Armistice

il y a
1 min
198
lectures
9
Qualifié

J’écris le soir. Quand mes enfants, mon mari ne savent plus qui je suis. J’écris quand mon ciel se déchire. Quand les mots se sont imposés toute la journée, m’ordonnant de répandre leu  [+]

Le soleil a bu la tasse.

Quand il pleut au printemps toutes les promesses d’été prennent l’eau. On ne croit pas que le soleil puisse revenir un jour. Toute cette flotte a dû l’éteindre ou au mieux il mettra des jours à sécher. Tout est trop vert, trop gris, trop lourd.

C’est un jour à se demander ce qu’on pourrait faire et ne rien faire. C’est un jour en chocolat, un jour à faire des enfants, à s’engueuler, à prendre un bain chaud, à allumer le feu et à le regretter aussitôt, à regarder la télé sans le son, à se parler sans s’écouter. Ne rien attendre et espérer tout. Espérer qu’il pleuve encore plus pour assécher le ciel une bonne fois pour toute.
Un jour de trêve, un jour d’armistice.
En gris.

9

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Burn out

Valérie Girault

Hier matin, j’avais rendez-vous à l’hôpital pour passer un EEG (électroencéphalogramme), je précise parce que l’écart est mince avec l’ECG. Mais mon cœur va bien, lui.
À 8h02... [+]