4
min

AKSHAYA

Image de lola38

lola38

33 lectures

48

La journée est particulièrement pesante.
Dans le village, hommes et animaux souffrent du trop de chaleur.
Les premiers restent confinés dans la semi-obscurité de leurs maisons en terre crue à l'abri de l'implacable soleil, limitent leurs déplacements et jusqu'à leurs gestes, attendant résignés, la nuit qui leur apportera peut-être un soupçon d'air plus frais.
Les seconds se couchent sur le sol d'herbes sèches, sur la moindre flaque d'ombre, halètent et somnolent.
Et sur tout le village, comme une chape, le silence...

Dans le palais du ''grand souverain'', devant toutes les ouvertures, on a tiré des toiles blanches en coton censées faire écran à la chaleur. Depuis l'aube, c'est l'effervescence. Demain sera un grand jour. La princesse Akshaya fille aînée du grand souverain va se fiancer au prince Jairaj, fils aîné du gouverneur du royaume voisin. Elle vient de fêter ses seize ans, lui n'est guère plus âgé. Leurs pères les ont promis l'un à l'autre depuis leurs naissances.
Les jardins ont été ratissés, plantés, les arbres taillés. Les multiples bassins nettoyés reflètent dans leurs eaux turquoises les dentelles de pierre du palais.
Les salles de réception sont prêtes.
Les provisions en abondance déchargées dans les cuisines..

Akshaya, elle, est restée toute la journée dans son petit appartement.

Elle a lutté toute la journée, mais en cette fin d'après-midi, son cœur comprimé par tant de chagrin se laisse soudain aller au désespoir. Elle ne peut retenir ses larmes. Les fiançailles sont une première étape : dans quelques mois, elle va devoir, après son mariage, abandonner cette oasis qu'elle chérit, ce palais et ses jardins bénis. Laisser ses parents, surtout sa mère et sa douceur sans limites, laisser son enfance.
Quitter aussi le petit prince né au palais il y a 4 mois à peine : elle s'y est tellement attachée... Tous les jours elle lui rend visite, le prend dans ses bras, le cageole, le berce tendrement, lui sussure des mots d'amour à l'oreille. Il s'endort contre elle et sa chaleur de bébé inonde ses bras.
Akshaya est très en colère.
Elle a eu beau pleurer, le supplier, son père n'a rien voulu entendre : elle épousera Jairaj, une promesse est une promesse !

Elle ne l'aime pas Jairaj.
Jairaj ''Roi de la Victoire''. Déjà la suffisance du prénom la hérisse !
Elle ne l'a vu que deux fois, mais sa superbe l'insupporte. Elle le trouve laid, antipathique dans ses moindres gestes. Il la regarde comme il regarderait sa plus belle jument de race, fier de sa naissance et de sa beauté. Ah il ne le sait pas encore, mais elle ne va pas se laisser faire. Il n'est pas prêt de l'avoir pour femme le Roi de la Victoire !
Elle, elle rêve d'une grande histoire d'amour comme les racontent les musiciens, poètes ou autres artistes itinérants reçus au palais. Elle n'a que seize ans. Encore dans ses rêves d'enfant et cependant prête à assumer sa vie.
On ne lui imposera rien... Rien. Rien. RIEN !!
Elle a reçu pour prénom Akshaya ce qui signifie ''Indestructible''. C'est justement le moment de montrer à tous qu'elle le mérite bien ce prénom. Personne ne touchera à son intégrité sans son propre consentement...
Dans la fraîcheur de sa chambre, allongée sur son lit, Akshaya ressasse sa rancoeur.
Elle revoit ses moments de complicité avec le petit prince. Hier elle a passé plusieurs heures à ses côtés, l'a câliné comme à l'accoutumée, a joué avec lui, lui a raconté son désespoir de devoir le quitter bientôt. Il l'a fixée de son regard profond comme s'il intégrait totalement ses paroles. Puis il a saisi le lobe de son oreille pour le sucoter, ce qui a déclenché son rire et a apaisé momentanément son chagrin.
Ses pensées virevoltent, sa colère va crescendo. Voilà des heures qu'elle n'a pas bougé, elle a juste laissé le flot de son ressentiment occuper tout l'espace.
Elle ne s'est pas rendu compte que le crépuscule puis la nuit étaient tombés.
Des lueurs dansent sur les murs.
Elle se lève et soulève délicatement le voile de coton qui en journée fait écran au soleil et à la chaleur : les serviteurs ont déjà allumé les flambeaux qui vont se consumer une partie de la nuit, donnant au palais cette atmosphère mystérieuse qu'elle aime tant.
Des odeurs de nourriture arrivent jusqu'à sa fenêtre. On doit préparer le festin de demain. Elle imagine les serviteurs s'affairant, les victuailles préparées dans l'agitation, les montagnes de gâteaux au miel, les chèvres que l'on a sacrifiées et qui rôtiront dès que le soleil sera levé.

Elle se recouche.
La petite servante qu'on lui a attribué entre discrètement dans la chambre afin de l'aider à se préparer pour le repas. De nombreux invités sont déjà là, souvent arrivés de loin, venus la veille pour la grande fête.
Akshaya lui rétorque que ce soir elle n'ira pas prendre sa place à table. Elle n'a pas faim.
Elle la renvoie : qu'elle aille prévenir ses parents.
Obéissante, la petite servante quitte la chambre.

C'est décidé, elle va s'enfuir. Oui, mais de quelle façon ? Les portes principales de l'édifice sont surveillées par une multitude de gardes. Les allées et venues sont contrôlées.
Commence alors dans l'esprit de la princesse, une longue réflexion sur la stratégie à mettre en place.

Perdue dans ses pensées qui se bousculent exacerbées par l'urgence d'une solution, Akshaya a succombé à la fatigue, à l'angoisse qui ne la quitte plus. Sans s'en rendre compte elle a glissé tout doucement vers le sommeil.

Ce sont des bruits inhabituels qui la réveillent soudain.
Une grande agitation semble s'être emparée du palais. Elle entend des gens courir le long des couloirs, une sorte de brouhaha confus, comme une précipitation entrecoupée de cris.
Et pourquoi ces lueurs violentes contre les murs de sa chambre ? Les flambeaux devraient pour la plupart être maintenant éteints !
La petite servante entre alors précipitamment dans la chambre, épouvantée : vite, vite, levez-vous princesse, le feu, le feu !! Il a pris dans les cuisines !! Il approche !! dépêchez-vous , dépêchez-vous !! Et tout en hurlant de frayeur, elle la tire du lit, la bouscule, la pousse de force vers la longue galerie sur laquelle donne l'appartement.
Akshaya découvre alors les flammes qui se propagent dans l'aile réservée aux chambres. Plus loin, elles semblent avoir pris possession du bâtiment principal. Comme tous, elle se met à courir.
Sortir, sortir le plus vite possible. Dans un état de panique extrême, elle se retrouve sans trop savoir comment dans le jardin où malgré la nuit, la chaleur du brasier lui coupe le souffle. Les serviteurs s'agitent en tous sens puisant l'eau dans les bassins et dans la réserve. Elle entrevoit des membres de sa famille, quelques invités qu'elle reconnaît essayant de prêter main forte eux aussi.
Elle reste là, hébétée, regardant les flammes louvoyer, s'étirer, se propager en répandant sur le palais des teintes rougeâtres. Complètement tétanisée, elle ne sait que faire...
Et soudain une image s'impose brutalement à son esprit : le petit prince, son petit prince
Elle en est certaine, dans l'affolement général, personne n'a pensé à lui ! Oublié le petit prince !!

Akshaya court, court du plus vite que ses jambes le lui permettent. Elle traverse les jardins, bouscule au passage ceux qui se trouvent sur son chemin, court, court, passe une première porte, une deuxième, court encore, se retrouve devant la troisième porte, fermée à clef celle-là, mais elle a toujours la clef sur elle, sur une chaîne qu'elle porte en permanence autour du cou. Vite, vite...
La porte s'ouvre enfin sur le dernier jardin, le plus éloigné du palais.
Ici les flammes n'ont pas encore apporté leur agitation démente, tout semble encore calme.
La lune dépose ses teintes pâles sur la végétation.
Il est là, tranquille, il dort... Son petit prince oublié...
Elle s'accroupit, le prend délicatement dans ses bras.
Surpris, le lionceau entrouvre ses yeux.

PRIX

Image de 2020

Thème

Image de Très très court
48

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Delphine G.
Delphine G. · il y a
Bravo pour ce récit ! On craint de plus en plus que le mariage ait lieu pour finalement être soulagé par la tournure des événements ! Et cette chute, étonnante et douce à la fois ! Encore bravo !
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Une chute remarquable !! Beaucoup d'émotion et une écriture très sensible .
Image de Julie Hème
Julie Hème · il y a
J’ai apprécié l’originalité de la chute, le rythme du récit et le style de l’écriture.
Très bon moment de lecture

Image de Christophe Pascal
Christophe Pascal · il y a
Je passais par là, j'ai été accroché par les premières phrases, j'ai tout lu et... je ne regrette pas! C'est du travail de pro! J'en veux pour example la manière dont vous décrivez la course effrénée de l'héroïne, un régal. 5 voix et c'est peu!
Image de Jo Kummer
Jo Kummer · il y a
lola38 vient d'obtenir mes voix pour son prince oublié!
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle plume pour cette histoire captivante, Lola38 ! Une invitation
à venir découvrir les aventures de mon prince oublié dans “Conquêtes” !
Merci d’avance et bonne soirée !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/conquetes-1

Image de Odile Duchamp Labbé
Odile Duchamp Labbé · il y a
Bravo! Une jolie écriture, une belle histoire, un personnage attachant, et la surprise finale.
Image de JARON
JARON · il y a
Bonjour Lola38, un texte bien construit et une histoire très agréable à lire. Un joli conte tout en douceur, bravo! mes voix avec plaisir. Si vous avez un instant pour découvrir "mon Orient" vous êtes la bienvenue. En attendant, je vous souhaite une belle année 2020. https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/reves-dorient
Image de Philippe Larue
Philippe Larue · il y a
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Rien de plus beau que les rêves d'enfants ! Ce très beau conte en est l'illustre preuve. Je m'abonne à votre page, je vote 4 voix pour vous, et je vous invite à découvrir : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-legende-des-etoiles