1
min

Alors je suis reparti

Image de Ramougn

Ramougn

2 lectures

0

Alors je suis reparti. Je n’en pouvais plus. J’étouffais. Ils me bassinaient tous avec leur petit esprit étroit. Quand j’avais annoncé, une fois finie ma formation au lycée agricole de Dignes, que je partais pour un voyage autour du monde, tous avec un sourire crispé, la main sur le cœur, la bouche en cul de poule avaient susurré :
- « Tu as bien raison, les voyages forment la jeunesse ».

Et puis vite, le bal des langues de vipères ont commencé à distiller leur venin :
- « Tu sais partir, c’est mourir un peu »
- « Qui va s’occuper de tes parents ? Ils ne sont pas tout jeunes »
et puis, plus direct :
- « Espèce de salaud, tu quittes le navire, tu nous abandonnes, tu désertes, tu nous laisses la ferme à gérer, alors que c’est toi qui va en hériter. »

Alors je suis parti sur Québec. Air, Nord Way et Pan American.
« J’ai fait le Maroc, j’ai fait la Patagonie, j’ai fait le Mexique. »
«  J’ai fait le con aussi ! J’ai même fait de la taule. »

J’ai reçu un courrier de mes vieux :
- J’étais devenu la honte de la famille ! Pas la peine de remettre les pieds au pays.
- De toutes façons, je n’étais pas un paysan puisque je n’aimais pas la terre, que je ne l’avais pas emportée collée à la semelle de mes chaussures.
- S’ils le pouvaient, il me déshériterait.

Puis un deuxième courrier, bien plus tard d’un cousin :
- Ma mère était morte.
- Mon père se faisait vieux.
- Il voulait me revoir, enfin, sans doute !
J’ai eu peur de devenir un éternel déraciné, besoin de revenir au pays, sur la terre de mes ancêtres.
J’ai envoyé, sans y croire une lettre :
« Je passerais le lundi 15 mars en train devant St Julien. Si vous acceptez de me voir, de me revoir, accrochez une serviette blanche au balcon de la maison. Sinon, adieu à jamais.»

Dans le train d’Hendaye à Paris, mon cœur battait à tout rompre.

En passant au large de St Julien, mon village, à toutes les fenêtres de la maison natale, flottaient mollement au vent des draps blancs.

Un éclair fuse. « Je suis piégé ! Je suis foutu »

Alors, je n’ai pas quitté le train. J’ai continué mon trajet jusqu’à Paris.
Alors je suis reparti sur Québec Air Nord Way et Pan American.
Je ne sais plus où je suis rendu.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,