2
min

Arrête

Image de Sylphide

Sylphide

63 lectures

7

La porte claqua. Jérôme venait de rentrer un peu aviné. Il laissa négligemment tomber ses clefs par terre, éteignit la télévision et enleva son t-shirt. C'était son rituel du soir, l'une des rares choses qui le détendaient. Il repoussait les volutes de fumée par petites bouffées. Le ciel prenait une consistance vaporeuse. La rambarde jaunie du balcon s'effritait. Quand il était nerveux, Jérôme grattait quelques bouts de peinture et les jetait dans le vide comme des bouteilles en pleine mer. Malgré le poids de l'alcool, il se sentait dans de bonnes dispositions. Il rejoignit Jade dans leur lit après avoir écrasé son mégot sur la barrière. Sa copine faisait remuer les draps avec ses jambes en somnolant. On ne voyait que sa tête qui trônait sur l'oreiller avec ses cheveux dispersés comme des confettis. Elle semblait paisible dans la semi pénombre de la chambre. Aucun bruit, nul friselis de vieux bois ou dérangements sonores ne venaient troubler le silence sacré de cette pièce. Jade reposait en paix autour des livres et des peluches. Jérôme empoigna son oreiller et il plongea sa tête dedans. Son corps suait l'alcool et le tabac. Il venait de retirer son pantalon et son boxer, la tête toujours enfoncée dans l'oreiller. Rien ne troublait ses mouvement simiesques. La bière le tenait fermement éveillé et en bonne forme. Jade se réveilla rapidement quand il se mit à remuer derrière elle. Durant cet instant, il ressemblait à un sanglier nourrit aux amphétamines. Il traînait son groin de bête en rut partout sur le corps de son amie et finit par saisir un sein comme son oreiller. Il joua avec durant de douloureuses secondes. Jade ouvrit ses grands yeux verts dans un élan précieux et lui mordit la main. Elle poussa quelques paroles inaudibles et rabattit la couverture sur elle. Jérôme ne l'entendit pas de cette oreille. Il la couvrait de baisers en répandant des cendres sur son dos nu. L'alcool le rendait fou. Il passa deux mains pleines d'envie sur ses fesses et continua en frottant son sexe, tout contre elle. Jade se taisait. Elle contenait on ne sait quelle force dans ses petites mains. Il continuait ses avances en redoublant d'efforts. Les draps s'imprégnèrent des relents d'alcool. L'atmosphère était souillée et avait un quelque chose de terriblement malsain. Les livres prenaient d'autres couleurs et les peluches étaient tombées par terre. Jade voulut les rattraper, mais elle se fit retenir par Jérôme qui se mit à lui lécher les cuisses. Ses coups de langue étaient maladroits comme ceux d'un fauve. Ils sentaient les envies névrosées. Parfois, il lui griffait les hanches dans des mouvements alcoolisés et Jade poussait des petits cris qu'il comprenait comme des gémissements de plaisir. Jérôme était ignorant. Ses gestes étaient aussi spontanés que respectueux. Ils n'inspiraient pas les folies amoureuses que Jade lisait dans ses romans. Finalement, lassée par cette mascarade de domination ratée, Jade se retourna. Elle le regarda nerveusement et empoigna son chibre. Il sourit comme un enfant et elle tira de toute ses forces. Son sexe vola à travers la chambre.

«  - Arrête, dit-elle avec beaucoup de retenue. »

7

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Emma
Emma · il y a
Une écriture très fine et imagée. On y est sous ces draps. Dégoûtés comme elle. Il est tellement pathétique ce Jérôme, et pourtant à claquer... ou plus !
Tu rends vraiment bien cette atmosphère.

·
Image de Sylphide
Sylphide · il y a
Merci beaucoup, Emma, pour avoir pris le temps de m'écrire deux petits mots.
·
Image de Emma
Emma · il y a
C'est l'intérêt de ce lieu ! Pas seulement aimer ou voter, mais aussi donner son ressenti et recevoir ceux des autres lecteurs...
·
Image de Prijgany
Prijgany · il y a
Tu aimes bien les perroquets quand il font des bulles, et moi j'aime bien les bulles quand je joue à la avaler. Sauf qu'après si tu me fais un bizou, ça sentira à mort la lessive ; sauf si tu as mis d'autres ingrédients dans le liquide... à toi de voir... eucalyptus, amandes douces, cacahuètes, je veux dire peanuts, ou alors écorce d'orange... à toi de voir...
·
Image de Mirage
Mirage · il y a
Un très bon rythme et des descriptions incroyables! mon vote bien sûr :) En hommage aux victimes de vendredi soir : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/paris-13-novembre-2015
Bonne continuation

·
Image de Bef
Bef · il y a
J'étais avec elle, dégoûté et révolté. Bravo pour le rythme qui nous transporte avec les personnages et qui nous fait ressentir ce qu'elle ressent. Entre violence et retenue, triste équilibre qu'elle doit choisir. Merci pour ce moment de lecture.
·
Image de Sylphide
Sylphide · il y a
Merci à toi d'avoir pris le temps de me lire. J'espère ne pas avoir abîmé tes rétines.
·
Image de Nadou
Nadou · il y a
Je dis Bien joué pour la chute ! Parole de femme ! Non mais il n'à qu'à bien se tenir non mais ! Hi hi ! Mon vote vraiment ! Un grand !
Si tu as un instant je te laisse découvrir un poème en lice pour la compèt automne ! (Fin des sélections demain) Par ici ....>
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/silence-17

·
Image de Sylphide
Sylphide · il y a
Merci, c'est très gentil à toi. ^_^
Je vais aller lire ce poème.

·
Image de Nadou
Nadou · il y a
Ha et bien c'est normal :) quand c'est bon c'est pas autrement !
Merci à toi ! À bientôt sous d'autres textes !

·
Image de Cristobal
Cristobal · il y a
Tu as une très belle écriture. J'ai beaucoup aimé cette phrase: Son corps suait l'alcool et le tabac. Tu as le sens du rythme, les enchaînements sont précis, l'écriture est juste. Le récit sent la sueur on s'y croirait. Bravo mon vote.
·
Image de Sylphide
Sylphide · il y a
Cela me fait d'autant plus plaisir, sachant que ce sont des mains agiles qui ont écrit ce commentaire. Merci beaucoup !
·
Image de Cristobal
Cristobal · il y a
Tu n'as rien à m'envier , tu as aussi de belles menottes. Moi je suis fan.
·