélas, je n'ai pas le temps actuellement de me consacrer beaucoup de temps à repérer les pépites oubliées.
Il est vrai que de mon côté je n'ai pas de carnet d'adresses, ni même mon mari ni mes enfants ne votent pour moi, aucun soutien familial ou amical...je ne suis pas à la recherche de votes et je participe pour l'unique plaisir d'écrire et d'affronter à chaque fois un nouveau challenge; bien sûr, je ne vous cacherai pas que les commentaires positifs me vont droit au coeur et j'en remercie les internautes qui ont pris le temps de me lire.
Comme vous le dites, Shortedition a le mérite d'exister et ainsi de stimuler notre plume, c'est déjà beaucoup.
A bientôt peut-être !

·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Louca
Louca · il y a
Merci. Je m'empresse d'aller découvrir votre texte...
·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition avec une brume brumeuse ... :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Louca
Louca · il y a
Merci pour votre commentaire. Je suis malheureusement préoccupée par de gros soucis par ailleurs pour le moment pour avoir le temps de vagabonder sur les autres textes, mais promis, dès que j'en aurai la possibilité, j'irai vous "rendre visite". Merci pour vos voeux, belle et heureuse année pour vous aussi !
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...
Tous mes vœux pour cette nouvelle année !

·
Image de Béatrice Gloda
Béatrice Gloda · il y a
Oui j'ai bien aimé
·
Image de Louca
Louca · il y a
Merci Béatrice, heureuse que cela vous ait plu...
·
Image de Jean-Pierre Bourneuf
Jean-Pierre Bourneuf · il y a
Beau moment de poésie
·
Image de Louca
Louca · il y a
Merci Jean-Pierre
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
En général, le chant des sirènes est un traquenard pour le marin, mais cette fois, les sirènes lui ont porté secours. Bravo, Louca,pour ce texte plein de charme et fort poétique. Vous avez mes cinq votes.
La mer est un danger constant avec ses brumes et ses tempêtes comme dans mon sonnet Mumba : http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba Bonne journée et bon jour de l'an !

·
Image de Louca
Louca · il y a
Merci, Jean, pour votre soutien. Bonne année à vous aussi et bonne chance pour Mumba !
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bonjour Louca ! Vous avez soutenu mon sonnet Mumba et je vous en remercie. Il est désormais en finale. Le soutiendrez-vous de nouveau ? https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba Bonne journée à vous !
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Merci à vous Louca !
·
Image de Serge
Serge · il y a
Superbe, une magnifique économie de mots pour un maximum de rêve ...
·
Image de Louca
Louca · il y a
Mille fois merci, Serge, pour votre très gentil commentaire auquel je suis très sensible.
·